Après le voyage de François aux États-Unis

Le Canada, prochaine destination nord-américaine pour le pape?

Le porte-parole du Saint-Siège, le père jésuite Federico Lombardi.
Le porte-parole du Saint-Siège, le père jésuite Federico Lombardi.   (Présence/Philippe Vaillancourt)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2015-09-28 21:03 || Canada Canada

Alors que le voyage du pape François aux États-Unis vient de prendre fin, plusieurs se demandent si son prochain séjour nord-américain sera au Canada en 2017. Questionné à ce sujet, le porte-parole du Saint-Siège indique qu’il n’y a pour l’instant aucun projet concret à cet effet.

«Je comprends bien votre désir de voir le pape dans votre ville et vous avez le droit d’espérer», a répondu en souriant le père Federico Lombardi lors d’une conférence de presse dimanche matin à Philadelphie.

Il s’est empressé d’ajouter qu’il ne connaît pas de «projet concret de voyage au Canada».

Plus tôt cette année, le pape François a été invité personnellement à se rendre à Montréal en 2017 par le maire de Montréal, Denis Coderre, l’archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine, et le premier ministre du Québec, Philippe Couillard. La métropole québécoise soulignera alors le 375e anniversaire de sa fondation.

Le père Lombardi a rappelé que pour l’instant, seuls deux voyages sont confirmés pour François : en Afrique en novembre et en Pologne pour la Journée mondiale de la jeunesse en 2016. Il a précisé que les autres voyages à venir restent des «hypothèses».

Invité à commenter la possibilité que le pape puisse venir au Canada à la rencontre des «périphéries», le père Lombardi a déclaré que le pape a une attention «pour tous».

«Nous l’avons vu ici [aux États-Unis] et en Amérique latine. Naturellement, s’il vient au Canada, il sera aussi attentif aux périphéries», a ajouté le père Lombardi.

Présent à Philadelphie pour le voyage du pape, l’archevêque de Gatineau, Mgr Paul-André Durocher, a indiqué à Présence qu’il n’y a pas de confirmation dans ce dossier. Celui qui était jusqu’à tout récemment président de la Conférence des évêques catholiques du Canada croit que l’anniversaire de Montréal pourrait certes servir de prétexte à la venue du pape, mais que ce ne serait sans doute pas le but premier de sa visite.

«Ce que je vois de François, c’est son désir de rencontrer les périphéries, les groupes marginaux dans les sociétés. S’il venait au Canada pour aller aux périphéries, ce serait merveilleux», a confié Mgr Durocher.

L’archevêque de Gatineau a énuméré les autochtones, les immigrants, les pauvres et les victimes d’abus sexuels commis par des membres du clergé comme étant des périphéries canadiennes que le pape pourrait vouloir rencontrer.

«S’il venait pour eux, je souhaiterais beaucoup sa venue», a déclaré Mgr Durocher.

De son côté, Mgr Christian Lépine a affirmé suivre attentivement le dossier. L’idée d’inviter le pape à Montréal lui est venue dès sa nomination comme archevêque en 2012. Il ne cache pas son enthousiasme à l’idée que le pape puisse venir en 2017, surtout après ces derniers jours passés à Philadelphie.

«Il vient de faire un voyage de dix jours à Cuba et aux États-Unis. Personne ne l’avait vu venir. Il y a tout le temps des surprises avec François: tu penses qu’il va faire quelque chose, et il fait autre chose», a-t-il dit.

L’archevêque de Montréal a ajouté que même si les retombées économiques d’un voyage papal sont indéniables pour une ville, ce ne sont pas nécessairement les diocèses catholiques qui en bénéficient. Il a noté qu’un appel à la prudence a été formulé par les milieux catholiques canadiens et québécois à l’idée d’une éventuelle venue du pape.

Avant de quitter Philadelphie lundi, l’évêque du diocèse de Saint-Jean-Longueuil a laissé entendre qu’il ne partage pas tout à fait le même enthousiasme que son homologue de Montréal, soulignant que le pape préfère effectivement visiter des endroits «aux périphéries». Selon Mgr Lionel Gendron, l’Église catholique au Canada et au Québec devra aussi se poser la question de «l’impact» d’une telle visite.  «Ce sera vraiment au pape de décider s’il vient ou non», a dit Mgr Gendron.

 

du même auteur

La primat de l'Église anglicane du Canada, Linda Nicholls, était de passage à Québec le 23 novembre 2019.
2019-12-12 19:48 || Canada Canada

«Maintenant, comment devrions-nous vivre?»

Contrairement à de nouvelles données qui annoncent la fin de l'Église anglicane du Canada d'ici 2040, l'évêque anglican de Québec, Bruce Myers, croit qu'elle a toutes les raisons d'espérer.
2019-12-10 17:31 || Québec Québec

Québec, baromètre de l’Église anglicane du Canada

Vendredi soir, le ciel de Montréal sera éclairé de 14 faisceaux lumineux qui seront allumés à quelques secondes d’intervalle, à l’appel des noms des 14 victimes.
2019-12-05 13:47 || Québec Québec

Polytechnique: «La blessure sera toujours vive»

articles récents

Un homme à la solide carrure, Danny, était présent au brunch. Il souhaite pouvoir s'impliquer à son tour pour aider les itinérants un jour.
2019-12-11 11:16 || Québec Québec

Un premier brunch de Noël pour Notre-Dame-de-la-rue

Claude Paradis et Arlen John Bonnar posent à côté de la statue 'Homeless Jesus' installée devant l'Église Unie St. James, à Montréal.
2019-12-10 11:57 || Québec Québec

Un 'Homeless Jesus' sensibilise à l'itinérance à Montréal

La rencontre du Conseil national de Développement et Paix, la plus haute instance décisionnelle de l'organisme, se tenait dans cet édifice du boulevard René-Lévesque du 29 novembre au 1er décembre.
2019-12-06 00:00 || Canada Canada

Rencontre cruciale de Développement et Paix: le flou persiste