Attentat de Québec

Le Collectif pour l’unité de l’Île-des-Sœurs organise une vigile

La Place de l'Unité a été inaugurée en décembre 2016, à Verdun.
La Place de l'Unité a été inaugurée en décembre 2016, à Verdun.   (Présence/Yves Casgrain)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2017-01-30 17:45 || Québec Québec

«Je suis sous le choc, terrifié! Je suis sans mots face à cet acte barbare et lâche!» C’est avec la voix brisée que Mourad Bendjennet, membre du Collectif pour l’unité et administrateur du Centre islamique Al Jazira de l’Île-des-Sœurs, a réagi à l’attentat survenu dimanche soir au Centre culturel islamique de Québec.

«La communauté musulmane de l’Île-des-Sœurs s’unit à celle de la ville de Québec. Toutes nos pensées profondes vont aux victimes, aux épouses, aux enfants des victimes. Nous sommes près d’eux», a tenu à souligner M. Bendjennet, un des membres fondateurs du Comité pour l’unité créé à L’Île-des-Sœurs à l’initiative de la paroisse Sainte-Marguerite-Bourgeois, de la Congrégation Chabad et du Centre Al Jazira.

M. Bendjannet a affirmé que le Collectif pour l’unité a reçu de nombreux messages de soutien. «Ils proviennent d’élus municipaux et provinciaux, de représentants de différentes communautés chrétiennes, juives et de non-croyants. Tous sont avec nous!»

Ces messages d’appuis sont perçus par le Collectif pour l’unité comme un encouragement à continuer son œuvre de dialogue. «Ils nous donnent la force de poursuivre le projet collectif que nous avons commencé il y a plus d’un an. Cela confirme que nous avons besoin de vivre ensemble, que nous avons besoin de paix, de sécurité.»

Mourad Bendjannet est plus convaincu que jamais de la nécessité d’initiatives comme celle du Collectif pour l’unité. «Si le Collectif pour l’unité n’existait pas, la communication entre les différentes communautés serait plus difficile. Maintenant, il y a des personnes qui ne sont pas de la communauté musulmane et qui agissent comme nos porte-paroles. Cela nous fait chaud au cœur!»

Pour sa part, Roger Légaré, un des membres fondateurs du Collectif pour l’unité et administrateur de la paroisse catholique Sainte-Marguerite-Bourgeoys, croit que «nous vivons une période d’instabilité. Nous tenons pour acquis que les choses vont bien aller. Nous pensons que, parce que nous vivons au Québec et au Canada, nous ne pouvons pas être frappés par ce genre d’événement. Lorsque cela arrive, nous sommes incrédules.»

Face à cet attentat, Roger Légaré croit qu’il faut alimenter la communauté de nouvelles positives. «L’attentat survenu au Centre culturel islamique de Québec nous fait réaliser que le vivre ensemble est important. Il faut répandre une pensée positive. Il faut travailler à l’appréciation des personnes et des cultures qui nous entourent. C’est justement dans cet esprit que nous avons travaillé ensemble pour accueillir des Syriens et d’autres réfugiés.»

Il souligne que les initiateurs du Collectif pour l’unité, Mourad Bendjannet, l’homme d’affaire Samuel Gewurz et lui-même, ont travaillé afin de regrouper les trois religions dans un même lieu afin qu’elles deviennent voisines. «Nous avons reçu l’aide de l’arrondissement Verdun dans nos efforts. Nous allons les poursuivre dans la même optique. Nous pensons toujours que nous ne sommes pas capables de faire davantage pour changer la situation. Je pense que les petits gestes que nous réalisons afin de nous rapprocher les uns des autres peuvent contribuer au changement», lance Roger Légaré.

Afin de souligner la solidarité du Collectif pour l’unité envers les victimes de l’attentat perpétré dans le Centre culturel islamique de Québec une vigile est organisée lundi soir, à 18h, sur la Place de l’Unité qui a été inaugurée au mois de décembre dernier par les représentants de l’arrondissement de Verdun. «La Place de l’Unité est un symbole d’unité et de paix. Elle a été créée pour ce genre d’évènement», a souligné M. Bendjannet.

«Au cours de la vigile, nous allons faire sonner les cloches de l’unité en signe de solidarité», a précisé Roger Légaré.

 

du même auteur

L’abbé Jacques Dorélien est né en Haïti. Curé des paroisses Marie-Reine-des-Cœurs et Saint-Fabien à Montréal, l’abbé Dorélien est prêtre depuis 19 ans. Comme bien d’autres au Québec, il a été bouleversé par la mort de Georges Floyd.
2020-07-02 15:39 || Québec Québec

Le racisme vu par des clercs noirs du Québec

Lorraine Derocher, une spécialiste de la protection de l’enfance dans les milieux sectaires, craint que le développement physique et psychologique des mineurs soit compromis au sein de certains mouvements isolés qui prédisent l’apocalypse.
2020-04-23 15:18 || Québec Québec

Une sociologue s’inquiète pour les enfants membres de mouvements apocalyptiques

La mission des intervenants en soins spirituels prend une importance accrue en ce temps de pandémie.
2020-04-14 18:57 || Québec Québec

Les intervenants en soins spirituels, rouage délicat pendant la pandémie

articles récents

L’abbé Jacques Dorélien est né en Haïti. Curé des paroisses Marie-Reine-des-Cœurs et Saint-Fabien à Montréal, l’abbé Dorélien est prêtre depuis 19 ans. Comme bien d’autres au Québec, il a été bouleversé par la mort de Georges Floyd.
2020-07-02 15:39 || Québec Québec

Le racisme vu par des clercs noirs du Québec

Le syndicaliste Joseph Giguère, premier directeur général laïque du Centre St-Pierre de Montréal, est décédé le mardi 23 juin 2020.
2020-06-29 14:19 || Québec Québec

Décès de Joseph Giguère, figure majeure du catholicisme social

Les plans et dates de réouverture varient d'une communauté chrétienne à l'autre au Québec.
2020-06-22 14:41 || Québec Québec

Églises: variations sur la réouverture