Internet

La «religion civile» des États-Unis, terreau fertile pour les mèmes

Dans le monde des mèmes, ces caricatures éditoriales basées sur des photos ou des illustrations, les internautes s'en donnent à cœur joie sur le cas de la religion et de la politique.
Dans le monde des mèmes, ces caricatures éditoriales basées sur des photos ou des illustrations, les internautes s'en donnent à cœur joie sur le cas de la religion et de la politique.   (CNS Photo/Creative Commons)
2020-10-22 17:19 || Monde Monde

Dans le monde des mèmes, ces caricatures éditoriales basées sur des photos ou des illustrations, les internautes s'en donnent à cœur joie sur le cas de la religion et de la politique.

Des figures connues sont déclinées à toutes les causes. Par exemple, il y a le Jésus des livres illustrés qui enseigne à l’extérieur aux jeunes et aux moins jeunes. Il y a le Buddy Jesus, avec un large sourire et le pouce en l'air. Et, dans le mélange explosif de la religion et de la politique, il y a le Jésus républicain, dont les mèmes ont tendance à contenir une bonne dose de rouge.

Les mèmes – un néologisme francisé à ne pas confondre avec «même» – sont créés pour faire comprendre que les positions des croyants et des politiciens sur les questions de foi et de politique ne sont pas toujours appliquées de manière cohérente, selon Heidi Campbell, professeur de communication et fellow à l'Université A&M du Texas.

«La plupart de ce que j'ai vu [dans les mèmes] était très ludique» jusqu'en 2018, a déclaré l’experte lors d'une conférence parrainée par l'Université Seton Hall le 21 octobre. «J'ai vu un changement au cours des trois dernières années [...] en partie à cause de l'ethos dans lequel nous vivons», les mèmes devenant plus négatifs, a-t-elle ajouté.

«Certaines personnes ont même employé des créateurs de mèmes dans le cadre de leur stratégie de campagne», a-t-elle noté dans son discours qui avait pour thème "Les mèmes sur Internet et la religion civile américaine". Elle a donné le coup d'envoi du symposium Communication & Religion dans l'élection présidentielle américaine de 2020, organisé du 21 au 23 octobre par l'Institut pour la communication et la religion de Seton Hall.

«Vous dépensez 500 millions de dollars en publicité», comme cela s'est passé lors de la campagne présidentielle de 2016, a déclaré Campbell, mais le déploiement de la publicité peut être interrompu par un mème qui épingle l'un des candidats.

Les mèmes sont courants sur les médias sociaux. Ils ont des rôles multiples, selon Campbell: en tant que récit encadré, un nouveau langage ou genre numérique, une forme de récit numérique avec des «conteurs à plusieurs niveaux», et «des formes de communication visuelle et émotionnelle en ligne utilisant des images de la culture populaire avec des messages succincts pour communiquer des croyances communes».

Tous les mèmes n'atteignent pas l'effet escompté. Campbell a cité le spécialiste israélien de la communication Limor Shifman, qui a déclaré en 2013: «Seuls les mèmes adaptés à leur environnement socioculturel se répandent avec succès, tandis que d'autres disparaissent.»

Outre les croyances des différentes confessions, il y a la religion civile, qui, selon Campbell, est «présentée comme le cadre et le système de croyances dominants du peuple américain».

Campbell a décrit comment les mèmes tiennent compte de «la politisation de la religion», qu'elle a définie comme «l'exode nécessaire d'une croyance religieuse spécifique ou d'un ensemble de valeurs religieuses» qui «est centrée sur la croyance religieuse et prétend être la logique par rapport à une action partisane spécifique».

Ce phénomène de «religiosisation de la politique» est devenu partie prenante de la scène politique américaine, a-t-elle ajouté.

Les mèmes égratignent la religion civile, selon Campbell. Jésus est utilisé pour «souligner les contradictions du christianisme», et les images du président Donald Trump avec Jésus sont utilisées pour démontrer à la fois le vrai christianisme et le faux christianisme.

D'autres personnages de la culture populaire se font mettre des mots dans la bouche par des mèmes pour arriver à la phrase d'accroche du personnage. Deux exemples utilisés par Campbell sont le personnage de Dana Carvey qui incarne une «Church Lady» pour Saturday Night Live, et une photo de Gene Wilder arborant un air condescendant dans son rôle de Willy Wonka.

Les gens utilisent les mèmes «pour critiquer et contester [...] pour se moquer des incohérences», a déclaré Campbell. Mais «la moquerie négative est le discours normatif et le genre dominant, malheureusement.»

Quant à savoir si les mèmes ont la capacité de changer l'esprit des gens ou simplement de renforcer les croyances déjà existantes, Campbell estime que «ces mèmes semblent créer une sorte de chambre d'écho», mais croit qu'il faudrait organiser des groupes de discussion pour tester une telle hypothèse.

***

 

 

du même auteur

Beate Gilles, une théologienne de 50 ans, devient la première femme à diriger le secrétariat des évêques. Son mandat débutera le 1er juillet 2021. Son élection survient alors que l'Église allemande est à nouveau plongée dans la tourmente sur la question des abus sexuels.
2021-02-26 16:33 || Monde Monde

Une femme élue secrétaire générale des évêques allemands

L'organisation caritative internationale catholique Aide à l'Église en détresse (AED) a déclaré qu'elle trouvait «très plausible» l'affirmation d'une ancienne employée selon laquelle le père Werenfried van Straaten, son fondateur, l'avait agressée sexuellement dans les années 1970.
2021-02-13 09:00 || Monde Monde

Le fondateur de l'Aide à l'Église en détresse accusé d'agression sexuelle

Le 9 février, un juge fédéral de Brooklyn a bloqué définitivement les limites de capacité de l'État de New York pour le culte dans les synagogues orthodoxes dans les zones où le taux de propagation de la COVID-19 est élevé.
2021-02-12 16:06 || Monde Monde

Lieux de culte: la Cour bloque les limites dans l'État de New York

articles récents

Paroles fortes et témoignages poignants étaient au cœur de la 4e commémoration citoyenne de l’attentat contre la grande mosquée de Québec. Aymen Derbali et Sébastien Bouchard se tiennent devant les micros le soir du 29 janvier 2021.
2021-01-29 19:34 || Québec Québec

Témoignages poignants et rejet du racisme marquent la commémoration virtuelle

Le cofondateur du Centre culturel islamique de Québec, Boufeldja Benabdallah, salue la création d'une journée nationale d'action contre l'islamophobie et appelle le gouvernement du Québec à en faire plus pour reconnaître le racisme systémique et l'islamophobie.
2021-01-29 16:56 || Québec Québec

La lutte à l'islamophobie en filigrane des commémorations

L’évêque anglican de Québec et l’évêque catholique de Gaspé unissent leurs voix pour demander aux gouvernements fédéral et provincial d’agir pour faciliter le maintien des services d’autocar d’Orléans Express desservant la Gaspésie.
2021-01-26 13:14 || Québec Québec

Gaspésie: inquiétude conjointe des évêques catholique et anglican pour les services d’autocar