Verdun

Le Collectif pour l’Unité reçoit la médaille de l’Assemblée nationale

De gauche à droite: le rabbin Levi Itkin, Samuel Gewruz, la ministre Isabelle Melançon, Mourad Bendjennet et Roger Légaré.
De gauche à droite: le rabbin Levi Itkin, Samuel Gewruz, la ministre Isabelle Melançon, Mourad Bendjennet et Roger Légaré.   (Présence/Yves Casgrain)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2017-12-13 17:10 || Québec Québec

Le dimanche 10 décembre, les fondateurs du Collectif pour l’Unité de l’Île-des-Sœurs ont reçu des mains de la ministre de l’Environnement et députée de la circonscription de Verdun, Isabelle Melançon, la médaille de l’Assemblée nationale. La cérémonie protocolaire s’est déroulée au Centre communautaire Elgar situé devant la Place de l’Unité, inaugurée le 4 décembre 2016 par l’arrondissement de Verdun.

«Je suis fière de mon coup!» s’est exclamée la ministre.

C’est d’ailleurs à sa suggestion que le Collectif pour l’Unité s’est vu décerner la médaille de l’Assemblée nationale. Dans son discours précédent la remise de la récompense, elle a tenu à souligner que l’inauguration de la Place de l’Unité et du campanile qui se trouve sur un terrain appartenant à l’arrondissement a été «le moment le plus fort» depuis son élection en décembre 2016.

Isabelle Melançon a profité de l’occasion pour magnifier l’engagement des quatre fondateurs du Collectif pour l’Unité: Samuel Gewruz, promoteur immobilier, Mourad Bendjennet, administrateur du Centre Al-Jazira, Levi Itkin, rabbin du Centre Chabad, et Roger Légaré, administrateur de la paroisse Sainte-Marguerite-Bourgeoys.

«Messieurs, par votre détermination, vous avez démontré qu’il est possible de s’unir. Vous avez montré la voie à suivre pour le Canada et pour le reste du monde. Vos noms sont désormais intimement liés à l’accueil et à l’amour de son prochain», a déclaré Mme Melançon tout juste avant la remise des médailles.

Le maire de l’arrondissement, Jean-François Parenteau, a souligné l’importance de cette cérémonie. «Honorer ces personnes lance un message clair dans le monde tumultueux dans lequel nous vivons actuellement.»

Dans leurs discours de remerciements, les quatre récipiendaires ont tenu à souligner le travail remarquable effectué par Dan Hanganu, architecte décédé tout récemment. C’est lui qui a conçu le campanile de la Place de l’Unité.

Tous ont également mis l’accent sur l’implication des nombreuses personnes engagées dans le mouvement. «Cette médaille est une victoire pour tous les membres du Collectif, notamment pour les bénévoles de toutes confessions», a mentionné M. Bendjennet.

«Nous avons démontré, a-t-il poursuivi, qu’il est possible de faire un monde meilleur grâce au vivre-ensemble et en se concentrant sur les éléments qui unissent nos trois religions, à savoir l’amour, le partage et la générosité.»

Le rabbin Itkin, dans son allocution, n’a pas manqué de souligner que cette cérémonie a lieu au moment où les juifs du monde entier se préparaient à célébrer la Fête de la lumière (Hanoukka) qui dure huit jours. Il a fait allusion au pouvoir que représentent plusieurs chandelles allumées au cœur de l’obscurité.

Samuel Gewruz, fondateur de la firme immobilière Proment, a confié avoir été inquiet devant la neige qui tombait quelques heures avant la cérémonie. «Pourquoi tombe-t-elle? Elle aurait pu attendre jusqu’à demain. Il doit y avoir une raison. J’ai alors pensé que la neige est pure, pure comme les cœurs de toutes les personnes avec lesquelles le Collectif a collaboré depuis sa fondation.»

Pour sa part Roger Légaré, de la paroisse Sainte-Marguerite-Bourgeoys, a souligné «que ce que nous avons fait avec le Collectif aura beaucoup de conséquences pour le Canada et pour le reste du monde. Cela prouve que nous pouvons vivre ensemble si nous nous en donnons la peine».

Dans une entrevue accordée à Présence, Mgr Roger Dufresne, vicaire épiscopal aux doyennés francophones, a mentionné que cette cérémonie «a lieu dans une période où l'on parle de l’importance d’avoir un État laïc et une société pluraliste. Je trouve intéressant de constater que cet État, laïc reconnait un projet de vivre ensemble réalisé par trois religions. C’est un petit clin d’œil dans le débat actuel».

Pour sa part, le nouveau curé de la paroisse Sainte-Marguerite-Bourgeoys, Charles Langlois, a confié qu’il entend bien s’impliquer dans le Collectif pour l’Unité. «C’est extraordinaire! Lorsque nous travaillons ensemble, nous pouvons accomplir de grandes choses!»

Bien que protocolaire, la cérémonie s’est déroulée dans une atmosphère festive devant une soixantaine de personnes qui s’étaient déplacées pour l’occasion. C’est ainsi que Mourad Bendjennet a terminé son discours en invitant les convives à chanter quelques couplets de la chanson Quand les hommes vivront d’amour du célèbre chansonnier Raymond Lévesque. Ce qui a donné lieu à un moment d’émotion.

Le Collectif pour l’Unité a été créé en 2015 par quatre représentants des communautés musulmanes, catholiques et juives dont les lieux de culte partagent le même toit. Depuis, le Collectif pour l’Unité s’est impliqué auprès des réfugiés avec le Centre de collecte pour les réfugiés syriens créé par Dora Douik, conjointe de M. Bendjennet, Selima Driss et Geneviève Cornibert. Aujourd’hui, sa mission s’est élargie à l’ensemble des citoyens dans le besoin.  

 

du même auteur

Un cours en ligne offert dès le 12 octobre par l'Université de Montréal se penchera sur les liens entre guérison et religions au Québec.
2020-10-01 10:10 || Québec Québec

Guérison et religions au Québec: revisiter les idées reçues

Des hommes sont en deuil après un attentat islamiste à Kaboul, en Afghanistan, le 15 août 2018. L’Université de Montréal proposera cet automne un cours permettant de faire le point sur les enjeux actuels liés à l’islamisme qui insistera notamment sur le «début de la fin» du phénomène.
2020-08-21 17:13 || Québec Québec

L'UdeM propose un cours explorant «le début de la fin» de l'islamisme

L’abbé Jacques Dorélien est né en Haïti. Curé des paroisses Marie-Reine-des-Cœurs et Saint-Fabien à Montréal, l’abbé Dorélien est prêtre depuis 19 ans. Comme bien d’autres au Québec, il a été bouleversé par la mort de Georges Floyd.
2020-07-02 15:39 || Québec Québec

Le racisme vu par des clercs noirs du Québec

articles récents

 «Tuer des fidèles innocents dans une église, c'est terroriste. Tout comme tuer des fidèles pieux dans une mosquée ou dans une synagogue, c'est aussi terroriste», rappelle l'imam Hassan Guillet.
2020-10-29 16:29 || Monde Monde

On ne doit jamais tuer au nom d'une religion, dit un imam québécois

Dans le monde des mèmes, ces caricatures éditoriales basées sur des photos ou des illustrations, les internautes s'en donnent à cœur joie sur le cas de la religion et de la politique.
2020-10-22 17:19 || Monde Monde

La «religion civile» des États-Unis, terreau fertile pour les mèmes

La mission Saint-Jean-de-Brébeuf de Manawan.
2020-10-02 14:39 || Québec Québec

La mort de Joyce Echaquan remue le milieu religieux