Entrevue avec le théologien François Nault

La paresse comme vertu

C'est en s'intéressant au concept de «paresse» que le théologien François Nault s'est penché sur notre rapport au temps et au travail.
C'est en s'intéressant au concept de «paresse» que le théologien François Nault s'est penché sur notre rapport au temps et au travail.   (Archives Présence/Philippe Vaillancourt)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2019-06-21 16:27 || Québec Québec

Roum dum dum wa la dou c'est le temps des vacances, chantait Pierre Lalonde. Vite! Transport, chalet, voyage, roulotte, tente, réchaud, camping, rénos, pelouse, toiture, corvées. Le repos? On verra, s’il reste du temps…

«Il y a quelque années, je me disais: les vacances, il est temps que ça finisse, c’est épuisant!»

François Nault, professeur à la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval, s’intéresse à notre rapport au temps. En 2016, son ouvrage L’Évangile de la paresse (Médiaspaul) bousculait avec humour certaines idées reçues sur le rapport au travail et au farniente dans la tradition chrétienne. Depuis, cet apôtre de la décélération ne cesse d’appeler la société à revoir ses priorités.

«Réfléchir sur la paresse permet de toucher à la centralité du travail dans nos vies. Celui-ci occupe une place exagérément importante», dit-il.

Il est renversé de constater que certains ont même honte de dire qu’ils prennent des vacances. Et que lorsqu’ils le font, ils gardent le contact avec le bureau, répondant à des messages ou faisant avancer des dossiers. «Les vacances et le travail se retrouvent assujettis au même rythme, celui de la domination d’une logique productiviste.»

Même l’aménagement du temps de travail, pour le rendre soi-disant flexible, a comme effet de «sauter les frontières et de permettre au travail de se faufiler dans toutes les secondes de notre existence».

Mais pourquoi notre culture accorde-t-elle autant d’importance à cette logique productiviste qui, enracinée dans le monde du travail, se distille dans toutes les facettes de notre vie ?

[...]

► LIRE LA SUITE DANS LE NUMÉRO DE JUIN 2019 DE PARABOLE ◄

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Alain Roy, curé de la paroisse Saint-Joachim, à Pointe-Claire, constate que la société expérimente présentement le manque de présence physique. Une réalité aux implications sociales et spirituelles.
2020-04-09 17:33 || Québec Québec

«Le grand enjeu de cette crise, c’est la présence physique»

Le 21 mars, une chaîne YouTube liée à la cathédrale Holy Trinity de Québec a mis en ligne une vidéo filmée en 1987 lors de la visite de la reine Élisabeth II dans ce lieu de culte anglican.
2020-04-02 14:28 || Québec Québec || 1 Commentaire(s)

Mise en ligne d’une rare vidéo d’Élisabeth II à Holy Trinity

«Il faut reconnaître que la crise révèle des faiblesses de notre Église que l’on connaissait déjà avant», confie Marc Pelchat, évêque auxiliaire pour l'archidiocèse de Québec.
2020-03-31 16:40 || Québec Québec

«Cette crise sollicite l’imagination et la créativité»

articles récents

Alain Roy, curé de la paroisse Saint-Joachim, à Pointe-Claire, constate que la société expérimente présentement le manque de présence physique. Une réalité aux implications sociales et spirituelles.
2020-04-09 17:33 || Québec Québec

«Le grand enjeu de cette crise, c’est la présence physique»

En raison de la pandémie, les rassemblements religieux ne seront tolérés pour Pessa'h et Pâques, disent les premiers ministres du Canada et du Québec. Sur la photo, François Legault en janvier 2020.
2020-04-08 14:37 || Canada Canada

Pas de rassemblements pour Pessa'h et Pâques, insistent les PM

L’accompagnement des personnes en fin de vie peut sembler un travail triste, voire morbide. Mais pas pour l'infirmière Martine Fortier, coordonnatrice à la formation pour le Mouvement Albatros du Québec.
2020-04-05 16:30 || Québec Québec

Être une présence pour les personnes en fin de vie