La marche pèlerine au Québec

Le Chemin de Saint-Rémi, union entre économie locale et spiritualité

Le Chemin de Saint-Rémi.
Le Chemin de Saint-Rémi.   (Courtoisie)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2016-08-17 10:35 || Québec Québec

Lancé officiellement en mai 2016, après plus de trois années de préparation, le Chemin de Saint-Rémi, long de 800 kilomètres, se positionne au confluent du cheminement spirituel et du développement durable. Unique en son genre, il relie 56 municipalités situées entre Saint-Adrien en Estrie et Saint-Florence en Gaspésie. Les maires, les agents de développement et la population de ces villages se sont mobilisés pour concrétiser le rêve de deux visionnaires passionnés par la longue randonnée et par le développement spirituel. Présence a rencontré l’un de ces créateurs, Stéphane Pinel.

«En février et en mars 2014, lorsque ma partenaire, Louise Bourgeois, et moi avons  parcouru le chemin pour la première fois, il faisait frette et il a neigé en tabarouette!», lance Stéphane Pinel. Quelques semaines plus tôt, alors qu’ils avaient déjà rencontré quarante conseils municipaux afin de présenter le projet du chemin, ils s’étaient fait demander si celui-ci se parcourait  aussi durant la saison froide. «Nous avons décidé de le parcourir d’un bout à l’autre en plein hiver. Le soir, nous nous arrêtions dans les villages afin de rencontrer les villageois pour leur présenter notre projet.»

C’est ainsi qu’ils obtiennent l’assentiment des habitants de ces hameaux, dont certains sont confrontés à la dévitalisation grandissante et à l’exode rural. Le projet du chemin peut aller de l’avant.

Pourtant, à l’époque, tout reste à construire. La moitié des villages à peine possèdent alors les infrastructures nécessaires à l’accueil des pèlerins. «Il n’y a pas d’auberges, ni de gîtes, ni d’hôtels. Ce sont de petits villages de 200 à 800 habitants. Quelquefois, il y a un dépanneur, parfois non. Il n’y a plus de guichet automatique. Les églises ferment», explique Stéphane Pinel.

Afin d’assurer les besoins élémentaires des futurs pèlerins, les organisateurs décident de doter les villageois désireux de les accueillir de la certification Village d’accueil. Celle-ci permettait aux Européens de dormir chez l’habitant. «Cela nous permettait de recevoir un maximum de six marcheurs par maison et de leur offrir le souper, la chambre et le déjeuner. À la veille de déposer les 243 dossiers de candidatures, à un mois et demi de l’ouverture officielle du chemin, nous apprenons que la certification est abolie! Cela a provoqué une vive réaction, surtout dans les villages du Bas-du-Fleuve qui ont vécu les Opérations dignité au début des années 70. Ils se sont pris en main», relate le co-fondateur du Chemin de Saint-Rémi.

Résultat? Aujourd’hui, environ 60 nouvelles petites entreprises d’hébergement réservées exclusivement aux marcheurs ont été créées tout au long du chemin.

Avec le recul et les années de préparation et d’expérimentations de toutes sortes, Stéphane Pinel est persuadé d’avoir été guidé dans ses nombreuses et parfois frustrantes démarches. «Nous avons réalisé, Louise et moi, que nous ne sommes pas les boss dans cette aventure. C’est lui, là-haut, le véritable boss! Si j’avais su à l’avance ce que j’allais devoir accomplir dans cette aventure, j’aurais eu peur! »

Changer de vie

Quelques années avant de se retrouver dans la peau d’un co-fondateur d’un chemin de pèlerinage, Stéphane Pinel, diplômé en relations industrielles, travaille au sein de la compagnie de son père. Auparavant, il avait fait un séjour chez Bell. Tout allait bien pour lui. «Toutefois, en 2009 la vie me lance un avertissement. Je dois alors prendre une distance avec ma carrière.»

C’est durant ce moment charnière qu’il découvre les bienfaits de la marche sur le corps, le psychisme et l’âme.

