Décès de Victor Goldbloom

L'oeuvre de Victor Goldbloom saluée sur les réseaux sociaux

Ouverture du Centre de rééducation de Yaoudé, au Cameroun, le 15 janvier 1972. De gauche à droite: Victor Goldbloom, Jean Chrétien et son épouse Aline, et le cardinal de Montréal Paul-Émile Léger.
Ouverture du Centre de rééducation de Yaoudé, au Cameroun, le 15 janvier 1972. De gauche à droite: Victor Goldbloom, Jean Chrétien et son épouse Aline, et le cardinal de Montréal Paul-Émile Léger.   (Photo fournie par L'Oeuvre Léger)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2016-02-16 15:42 || Québec Québec

Plusieurs personnalités et institutions ont réagi sur Twitter à l'annonce du décès du docteur Victor Goldbloom. Plusieurs ont souligné que l'homme politique, le médecin, le leader communautaire et le grand promoteur du dialogue interreligieux aura passé sa vie à «bâtir des ponts».

«C'est avec beaucoup de tristesse que j'apprends le décès du dr. Victor Goldbloom. Un grand Montréalais qui incarnait le "vivre ensemble" #RIP», écrit Denis Coderre, le maire de Montréal.

«Mes plus sincères condoléances à Sheila et à sa famille. #respect», note l'ex-députée Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés dans le gouvernement de Jean Charest. Sheila Goldbloom a coprésidé, en 2007, une vaste consultation sur les conditions de vie des aînés du Québec.

«V. Goldbloom s'éteint. Nos condoléances à sa conjointe Sheila, travailleuse sociale. Un couple engagé et inspirant», écrit l'Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec dans son compte Twitter.

De son côté, le politologue et professeur Alain-G. Gagnon a loué la «contribution gigantesque au rapprochement culturel et religieux» faite par le docteur Goldbloom.

Député à l'Assemblée nationale de 1966 à 1979, élu sous la bannière du Parti libéral, Victor Goldbloom aura été le tout premier titulaire du ministère de l'Environnement.

L'ex-députée libérale Fatima Houda-Pepin écrit: «Dr Goldbloom. Adieu l'ami. Merci pour votre contribution au Québec et votre appui dans les moments difficiles».

Nommé par le Sénat et par la Chambre des Communes, Victor Goldbloom a occupé la fonction de commissaire aux langues officielles de 1991 à 1999. L'actuel commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, a rédigé trois billets sur Twitter afin de rendre hommage à son prédécesseur.

«Dr. Victor Goldbloom a été une source d'inspiration de par son engagement pour sa communauté, sa province, son pays et sa foi», écrit-il dans un premier gazouillis. «Pour ma part, j'ai été profondément reconnaissant de l’amitié et des conseils qu’il m’a offerts», ajoute-t-il. «Je tiens à exprimer mes condoléances à son épouse, Sheila, à ses enfants, ainsi que sa famille élargie», conclut l'ex-journaliste Fraser.