Une deuxième Faculté de théologie ferme en deux ans au Québec

L’Université de Montréal ferme sa Faculté de théologie

  (Pixabay)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2016-11-16 17:20 || Québec Québec

Après des années de réflexion, le couperet est finalement tombé sur la Faculté de théologie et de sciences des religions (FTSR) de l’Université de Montréal. L’institution a annoncé mardi que le Conseil de l’Université de Montréal a décidé de transformer la FTSR en Institut d’études religieuses qui sera intégré à la Faculté des arts et des sciences.

«Ce changement prendra effet le 1er mai 2017 et fait suite à des votes unanimes du corps professoral de la Faculté de théologie et de sciences des religions et du conseil de la Faculté des arts et des sciences ainsi qu’à une résolution unanime de l’Assemblée universitaire», a précisé l’université dans un communiqué. L'université ne détaille pas les raisons qui justifient cette décision, mais avance que la FTSR «trouvera ainsi, dans sa nouvelle configuration, des appuis académiques et des ressources administratives pour déployer son plein potentiel».

Le recteur de l’université, Guy Breton, croit que ce changement donnera un «nouveau souffle aux études sur le fait religieux». «C’est l’illustration de notre capacité à pouvoir évoluer pour mieux soutenir la quête du savoir et notre contribution à la société», dit-il encore dans le communiqué.

L’université annonce la mise en place d’un comité de transition pour superviser ce changement et indique, sans donner de détails, que des «activités spéciales» marqueront ce passage.

La FTSR fait partie des trois Facultés fondatrices de l’Université de Montréal. Mais depuis quelques années, le milieu de théologie au Québec redoutait qu’elle en vienne à fermer ses portes. Lors de l’année académique 2012-2013, la FTSR avait d’ailleurs suspendu ses programmes de 1er cycle, pour ensuite les reprendre.

En juillet 2015, l’administrateur exerçant la fonction de doyen, le professeur Jean-Marc Charron, avait annoncé que la FTSR s’engageait dans «une profonde réflexion portant sur l’ensemble de son organisation académique».

«Au cours des prochains mois, la Faculté de théologie et de sciences des religions et la Faculté des arts et des sciences mèneront donc une réflexion commune axée sur la mise en œuvre de cette collaboration et sur les meilleurs moyens d’en assurer l’efficacité et la pérennité», avait-il écrit alors. Cette semaine, devant la décision de transformer la FTSR en institut, il a déclaré qu'après une période de réflexion sur le «devenir de notre champ d’études», «la nouvelle configuration de notre équipe ouvre de nouvelles perspectives prometteuses».

Le Québec perd ainsi une deuxième Faculté de théologie en deux ans, puisque l’Université de Sherbrooke a aussi fermé la sienne. En juin 2015, on annonçait que la Faculté de théologie et d'études religieuses serait transformée en Centre universitaire sur l'étude du religieux contemporain, concentré sur les formations de 2e et 3e cycles.

 

du même auteur

Tradition, évolution, émotion: pourquoi la musique de Noël ne laisse personne indifférent. Discussion avec Guillaume Boulay, spécialiste en chant choral.
2018-12-13 14:44 || Québec Québec

La Nativité, une passion musicale

Ryan Gosling incarne Neil Armstrong dans First Man (Le Premier homme). Le film sorti en 2018 est coté Très bon (3) par Médiafilm.
2018-12-06 10:35 || Québec Québec

Il y a 50 ans, un prêtre inventait un système pour évaluer les films

Ordonné évêque de Chicoutimi le 2 février 2018, Mgr René Guay a publié sa première lettre pastorale le 3 décembre à l'occasion du 140e anniversaire du diocèse.
2018-12-04 20:07 || Québec Québec

«La société actuelle exige que nous nous ouvrions à de nouvelles manières d’être Église»

articles récents

La veille de Noël, à l'entrée de certaines églises de l'archidiocèse, les paroissiens se verront offrir des cartes postales qui épousent les couleurs de populaires loteries et qui affichent des messages sur la pauvreté et la justice sociale.
2018-12-12 16:01 || Québec Québec

Pauvreté: la campagne de Noël appuyée par l'archidiocèse de Sherbrooke

Activité sportive à Hortolandia, au Brésil, en octobre 2017. Ce pays est le plus touché par la crise, alors que sept des 52 partenaires de Développement et Paix s'y trouvent.
2018-11-30 18:19 || Canada Canada

Impliqué dans le processus de révision, il brise le silence

Un homme sur sa monture près de Jacmel en janvier 2015. Un organisme de cette ville haïtienne fait partie des 52 partenaires visés par un moratoire de l'organisme Développement et Paix.
2018-11-26 14:35 || Canada Canada

Développement et Paix s'abstient de commenter