Un refuge montréalais pour les demandeurs d'asile

Le pape écrit une lettre aux responsables du centre Le Pont

Les deux responsables du centre Le Pont, une maison d'accueil pour demandeurs d'asile, ont reçu jeudi dernier une petite carte d'appréciation signée par le pape François lui-même.
Les deux responsables du centre Le Pont, une maison d'accueil pour demandeurs d'asile, ont reçu jeudi dernier une petite carte d'appréciation signée par le pape François lui-même.   (Image fournie par Le Pont)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-05-18 16:50 || Québec Québec

«Chers Alessandra et Arthur.» C'est par ces mots que débute cette courte note d'appréciation reçue la semaine dernière par Alessandra Santopadre et Arthur Durieux, les deux responsables du centre Le Pont, un refuge pour demandeurs d'asile établi dans un presbytère de Montréal.

La petite carte blanche, rédigée à la main, contient une trentaine de mots en italien.

«Attendez que je la retrouve et je vais vous la traduire», lance au téléphone Alessandra Santopadre, la responsable du programme de parrainage des réfugies et des demandeurs d’asile de l'archidiocèse de Montréal. «Je l'ai trouvée.»

«C'est écrit: Chers Alessandra et Arthur. Je voudrais vous remercier pour votre incontournable travail à la maison d'accueil Le Pont en faveur de tant d'immigrants et de réfugiés à Montréal. Gardez vivant leur espoir. Dieu vous bénisse. Fraternellement.»

La note, rédigée et signée par le pape François le 17 avril 2020, a voyagé par le courrier diplomatique du Vatican et s'est retrouvée entre les mains du patron d'Alessandra, un missionnaire scalabrinien. Le jeudi 14 mai, le père Pierangelo Paternieri, le directeur de l'Office diocésain des communautés culturelles et rituelles, a remis aux deux responsables du centre Le Pont la lettre papale qui leur était adressée.

«Quand le pape t'écrit personnellement, tu ne peux qu'être heureuse», a noté samedi madame Santopadre sur sa page Facebook personnelle. «Et dire merci», ajoute-t-elle, bien déterminée à poursuivre son travail «auprès des migrants, des réfugiés et des demandeurs d'asile» présents à Montréal.

Frontières fermées, portes ouvertes

Malgré la pandémie et la fermeture des frontières, Le Pont de Montréal n'a pas cessé d'accueillir des demandeurs d'asile.

«On a actuellement sept familles qui sont hébergées au Pont», soit 27 adultes et enfants, dont deux paires de frères et de sœurs d'âge mineur. «Ce sont deux jeunes d'Angola et deux sœurs du Cameroun. «Normalement, on n'accepte pas des mineurs mais les travailleuses sociales n'avait pas de famille pour les héberger. On les a donc accueillis chez nous.»

Les frontières sont fermées aux  voyageurs mais les demandeurs d'asile sont acceptés depuis peu. Ils sont toutefois placés en quarantaine par les autorités gouvernementales canadiennes. «Après la quarantaine, on nous contacte.»

Bien que la situation sanitaire actuelle traumatise «tout le monde», dit Alessandra Santopadre, les migrants sont doublement traumatisés. «Les demandeurs d'asile se retrouvent coincés dans une maison, sans possibilité de sortir, après une trajectoire migratoire souvent pénible qui a peut-être duré des mois ou même des années. C'est très difficile psychologiquement pour eux.»

«Nous, on essaie de les rassurer, d'être là pour eux et de répondre à leurs besoins. On le fait en leur fournissant un endroit où toute la famille peut vivre en sécurité», après avoir vécu tant d'insécurité dans les pays qu'ils ont dû quitter.

Dès que les mesures de confinement seront levées, le centre Le Pont pourra accueillir de nouveau ses bénévoles et ses stagiaires qui accompagnent les familles dans leurs démarches d'intégration.

La responsable a donc hâte de voir les enfants jouer de nouveau dans les parcs proches du centre et leurs parents partir à la recherche d'un logement, d'un «chez-eux si important pour toutes les familles».

À la fin de la crise sanitaire, «les familles vont enfin pouvoir goûter à un peu de liberté», espère-t-elle. «N'est-ce pas justement ce qu'ils cherchaient en venant ici?»

***

 

 

du même auteur

Les portes closes de l'église Saint-Roch, à Québec. Les catholiques du Québec devront être prêts à rouvrir les portes de leurs églises et à reprendre le cours de leurs activités liturgiques, dit l'Assemblée des évêques catholiques du Québec.
2020-05-25 14:21 || Québec Québec

Peut-être pas toutes les églises qui pourront rouvrir en même temps, dit l'AECQ

Le père Francis G. Morrisey, professeur émérite et ancien doyen de la Faculté de droit canonique de l'Université Saint-Paul, est décédé le 23 mai 2020 au Centre Élisabeth-Bruyère d'Ottawa. Il était âgé de 84 ans.
2020-05-25 09:35 || Canada Canada

Décès de l'oblat Francis G. Morrisey, canoniste de réputation mondiale

Entre le 1er et le 15 mai, le ministre provincial de l’Ordre des frères mineurs capucins, Louis Cinq-Mars, a appris le décès de sept de ses confrères, tous atteints de la COVID-19.
2020-05-21 14:18 || Québec Québec

Sept capucins décédés de la COVID-19 en deux semaines

articles récents

L'ex-président du Conseil national de Développement et Paix, le diacre et homme d'affaires Jean-Denis Lampron, a réagi mardi à la refonte de la représentativité au Conseil national de Développement et Paix.
2020-05-05 11:59 || Canada Canada

Accueil tiède pour la refonte du Conseil national

Le FC Cologne, le club de soccer de première division de la ville, aide l'archevêché catholique local à mettre en place un système de billetterie pour les services religieux où le nombre de places est limité en raison de la COVID-19.
2020-05-05 11:21 || Monde Monde

Le FC Cologne met son système de billetterie au service de l'archidiocèse

Les évêques du Canada retournent au Conseil national de Développement et Paix où ils occuperont près du tiers des sièges. Par ailleurs, ils exigent que Développement et Paix utilise et paie les services d'un consultant externe.
2020-05-04 15:05 || Canada Canada

Retour des évêques au Conseil national de Développement et Paix