Œuvres pontificales missionnaires

Le directeur sortant part avec le sentiment du devoir accompli

Le jésuite André Gagnon au IIe Symposium international de missiologie, en 2011, au Panama.
Le jésuite André Gagnon au IIe Symposium international de missiologie, en 2011, au Panama.   (Courtoisie - OPM Canada/José I. Sierra)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2016-02-09 14:51 || Canada Canada

Le directeur national sortant des Œuvres pontificales missionnaires au Canada francophone quitte avec le sentiment du devoir accompli.

Le jésuite André Gagnon dit qu'il a beaucoup apprécié son engagement des cinq dernières années à la tête des Œuvres pontificales missionnaires au Canada. Le jésuite a notamment beaucoup appris sur l'Église canadienne, une Église bien différente de celle d'Afrique, un continent où il a vécu durant près de vingt ans.

«On dit qu'on sort l'Africain de l'Afrique, mais qu'on ne peut jamais sortir l'Afrique de l'Africain.» Avant de venir au Canada, le père Gagnon était le curé, durant dix ans, d'une paroisse du Sénégal. «Mon cœur est là-bas. L'Afrique n'est pas sortie de moi, pas du tout.»

Pour lui, est-ce le temps d'un retour en Afrique? D’autres responsabilités au Canada? Le jésuite ne connaît pas encore les nouvelles fonctions qu'il occupera. «Je suis rappelé dans ma communauté, dans ma province. Je suis toujours disponible pour les missions», dit-il.

Nommé en 2010, il semble clair que le père Gagnon quittera ces fonctions sous peu, avec le terme de son mandat. Ce qui demeure moins clair c’est ce qui arrivera aux Œuvres pontificales missionnaires au Canada francophone par la suite. En effet, on connaît l’identité de la personne choisie pour lui succéder – le père Yoland Ouellet, ancien recteur de la basilique de Notre-Dame-du-Cap – mais la nomination tarde à être confirmée.

«Je n'ai pas encore rencontré le père Ouellet», dit le père Gagnon. L'actuel directeur national ne sait pas non plus si le religieux oblat, actuellement à l'extérieur du Canada, a même officiellement accepté ce mandat de cinq années. Il dit qu’il sera heureux de lui «passer le relais».

Une publication des Oblats de Marie-Immaculée annonçait le 1er février que la nomination de leur confrère émanait de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples. Reprenant les mots du décret de la congrégation romaine, on indiquait que le nouveau directeur national est «appelé à encourager les fidèles et tous les hommes de bonne volonté à contribuer financièrement pour le soutien matériel de l’Église dans les terres de mission». Un texte sur la nomination a également été retiré du site Web de la communauté.

La nomination n'a pas encore été rendue publique par les Œuvres pontificales missionnaires ou par la Conférence des évêques catholiques du Canada.

«Tant que la personne n'a pas donné son accord, on ne peut pas l'annoncer officiellement», explique le jésuite André Gagnon. «Le père Ouellet revient au Canada vendredi. Aussitôt qu'on a son accord, on lancera l'information. Le communiqué est prêt», assure-t-il.

Présence a tenté sans succès de joindre le père Ouellet au cours des derniers jours.

Dans sa page Facebook personnelle, l’ancien recteur du Cap se fait aussi discret. Il n'a pas encore répondu publiquement aux messages de félicitations que ses amis ont insérés ces derniers jours.

 

du même auteur

Le père Alain Ambeault est le nouveau directeur général de la Conférence religieuse canadienne
2019-08-14 19:15 || Canada Canada

«Le sens profond de l'engagement à la vie consacrée doit renaître»

C'est la basilique Notre-Dame à Montréal qui obtient le plus grand montant pour la période 2019-2020 : 1 M$ pour la restauration de sa maçonnerie.
2019-08-14 05:21 || Québec Québec

Patrimoine religieux: l'identité des projets subventionnés dévoilée

Les évêques du Canada estiment qu'ils sont les gardiens ou les intendants des sommes versées chaque année par les catholiques à l'organisme Développement et Paix. Une telle affirmation fait toutefois sourciller un expert.
2019-08-07 11:00 || Canada Canada

Les évêques peuvent-ils retenir les dons versés à Développement et Paix?

articles récents

Greg Zanis, charpentier de métier originaire d’Aurora, dans l’Illinois, parcourt les États-Unis depuis plus de 20 ans pour y placer des croix en bois blanches à la mémoire des victimes de tuerie. Sur cette photo, il installait des croix en octobre 2017 après une tuerie à Las Vegas.
2019-08-08 10:49 || Monde Monde

Tueries de masse: le charpentier qui a fourni 26 000 croix en 20 ans

Des catholiques portent une statue le 1er avril 2019, jour de Pâques, à Tegucigalpa, la capitale hondurienne.
2019-07-30 13:51 || Canada Canada

Appui inconditionnel des jésuites canadiens au Padre Melo

Radio Progreso du Honduras n'est pas le seul partenaire de Développement et Paix à avoir reçu cet été une demande de clarification en provenance du secrétaire général de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC).
2019-07-30 11:00 || Canada Canada

Un groupe craint des représailles de la conférence épiscopale s'il parle