Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal

Le père Grou préside la messe une semaine après avoir été agressé

Le père Claude Grou, qui a été agressé au couteau le 22 mars, a rencontré les médias dans le cadre d'une conférence de presse le vendredi 29 mars.
Le père Claude Grou, qui a été agressé au couteau le 22 mars, a rencontré les médias dans le cadre d'une conférence de presse le vendredi 29 mars.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-03-29 13:10 || Québec Québec

Lorsque les fidèles ont reconnu que le dernier prêtre à faire son entrée dans la crypte était le père Claude Grou, leurs applaudissements ont longuement retenti vendredi matin.

Une semaine plus tôt, exactement à la même heure, le recteur de l'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal était poignardé lors de la messe de 8 h 30.

Ce matin, le religieux de la Congrégation de Sainte-Croix, entouré de dix confrères, était de retour après ce «triste incident», selon les mots qu'il a prononcés immédiatement après avoir salué l'assemblée.

«Vendredi dernier, notre rencontre s'est terminée brusquement», a-t-il lancé. «Un triste incident est venu troubler la paix dans cette enceinte sacrée.»

«J'ai aujourd'hui la joie de me retrouver parmi vous. L'eucharistie est une occasion d'action de grâce. Et ce matin, je rends grâce à Dieu de m'avoir protégé lors de cette agression. Et je le remercie pour toutes ces personnes qui se sont spontanément interposées pour me protéger et éviter le pire», a-t-il dit en promenant son regard sur l'assistance.

L'attaque au couteau du vendredi 22 mars a eu lieu quelques secondes avant que le père Grou ne se dirige vers l'ambon pour y lire l'Évangile du jour et prononcer une homélie.

Dans son homélie de ce matin, il a invité les quelques 150 fidèles présents à revoir les priorités de leur vie.

«En méditant les deux textes de la parole de Dieu que nous venons d’entendre, il me semble entendre une voix qui nous dit: "Il faut revenir à l’essentiel".»

Il a ensuite ajouté que «des événements qui nous placent devant la perspective d’une mort possible sont aussi des moments qui nous invitent à revenir à l’essentiel.»

Mesures de sécurité

«C'est un événement un peu particulier que l'on a vécu il y a une semaine. Aujourd'hui, on arrive un peu à sa conclusion», a déclaré le recteur dès le début d'une conférence de presse tenue dans la basilique peu après la fin de la messe. «C'est le temps de revenir à la vie normale», a-t-il lancé.

«Je vais bien. J'ai eu un appui remarquable de mes confrères, des membres de ma famille et de toute notre équipe à l'Oratoire. Cela m'a aidé à reprendre le travail.»

«Un tel événement nous a obligés à nous resituer et à regarder l'importance de l'Oratoire et de sa mission», a expliqué le père Grou en abordant la question de la sécurité du lieu.

«Au coeur de cette ville, l'Oratoire est un espace de recueillement, d'accueil et de rencontres. Cela doit demeurer au centre de sa mission», a-t-il affirmé. «Je suis conscient qu'il faut être attentif à la sécurité des pèlerins et du personnel. Et c'est ce que nous faisons.»

L'attaque de vendredi «nous aide à aller plus loin afin de s'assurer que cette sécurité soit bien adaptée» au temps présent. Mais il faut aussi «tenir compte qu'on est un lieu où chaque personne qui se présente doit être bien accueillie».

«Je vous assure que cette sensibilité pour la sécurité va demeurer présente. Mais l'essentiel, c'est de garder notre mission bien vivante.»

Pas de rancœur

«Je ne connaissais pas» l'auteur de l'attaque de vendredi, a ensuite expliqué le père Grou. «C'est une personne, selon ce que j'entends, qui a des problèmes de santé.»

«Je n'ai aucune rancœur envers elle», a-t-il répété. «Je la porte même dans ma prière.»

Lui a-t-il pardonné?, lui a demandé un journaliste. «Le pardon est un long processus. Nous en sommes au début. Je suis ouvert, dans un esprit de réconciliation. Aucune porte n'est fermée.»

Il a ensuite expliqué s'être «un peu inquiété» lorsque son assaillant s'est approché de l'autel vendredi. «Et je me suis inquiété encore plus lorsqu'il a sorti un couteau», a-t-il lancé.

Blessé, il s'est vite relevé pour «faire face à l'adversaire». Puis il s'est avancé vers lui plutôt que de quitter la crypte. Un bref instant, le père Claude Grou a même pensé que «sa dernière heure était venue».

«Mais, c'est beau de voir comment l'adrénaline travaille dans ces moments», a-t-il raconté en souriant. «Imaginez que je me suis même dit un instant que tout allait se calmer et que je pourrais continuer ma messe.»

Était-il anxieux de revenir dans la crypte ce matin? Le recteur a confié qu'hier, il s'est rendu sur les lieux de l'attaque. «Je voulais me refamiliariser avec l'endroit et m'assurer que je n'aurais pas un geste de panique en y revenant.»

«Ce matin, quand j'ai entendu les applaudissements des gens, je n'ai senti aucune panique. Mes jambes ont cessé de trembler et j'ai pu célébrer comme je le fais habituellement.»

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Le sort des six quotidiens du Groupe Capitales Médias, acculés à la faillite et désormais à la recherche de nouveaux propriétaires, inquiète des responsables religieux du Québec.
2019-08-20 11:04 || Québec Québec

Journalisme: préoccupations dans les milieux religieux

L'endroit, connu aujourd'hui sous le nom de la Maison Saint-Gabriel, musée et site historique, est toujours administré par les membres de la congrégation que Marguerite Bourgeoys a fondée.
2019-08-20 09:34 || Québec Québec

445 000 $ pour le 400e de Marguerite Bourgeoys

La cathédrale Saint-Michel, à Sherbrooke.
2019-08-20 08:31 || Québec Québec

Patrimoine religieux en Estrie : 1 M$, 7 projets

articles récents

Le sort des six quotidiens du Groupe Capitales Médias, acculés à la faillite et désormais à la recherche de nouveaux propriétaires, inquiète des responsables religieux du Québec.
2019-08-20 11:04 || Québec Québec

Journalisme: préoccupations dans les milieux religieux

Greg Zanis, charpentier de métier originaire d’Aurora, dans l’Illinois, parcourt les États-Unis depuis plus de 20 ans pour y placer des croix en bois blanches à la mémoire des victimes de tuerie. Sur cette photo, il installait des croix en octobre 2017 après une tuerie à Las Vegas.
2019-08-08 10:49 || Monde Monde

Tueries de masse: le charpentier qui a fourni 26 000 croix en 20 ans

Des catholiques portent une statue le 1er avril 2019, jour de Pâques, à Tegucigalpa, la capitale hondurienne.
2019-07-30 13:51 || Canada Canada

Appui inconditionnel des jésuites canadiens au Padre Melo