Congrès de L'Entraide missionnaire

La guerre faite aux femmes de la RDC

Julienne Lusenge, présidente de l'organisme SOFÉPADI en République démocratique du Congo.
Julienne Lusenge, présidente de l'organisme SOFÉPADI en République démocratique du Congo.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2015-09-21 09:57 || Monde Monde

« Mon pays est en guerre. Une guerre qui n'a pas de nom. Une guerre qui ne se termine toujours pas malgré la présence de 20 000 Casques bleus », lance Julienne Lusenge, de la République démocratique du Congo.
 
Conférencière au congrès annuel de L'Entraide missionnaire qui se tenait à Montréal la fin de semaine dernière, la présidente d'un regroupement de 40 organisations féminines qui viennent en aide aux victimes de violences sexuelles rappelle que «cette guerre est instrumentalisée par des multinationales à cause des richesses de mon pays».
 
Les conséquences de ce conflit sont dramatiques pour les femmes de la RDC. « Une étude a estimé il y a quatre ans que 48 femmes sont violées chaque heure dans mon pays ».
 
La situation s’est-elle améliorée? La présidente de SOFÉPADI (Solidarité féminine pour la paix et le développement intégral) est formelle. « C’est maintenant répandu dans tout le pays. Les violences sexuelles continuent d'être utilisées par certains groupes armés comme arme de guerre. À Kinshasa, chaque jour nous apprenons à la télé, des cas de petites filles, de femmes âgées et de petits garçons qui sont victimes de violences. Il y a beaucoup d’enlèvements, on demande des rançons, on enlève des bébés ».
 
Julienne Lusenge, qui a été décorée de la Légion d’honneur française, encourage depuis 2003 les femmes congolaises à porter plainte contre leurs agresseurs, y compris leurs époux. « Mais ce n’est pas facile. La culture dans notre pays ne voit pas d’un bon œil le fait d’aller dans une cour de justice. La belle-famille peut chasser la femme qui dénonce son propre mari. Il a fallu sensibiliser les femmes, les convaincre, leur expliquer leurs droits. »

Le rôle du Canada

Le travail de SOFÉPADI est reconnu par plusieurs organismes internationaux. « Au Canada, nous avons été beaucoup aidés par Droits et Démocratie.  Je regrette beaucoup que votre gouvernement l’ait fermé », lance la conférencière. L’organisme a été aboli par le gouvernement fédéral en 2012. « Droits et Démocratie a formé les policiers, les juges et nous-mêmes pour bien documenter les cas de violences sexuelles, pour comprendre les textes de loi. »
 
La militante congolaise souhaite que les gens d’ici profitent de la campagne électorale en cours pour demander aux politiciens « comment le Canada va mettre fin à la guerre chez nous? ». Elle a aussi demandé aux participants au congrès de l’Entraide missionnaire de continuer à faire pression sur les compagnies minières du Canada présentes dans son pays afin « qu’elles respectent nos droits comme elles sont tenues de le faire au Canada ».
 
En avril, Julienne Lusenge, une chrétienne évangélique, a rencontré, en compagnie de trois ambassadrices, le pape François à Rome. L'audience a duré 45 minutes.
 
« J'ai dit au pape qu'il est le plus grand des chefs religieux et qu'il est bien écouté. Je lui ai demandé de parler à nos leaders religieux pour qu'ils dénoncent les violences sexuelles et qu'ils s'affichent aux côtés des femmes pour dire non aux violences qu'endurent les femmes à cause de la guerre. » Le pape s’est montré sympathique à cette demande, dit-elle.
 
Quelque 150 personnes ont participé au congrès annuel de l’Entraide missionnaire consacré cette année aux droits des femmes.

Mis à jour le lundi 21 septembre 2015 à 17 h 32.

 

du même auteur

Le collectif de féministes chrétiennes L'Autre Parole, l'Association des religieuses pour les droits des femmes et les Jésuites du Canada ont aussi fustigé la direction de l'organisme Développement et Paix pour avoir remis au groupe haïtien Fanm Deside (photo) un ultimatum.
2019-12-02 13:54 || Canada Canada

Salve de critiques contre Développement et Paix

«Fanm Deside a notre appui», lance Gisèle Turcot, la supérieure générale de l'Institut Notre-Dame du Bon-Conseil de Montréal. «Un appui indéfectible», précise un communiqué de presse rendu public le 29 novembre.
2019-11-29 13:18 || Canada Canada

Fanm Deside a notre appui indéfectible, disent les Sœurs du Bon-Conseil

Les membres du Conseil national de Développement et Paix - la plus haute instance décisionnelle de l'organisme - savent déjà qu'à leur prochaine rencontre, qui débute le 29 novembre, les propositions qu'ils voteront auront un grand impact sur la structure démocratique de l'organisme qu'ils dirigent.
2019-11-28 08:29 || Canada Canada

Une rencontre sous tension pour Développement et Paix

articles récents

Vendredi soir, le ciel de Montréal sera éclarié de 14 faisceaux lumineux qui seront allumés à quelques secondes d’intervalle, à l’appel des noms des 14 victimes.
2019-12-05 13:47 || Québec Québec

Polytechnique: «La blessure sera toujours vive»

«Fanm Deside a notre appui», lance Gisèle Turcot, la supérieure générale de l'Institut Notre-Dame du Bon-Conseil de Montréal. «Un appui indéfectible», précise un communiqué de presse rendu public le 29 novembre.
2019-11-29 13:18 || Canada Canada

Fanm Deside a notre appui indéfectible, disent les Sœurs du Bon-Conseil

Marie-Ange Noël était l'invitée de Développement et Paix, en 2017, lors de la campagne Carême de partage.
2019-11-27 19:56 || Canada Canada

Avortement: un organisme haïtien exaspéré par les questions de la CECC