Projet de loi 21

Laïcité: la communauté juive de Québec «espère plus de dialogue»

Le président de la communauté juive de Québec et cofondateur d'Unité Québec, David Weiser, lors de la commémoration citoyenne pour le 2e anniversaire de la tuerie de la grande mosquée de Québec, le 29 janvier 2019.
Le président de la communauté juive de Québec et cofondateur d'Unité Québec, David Weiser, lors de la commémoration citoyenne pour le 2e anniversaire de la tuerie de la grande mosquée de Québec, le 29 janvier 2019.   (Présence/Philippe Vaillancourt)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2019-04-12 15:17 || Québec Québec

Le président de la communauté juive de Québec et cofondateur du groupe Unité Québec, David Weiser, demeure sceptique devant le projet de loi 21 sur la laïcité, mais espère qu'il puisse devenir un prétexte pour rappeler la nécessité d'établir des dialogues constructifs au sein de la société.

«Notre position claire, c’est que ce projet de loi empiète sur la liberté des gens. On n’est pas certain quels problèmes ça va régler, ni comment les dispositions seront appliquées», explique-t-il.

Surtout, il soutient que la communauté juive de Québec «espère plus de dialogue». À cet égard, il est grand temps d’«arrêter de parler en termes de nous et eux».

«On doit absolument se poser des questions et parler, dialoguer, au-delà d’être pour ou contre», dit-il.

M. Weiser estime que ce projet de loi reflète plusieurs peurs actuellement bien ancrées dans la société, et particulièrement la peur de l’islam. Il croit que cette méfiance est présente depuis longtemps dans la société québécoise, mais qu’elle a été avalisée par l’actualité des dernières années, à commencer par les attentats du 11 septembre 2001.

«On peut pas se cacher qu’il y a une peur de l’islam. Et un déni assez fort de tout ce qui s’appelle ‘religion’, dit-il. Je ne suis pas en train de dire qu’elle est justifiée, mais on peut essayer de comprendre pourquoi des gens ont peur. Les vrais enjeux sont plus cette peur que le fait que quelqu’un puisse porter un signe religieux.»

«Le Québec d’aujourd’hui n’a rien à voir avec l’Allemagne nazie»

Il appelle à rechercher activement un dialogue constructif. Invité à commenter les déclarations du maire d’Hampstead, William Steinberg, qui dressait un parallèle entre le projet de loi 21 et un «nettoyage ethnique» la semaine dernière, il rétorque sans hésiter que «c’est trop».

«Le Québec d’aujourd’hui n’a rien à voir avec l’Allemagne nazie», laisse-t-il tomber, disant redouter qu’il s’établisse une ambiance de «polarisation». «C’est ça le danger: qu’il n’y ait pas de dialogue.»

M. Weiser n’adhère pas non plus à l’idée que le projet de loi sur la laïcité soit renforcé par le fait qu’il bénéficie, selon les derniers sondages, d’un appui d’une majorité de la population.

«Certes, il faut respecter le processus démocratique. Mais la communauté juive de Québec pense qu’il y a un écart qu’il faut rapetisser entre les positions. Je ne suis pas certain, par exemple, que cette majorité soit bien au courant des différences au sein même des diverses traditions religieuses », avance-t-il, ajoutant du même souffle que le judaïsme québécois est traversé par une variété de pratiques et de sensibilités.

Il ne fait aucun doute qu’aux yeux du président de la communauté juive de Québec, les croyances et pratiques religieuses offrent un «encadrement positif» à plusieurs personnes, une réalité qui traverse la société et qui, en un sens, l’anime.

David Weiser parle avec enthousiasme de son engagement au sein d’Unité Québec, un lieu de dialogue et de rencontres entre personnes de divers horizons de foi qui s’est fait remarquer ces derniers mois pour son engagement dans des activités contre la haine et le racisme, notamment après l’attentat contre une synagogue de Pittsburgh, lors de la commémoration du deuxième anniversaire de la tuerie de la grande mosquée de Québec, et lors d’une marche citoyenne après le meurtre de 50 musulmans à Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

«Ce qu’on veut propager à Unité Québec, c’est de mettre en relief la beauté de l’humanité dans son ensemble. Pas en 'nous' et 'eux': les personnes qui ont des croyances religieuses font partie d’un tout. Il ne faut pas que les gens se sentent menacés, mais faire l’effort que les racines et les patrimoines de tout le monde puissent se côtoyer harmonieusement.»

Tant la communauté juive de Québec qu’Unité Québec cherchent présentement des manières de permettre ces rencontres et ces dialogues, bien au-delà du projet de loi 21.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a débuté un peu avant 19 h, heure locale, le 15 avril 2019.
2019-04-15 18:09 || Québec Québec

Incendie de Notre-Dame: «profonde sympathie» des évêques du Québec

Dans une lettre adressée à la directrice générale de l’information de la Société Radio-Canada, l’Association des médias catholiques et œcuméniques (AMÉCO) regrette la fin annoncée de l’émission Second regard.
2019-04-09 15:59 || Canada Canada

Fin de Second regard: l’AMÉCO questionne la décision

Une messe est célébrée à l'église syriaque Saint-Thomas à Mossoul, en Irak, le 28 février 2019.
2019-04-05 12:05 || Canada Canada

1,2 million $ pour les chrétiens du Moyen-Orient

articles récents

Dilma Ferreira Silva, une coordonnatrice régionale du Mouvement pour les personnes affectées par les barrages (MAB), a été tuée le vendredi 22 mars, dans l’État du Pará, en Amazonie.
2019-04-12 14:49 || Monde Monde

Assassinat d'une leader environnementaliste au Brésil

La prochaine assemblée générale du 30 avril 2019 de la Mutuelle d'assurance en Église pourrait être houleuse.
2019-04-11 08:00 || Québec Québec

Assurances d'églises: vers une assemblée générale houleuse?

Une messe est célébrée à l'église syriaque Saint-Thomas à Mossoul, en Irak, le 28 février 2019.
2019-04-05 12:05 || Canada Canada

1,2 million $ pour les chrétiens du Moyen-Orient