Médias religieux

Largué par le Boston Globe, Crux sera financé par les Chevaliers de Colomb

  (Présence)
2016-03-21 11:17 || Monde Monde

Depuis sa fondation il y a un an et demi, le journal électronique Crux se consacre exclusivement à la couverture de l’actualité catholique américaine et internationale. Crux était jusque-là la propriété du Boston Globe. Or, le célèbre quotidien bostonnais a récemment mis fin à son association avec Crux. L’équipe éditoriale du journal en ligne vient donc de parapher une entente avec les Chevaliers de Colomb, qui agiront désormais à titre de bailleurs de fonds principaux de Crux.

Le Globe a cédé à John L. Allen Jr le droit d’usage du nom et du logo de Crux. Le célèbre vaticaniste américain couvre l’actualité catholique depuis une vingtaine d’années. Il était également journaliste au Boston Globe, de même qu’éditeur adjoint de Crux.

La nouvelle mouture de Crux s’appuiera sur une équipe réduite. John Allen et sa collègue vaticaniste Inès San Martin seront de retour, tout comme la webmestre Teresa Hanafin. Les autres journalistes de Crux ont cependant été licenciés par le Boston Globe.

La branche américaine des Chevaliers de Colomb a avancé les sommes qui permettront à Crux de poursuivre ses activités. Le 15 mars, ils ont émis un communiqué annonçant qu'un site de nouvelles en ligne hébergé par les Chevaliers de Colomb (Catholic Pulse) fusionne avec celui de Crux.

Les Chevaliers de Colomb se sont engagés à respecter la liberté éditoriale de l’équipe de Crux, se disant convaincus que «dans leurs commentaires éditoriaux et dans leur couverture de l’actualité, [les journalistes de Crux] sont au service des meilleurs intérêts de l’Église». Créés au XIXe siècle, les Chevaliers de Colomb sont l'une des plus importantes compagnies d'assurance dans le monde. Ils sont notamment connus pour leur militantisme pro-vie.

Dans son communiqué de presse, la direction du Boston Globe a confirmé que c’est d’abord et avant tout pour des questions d’ordre financier qu’elle a mis fin à son association avec Crux. C’est le 9 mars que le Gobe a fait connaître sa décision à Crux.

M. Allen n’a pas caché sa déception face à cette décision. Il s’est néanmoins empressé de remercier la direction du Boston Globe pour les «ressources [financières et humaines] considérables» qu’elle a investi dans Crux. C’est donc «sans la moindre parcelle d’amertume» que prend fin l’association entre Crux et le Globe, affirmait-il, le 14 mars.

Dans un mémo destiné aux employés du Globe, les éditeurs Brian McGrory et David Skok ont confirmé qu’il s’agit d’abord et avant tout d’une décision d’affaires: «Nous n’avons pas été en mesure de développer un modèle d’affaires propre à attirer les annonceurs catholiques les plus fortunés. Or, la stratégie commerciale que nous avons élaborée en septembre 2014, reposait sur cet espoir-là».

Dans un courriel qu’il a envoyé à l’Atlantic Magazine, Brian McGrory disait avoir beaucoup «aimé » Crux. Lui comme d’ailleurs «toute l’équipe» du Boston Globe. «C’était une idée merveilleuse, une noble mission, qui a été accomplie avec brio par une petite équipe expérimentée et besogneuse». Hélas, ajoute-t-il, les «chiffres n’ont pas été au rendez-vous. Nous n’arrivions pas à faire nos frais. Nous avons donc dû prendre la décision de mettre fin à cette aventure déficitaire afin de nous recentrer sur la mission fondamentale de notre entreprise».

Selon M. Allen, la page web de Crux attirait mensuellement près d’un million d’internautes, plus encore lors de la visite du pape François aux États-Unis, en septembre 2015 et lors de la récente joute verbale ayant opposé le pape à Donald Trump, le candidat à l’investiture républicaine.

Lors de leur point de presse, les Chevaliers de Colomb ont annoncé leur intention d’agir à titre de «partenaire et de bailleurs de fonds principal  de Crux. Le journal «continuera de solliciter l’appui des annonceurs» et pourrait également devoir accepter certaines commandes liées à la couverture journalistique d’événements qui «correspondent à la mission conjointe de Crux et des Chevaliers de Colomb». Même si, ultimement, l’objectif poursuivi est de mettre en place une plateforme en ligne se consacrant exclusivement «au journalisme catholique de qualité».

Mark Pattison, Catholic News Service
Trad. et adapt. Frédéric Barriault, pour Présence

 

du même auteur

Le rédacteur en chef Philippe Vaillancourt lisant le mot de remerciement de la chroniqueuse Sabrina Di Matteo lors de la remise des prix annuels de l'AMéCO à l'Hôtel-Musée Premières Nations, à Wendake, le 21 octobre 2021.
2021-10-22 18:12 || Québec Québec

Quatre prix d’excellence pour Présence

Le 16 septembre 2021, les débatteurs de l'émission Foi et turbulences revenaient sur les impact des attentats du 11 septembre 2001 sur le monde religieux.
2021-09-17 14:04 || Québec Québec

Foi et turbulences - 16 septembre 2021

Dictionnaire français-huron. John Carter Brown Library, Providence, Codex Ind 12.
2021-08-12 14:53 || Québec Québec

LETTRE OUVERTE. Enquête sur un crime vieux d’un siècle: l’histoire du vol d’un manuscrit jésuite

articles récents

Le rédacteur en chef Philippe Vaillancourt lisant le mot de remerciement de la chroniqueuse Sabrina Di Matteo lors de la remise des prix annuels de l'AMéCO à l'Hôtel-Musée Premières Nations, à Wendake, le 21 octobre 2021.
2021-10-22 18:12 || Québec Québec

Quatre prix d’excellence pour Présence

Une statue de Junípero Serra à la Mission San Carlos Borromeo, en Californie. Canonisé en 2015, son héritage historique est aujourd'hui pris dans la tourmente des mouvements sociaux antiracistes et anticolonialistes.
2021-10-12 14:55 || Monde Monde

Démon ou saint ? L’héritage complexe de Junípero Serra

Sous la responsabilité des Oblats de Marie-Immaculée, le pensionnat de Kamloops (Kamloops Indian Residential School) a ouvert ses portes en 1890. On y a retrouvé les restes de 215 enfants autochtones.
2021-09-24 11:27 || Canada Canada

Les évêques doivent officiellement inviter le pape au Canada, insiste un juge