À Philadelphie

Le pape rencontre des victimes d’abus sexuels et dénonce la loi du silence

Des membres de SNAP (Survivors Network of Those Abused by Priests) manifestent lors de la visite du pape François à Philadelphie. Le dimanche 27 septembre, le pape a rencontré des victimes d'agressions sexuelles commises par des prêtres.
Des membres de SNAP (Survivors Network of Those Abused by Priests) manifestent lors de la visite du pape François à Philadelphie. Le dimanche 27 septembre, le pape a rencontré des victimes d'agressions sexuelles commises par des prêtres.   (CNS/Joshua Roberts)
2015-09-29 06:52 || Monde Monde

Le dimanche 27 septembre, dernier jour de sa visite aux États-Unis, le pape François a rencontré des victimes d’agressions sexuelles commises par des membres du clergé. Lors d’une rencontre ultérieure avec des évêques, il a affirmé avoir été envahi par un sentiment de honte, réaffirmant du même souffle son désir de sanctionner les coupables d’actes de pédophilie.

François devait prononcer une conférence sur l’importance de la famille devant les cardinaux, évêques, prêtres et séminaristes réunis au séminaire Saint-Charles-Borromée de Philadelphie. Il s’est cependant permis un aparté avant d’entrer dans le vif de sujet. Plus tôt dans la journée, le pape a rencontré des victimes d’abus sexuels, trois femmes et deux hommes ayant été abusés sexuellement par des membres du clergé, ainsi que des membres de leur famille ou encore des enseignants.  

«Ces témoignages, cette souffrance et la douleur de ces enfants abusés par des prêtres a laissé une trace indélébile sur mon cœur», a dit le pape. «Je ressens encore une honte indicible en raison du mal inqualifiable commis par ceux qui devaient protéger — et non pas malmener — ces petits êtres».
 
«Je suis profondément atterré, ajoute-t-il. Dieu pleure».

François affirme qu’on ne saurait se taire face «aux crimes et péchés que sont les agressions sexuelles à l’égard des enfants». Le pape a également affirmé s’être engagé à faire en sorte «que l’Église déploie toute sa vigilance afin de protéger les enfants». Il a aussi affirmé que «tous ceux s’étant rendus coupables de tels actes devront rendre des comptes».

Lors de sa visite officielle aux États-Unis, le pape a répété aux évêques américains à quel point il est heurté chaque fois que les médias rapportent une histoire d’abus sexuel sur des mineurs de la part de membres du clergé. Il a sommé les évêques d’être plus vigilants à ce chapitre.

Au cours des dernières années, l’archidiocèse de Philadelphie a été au cœur de plusieurs controverses liées à des agressions sexuelles commises par des membres du clergé. L’archidiocèse a dû sabrer dans ses dépenses et vendre plusieurs propriétés ecclésiastiques pour mettre fin aux litiges judiciaires et dédommager les victimes d’abus sexuels. Plus tôt cette année, Mgr Robert Finn, l’évêque de Kansas City-Saint-Joseph, a dû remettre sa démission, après avoir été reconnu coupable de négligence criminelle, en omettant de rapporter aux autorités judiciaires les actes pédophiles commis par l’un de ses prêtres. Mgr Finn est le tout premier évêque à avoir dû quitter son poste pour une telle raison.

En 2014, à Rome, le pape François a rencontré des victimes d’agressions sexuelles commises par des membres du clergé. Plusieurs groupes de défense des victimes d’abus sexuels cléricaux — le SNAP (Survivors Network of Those Abused by Priests), par exemple — critiquent toutefois le Vatican. Selon eux, l’Église n’en fait pas suffisamment pour soutenir les victimes.

Lors de l’audience privée qu’il a accordée aux victimes d’abus sexuels, le pape Francois a affirmé que ceux-ci étaient une source d’inspiration et des «ministres de la miséricorde». Il a également prié avec eux et affirmé ressentir leur douleur, leurs souffrances et la honte qui les habite.

Lors de son discours à l’intention des évêques, le pape a affirmé que l’Église doit faire preuve de «gratitude à l’égard de chacune de ces victimes et de leurs familles pour avoir eu le courage de laisser le Christ faire la lumière sur les abus sexuels à l’égard des enfants».

David Sedeno, Catholic News Service
Traduction et adaptation: Présence information religieuse

 

du même auteur

Alfred Kempski, un vétéran américain de la Seconde Guerre mondiale, assiste à une célébration religieuse le dimanche 10 novembre 2019 à la Long Island State Veterans Home, à Stony Brook, dans l'État de New York.
2019-11-12 08:46 || Monde Monde

Photo du jour - 12 novembre 2019

«Alors qu’elle prétend travailler à la sauvegarde de la culture québécoise comme société distincte, elle semble plutôt chercher des manières de l’uniformiser: test des valeurs, loi sur la laïcité, refus des signes religieux, même les cloches d’église sont devenues suspectes dans certains quartiers»,
2019-11-07 16:54 || Québec Québec || 4 Commentaire(s)

Le test des valeurs: le paradoxe d’une société distincte

L'évêque de Saint-Hyacinthe, Christian Rodembourg (à l'avant-plan), a été élu président de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ) le 20 septembre 2019 pour un mandat de deux ans.
2019-09-20 16:02 || Québec Québec

Photo du jour - 20 septembre 2019

articles récents

Un homme à la solide carrure, Danny, était présent au brunch. Il souhaite pouvoir s'impliquer à son tour pour aider les itinérants un jour.
2019-12-11 11:16 || Québec Québec

Un premier brunch de Noël pour Notre-Dame-de-la-rue

Claude Paradis et Arlen John Bonnar posent à côté de la statue 'Homeless Jesus' installée devant l'Église Unie St. James, à Montréal.
2019-12-10 11:57 || Québec Québec

Un 'Homeless Jesus' sensibilise à l'itinérance à Montréal

La rencontre du Conseil national de Développement et Paix, la plus haute instance décisionnelle de l'organisme, se tenait dans cet édifice du boulevard René-Lévesque du 29 novembre au 1er décembre.
2019-12-06 00:00 || Canada Canada

Rencontre cruciale de Développement et Paix: le flou persiste