Puis, en 2012, c’est la rencontre de Louise Bourgeois avec laquelle il décide de faire vie commune. Or, Louise est une passionnée de la longue randonnée, elle a même accompli Compostelle à plusieurs reprises. Elle caresse le rêve d’ouvrir une auberge sur le Chemin de Compostelle afin d’y accueillir les Québécois qui sont de passage. Ensemble, ils en arrivent à la conclusion qu’ils sont appelés à créer un chemin semblable ici même au Québec.

«Tu fais cela comment, un chemin? Eh bien, tu t’en remets aux signes de la vie! Un jour, Louise parle de notre projet à son cousin qui est agent de développement pour le village de Saint-Adrien-de Ham. Il l’invite à venir visiter son village.»

Sur place, Louise Bourgeois remarque que la devise du village est «Marchons ensemble». Ils décident que le village de Saint-Adrien sera le point de départ du chemin de Saint-Rémi.

Peu à peu, les valeurs promues par Chemin de Saint-Rémi se mettent place. Tout naturellement, celles du développement durable, de l’éco-responsabilité et du bien commun ont surgi à travers l’engagement des villages. La portée spirituelle du Chemin de Saint-Rémi s’est consolidée avec le temps.

Par le Chemin de Saint-Rémi, Stéphane Pinel aimerait aider à concrétiser le souhait premier des grands maîtres spirituels qui est, selon lui, «de ramener l’individu à sa pleine grandeur. La spiritualité du Chemin est universelle, car elle s’abreuve à toutes les sources. Le message que je veux transmettre à travers ce chemin est celui de Jésus: "Aimez-vous les uns les autres" au-delà de vos différences, de votre couleur, de votre spiritualité. C’est pour moi la seule manière d’obtenir le salut de l’humanité. Pour Louise et moi, ce genre de spiritualité universelle nous porte de plus en plus.»

Créer ce chemin n’a pas été sans conséquence pour les fondateurs. «Nous n’avons pas juste créé un chemin de pèlerinage. Nous en avons vécu un également. Il nous a transformés.»

Les fondateurs du Chemin de Saint-Rémi souhaitent que celui-ci puisse un jour aider les personnes aux prises avec la maladie mentale ou encore avec la dépression.

Le Chemin de Saint-Rémi a choisi la rose comme logo. «Sur le Chemin de Compostelle, il y avait des roses partout! Nous avons retenu la rose, car ce symbole est très puissant. Il représente l’amour. Pour nous, le chemin de Saint-Rémi est un chemin d’amour! C’est aussi simple que cela!»

 

du même auteur

Un cours en ligne offert dès le 12 octobre par l'Université de Montréal se penchera sur les liens entre guérison et religions au Québec.
2020-10-01 10:10 || Québec Québec

Guérison et religions au Québec: revisiter les idées reçues

Des hommes sont en deuil après un attentat islamiste à Kaboul, en Afghanistan, le 15 août 2018. L’Université de Montréal proposera cet automne un cours permettant de faire le point sur les enjeux actuels liés à l’islamisme qui insistera notamment sur le «début de la fin» du phénomène.
2020-08-21 17:13 || Québec Québec

L'UdeM propose un cours explorant «le début de la fin» de l'islamisme

L’abbé Jacques Dorélien est né en Haïti. Curé des paroisses Marie-Reine-des-Cœurs et Saint-Fabien à Montréal, l’abbé Dorélien est prêtre depuis 19 ans. Comme bien d’autres au Québec, il a été bouleversé par la mort de Georges Floyd.
2020-07-02 15:39 || Québec Québec

Le racisme vu par des clercs noirs du Québec

articles récents

L'avocat, auteur et militant Dominique Boisvert est décédé le 23 novembre 2020.
2020-11-25 17:47 || Québec Québec

Dominique Boisvert emporté par la maladie

Le nouveau recteur de l'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, le père Michael DeLaney, discute de sa connaissance de ce lieu fondé par le frère André, de sa vision de la langue et de la culture d’ici et des défis qu’il entend relever.
2020-11-22 17:20 || Québec Québec

«La clé de la culture, c'est la langue», dit le nouveau recteur de l'Oratoire Saint-Joseph

Le prêtre montréalais John Emmett Walsh est décédé subitement le lundi 9 novembre 2020 à l'âge de 78 ans.
2020-11-10 12:14 || Québec Québec

Décès de l'abbé John Emmett Walsh