Vote à l'Assemblée nationale

La Loi sur les activités funéraires est adoptée

L'Assemblée nationale, à Québec.
L'Assemblée nationale, à Québec.   (Photothèque Présence)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2016-02-22 18:32 || Québec Québec

C'est mercredi dernier que les députés de l'Assemblée nationale ont adopté la Loi sur les activités funéraires. 

Déposée en octobre 2015 par le ministre Gaétan Barrette, la loi entend regrouper en un seul texte législatif les différents règlements qui régissent le milieu funéraire et qui se retrouvaient jusqu'ici dans une douzaine de lois différentes. Le projet de loi no 66 s'intéresse notamment à la conservation et l'entreposage des cadavres, à inhumation et à la crémation des personnes défuntes.

«Cela faisait plus de 40 ans qu'il n'y avait pas eu de modification ou d'ajustement à notre corpus législatif traitant des activités funéraires», a expliqué le ministre de la Santé et des Services sociaux. La loi veut aussi rendre compte «de nouvelles pratiques, de nouveaux rites funéraires et du changement d'approche ou d'attitude que les gens d'aujourd'hui ont envers leurs propres arrangements», a-t-il ajouté. 

Pour la députée Lise Lavallée, de la Coalition Avenir Québec, «il aurait été souhaitable qu'on profite de l'occasion pour envisager la création d'un registre central des contrats d'arrangements préalables des services funéraires». Notaire de profession, elle a constaté que «parfois, des héritiers peinaient à retrouver le contrat d'arrangements préalables des services funéraires, alors que l'existence de celui-ci leur avait été mentionnée du vivant du défunt».

«Si la Chambre des notaires du Québec a créé un registre des testaments permettant ainsi aux héritiers de savoir si le défunt avait fait un testament et connaître ainsi ses dernières volontés, pourquoi ne pouvait-il en être ainsi pour le registre des contrats d'arrangements préalables des services funéraires?», a-t-elle demandé avant d'inviter ses collègues à «voter tout de même l'adoption du projet de loi». 

Les cendres des défunts

Prenant aussi la parole avant que le projet de loi no 66 ne soit soumis aux voix, la députée Diane Lamarre du Parti québécois a expliqué que le texte prévoit comment les cendres d'un individu doivent être disposées afin de ne pas en perdre la trace, notamment lors de la faillite d'une entreprise funéraire. Dans ce dernier cas, les «cendres peuvent être inhumées dans un lot d'un cimetière ou elles peuvent être remises à un autre exploitant d'un columbarium».

Monique Morin, la présidente de l'Association des cimetières chrétiens du Québec (ACCQ), estime toutefois que le texte ne va pas assez loin et que les «principales problématiques que vivent les cimetières ne sont pas réglées avec cette loi».

Elle cite le cas de ces milliers d'urnes funéraires qui traînent actuellement dans des entrepôts. À Montréal, ce sont des milliers, à Québec, ce sont des centaines d'urnes qui sont disposées dans des endroits souvent inappropriés», déplore-t-elle. «Qui va s'assurer que ces urnes ne se ramassent pas dans des dépotoirs?»

«Dans nos contrats, c'est bien écrit où seront déposées les cendres si la famille ne renouvelle pas son lot à l'expiration de la location. Les cendres iront dans un lot communautaire. Mais dans les maisons funéraires, il n'y a rien sur ce que l'on fera des urnes» à l'expiration des contrats. Elle explique qu'un cimetière de Québec a «ramassé, il n'y a pas d'autres mots, dit la présidente de l'ACCQ, les urnes laissées dans la faillite d'une maison funéraire», et payé les frais pour l'inhumation des cendres. L'ACCQ regroupe quelque 300 cimetières catholiques, protestants et orthodoxes du Québec.

«Les cimetières n'ont pas à payer les frais engendrés par des maisons funéraires irresponsables», entend-elle répéter au ministre de la Santé et des Services sociaux. Gaétan Barrette l'a assurée qu'elle aura son mot à dire lors de la rédaction des règlements découlant de la loi nouvellement adoptée.

Dans un mémoire présenté lors des consultations sur le projet de loi no 66, l’Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ ) a insisté sur le fait que «les cendres méritent le même respect et la même dignité qu’un cadavre et qu’un cimetière ou un columbarium reste le meilleur lieu pour en disposer et pour faire mémoire.»

L'AECQ n'était pas en mesure de commenter l'adoption de la Loi sur les activités funéraires.

 

du même auteur

Le pape François photographié au Vatican le 30 novembre 2018.
2021-10-27 08:40 || Vatican Vatican

Le pape François viendra au Canada

« On a assisté dimanche à la présentation d'un supposé nouveau cours », déplore Line Dubé, la présidente intérimaire de l'AQECR. Un exercice de « relations publiques », dit plutôt Léandre Lapointe, vice-président de la FNEEQ.
2021-10-26 13:20 || Québec Québec

L'annonce du ministre Roberge mal reçue par plusieurs groupes

C'est parce qu'il « empêchait parfois la remise en question de certains dogmes » que le cours Éthique et culture religieuse (ECR) sera remplacé par un nouveau cours appelé Culture et citoyenneté québécoise, a annoncé le ministre de l'Éducation Jean-François Roberge le 24 octobre 2021.
2021-10-25 16:11 || Québec Québec

Québec dévoile le programme qui remplacera Éthique et culture religieuse

articles récents

Le rédacteur en chef Philippe Vaillancourt lisant le mot de remerciement de la chroniqueuse Sabrina Di Matteo lors de la remise des prix annuels de l'AMéCO à l'Hôtel-Musée Premières Nations, à Wendake, le 21 octobre 2021.
2021-10-22 18:12 || Québec Québec

Quatre prix d’excellence pour Présence

Une statue de Junípero Serra à la Mission San Carlos Borromeo, en Californie. Canonisé en 2015, son héritage historique est aujourd'hui pris dans la tourmente des mouvements sociaux antiracistes et anticolonialistes.
2021-10-12 14:55 || Monde Monde

Démon ou saint ? L’héritage complexe de Junípero Serra

Sous la responsabilité des Oblats de Marie-Immaculée, le pensionnat de Kamloops (Kamloops Indian Residential School) a ouvert ses portes en 1890. On y a retrouvé les restes de 215 enfants autochtones.
2021-09-24 11:27 || Canada Canada

Les évêques doivent officiellement inviter le pape au Canada, insiste un juge