Musulmans pris pour cible en Nouvelle-Zélande

Leaders politiques et religieux canadiens condamnent les attentats de Christchurch

Un blessé est amené dans une ambulance après l'attentat visant la mosquée Al Noor à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, le 15 mars 2019.
Un blessé est amené dans une ambulance après l'attentat visant la mosquée Al Noor à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, le 15 mars 2019.   (CNS photo/Martin Hunter, Reuters)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-03-15 13:46 || Canada Canada

Politiciens et leaders religieux du Québec et du Canada ont vivement dénoncé les attaques meurtrières perpétrées le 15 mars contre deux mosquées de la ville de Christchurch en Nouvelle-Zélande.

Réunies pour la prière du vendredi, 41 personnes ont trouvé la mort dans l'attentat de la première mosquée, rue Deans. Sept autres ont été tuées dans la seconde, rue Linwood. Une autre personne est décédée à l'hôpital alors que 48 autres y sont toujours traitées, ont indiqué les autorités policières néo-zélandaises.

«Attaquer les gens pendant leur prière est horrifiant», a indiqué sur Twitter Justin Trudeau. «Nos cœurs vont aux victimes et à leurs familles, et nous partageons le deuil des Néo-Zélandais et des musulmans du monde entier», a ajouté le premier ministre du Canada.

Le premier ministre a ajouté dans un communiqué que «beaucoup trop souvent, les musulmans subissent une perte et une douleur inimaginables dans les endroits où ils devraient pourtant se sentir en sécurité». Il a déclaré que cela ravivait le souvenir de l'attentat contre le Centre culturel islamique de Québec commis il y a deux ans.

«La liberté a été attaquée en Nouvelle-Zélande alors que des fidèles ont été la cible d’un acte de terreur horrible. Tous devraient pouvoir pratiquer leur religion librement et sans peur», a réagi Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada et leader de l'opposition. «Il n’y a pas de mots assez forts pour condamner ce genre de haine.»

«J'ai le cœur brisé par les massacres qui ont eu lieu dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande», a déclaré Jagmeet Singh, chef du Nouveau parti démocratique. Il a ajouté que «l'islamophobie tue et ne devrait exister nulle part dans le monde».

Yves-F. Blanchet, le chef du Bloc québécois, a assuré les proches des victimes de ses «pensées stupéfaites et de [sa] compassion». «L’Humain a besoin d’un grand miroir pour faire un urgent examen de conscience. Ne rien faire serait terrible. Agissons avec courage pour contrer la terreur», a-t-il martelé sur Twitter.

Québec

«Il n’y a pas de place pour l’extrémisme dans nos sociétés, il n’y a pas de place pour l’intolérance», a déclaré ce matin François Legault, premier ministre du Québec.

«Comme le Québec et le Canada, la Nouvelle-Zélande est un endroit paisible où la population souhaite vivre en sécurité et dans la paix», a-il ajouté.

«Nous avons récemment connu une tragédie qui nous a, toutes et tous, très affectés au Québec. Je me sens totalement solidaire de la première ministre, Mme Jacinda Ardern, et je comprends parfaitement son émotion aujourd'hui.»

«Nous ne permettrons pas à la violence de prendre racine dans nos sociétés démocratiques», a déclaré le premier ministre Legault.

Chefs religieux

«Nous dénonçons avec la plus grande fermeté ce carnage haineux contre la communauté musulmane de Nouvelle-Zélande. Nous pleurons la vie de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants assassinés cruellement alors qu’ils étaient en prière. Ces attaques sont une autre indication profondément troublante que l'islamophobie a des conséquences mortelles pour les communautés musulmanes», a déclaré Kashif Ahmed, le président Conseil national des musulmans canadiens.

Le Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA) a condamné «avec la plus grande fermeté cet acte terroriste ignoble ciblant la communauté musulmane».

«En tant que Canadiens, nous sommes bien conscients que ce n’est pas la première fois que des musulmans sont pris pour cibles alors qu’ils prient. Le fait que ces victimes innocentes aient été assassinées dans leur lieu de culte ajoute une autre dimension d’horreur à une situation profondément tragique», estime Jeffrey Rosenthal, coprésident du conseil d’administration de CIJA .

«Au nom de toute la communauté juive canadienne institutionnelle, nous adressons nos prières et nos condoléances non seulement à la communauté musulmane de Christchurch, mais à tous nos frères et sœurs musulmans du monde entier.»

Rappelant que «la liberté religieuse est un droit fondamental que tous ont le devoir de respecter», les évêques catholiques du Québec entendent «unir leur voix à toutes celles qui dénoncent et rejettent la violence sous toutes ses formes».

Les évêques, actuellement réunis à Trois-Rivières pour leur assemblée semi-annuelle, indiquent que lors d'une messe célébrée ce matin «le cri du sang de nos frères et sœurs tués et blessés a monté jusqu’au cœur des évêques qui ont alors prié pour ces frères et sœurs, pour leur famille, pour leurs communautés».

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Un second recours collectif intenté contre les Frères du Sacré-Cœur du Québec pourra aller de l'avant.
2019-12-06 09:24 || Québec Québec

Un 2e recours collectif autorisé contre les Frères du Sacré-Cœur

La rencontre du Conseil national de Développement et Paix, la plus haute instance décisionnelle de l'organisme, se tenait dans cet édifice du boulevard René-Lévesque du 29 novembre au 1er décembre.
2019-12-06 00:00 || Canada Canada

Rencontre cruciale de Développement et Paix: le flou persiste

Le collectif de féministes chrétiennes L'Autre Parole, l'Association des religieuses pour les droits des femmes et les Jésuites du Canada ont aussi fustigé la direction de l'organisme Développement et Paix pour avoir remis au groupe haïtien Fanm Deside (photo) un ultimatum.
2019-12-02 13:54 || Canada Canada

Salve de critiques contre Développement et Paix

articles récents

La rencontre du Conseil national de Développement et Paix, la plus haute instance décisionnelle de l'organisme, se tenait dans cet édifice du boulevard René-Lévesque du 29 novembre au 1er décembre.
2019-12-06 00:00 || Canada Canada

Rencontre cruciale de Développement et Paix: le flou persiste

Vendredi soir, le ciel de Montréal sera éclairé de 14 faisceaux lumineux qui seront allumés à quelques secondes d’intervalle, à l’appel des noms des 14 victimes.
2019-12-05 13:47 || Québec Québec

Polytechnique: «La blessure sera toujours vive»

«Fanm Deside a notre appui», lance Gisèle Turcot, la supérieure générale de l'Institut Notre-Dame du Bon-Conseil de Montréal. «Un appui indéfectible», précise un communiqué de presse rendu public le 29 novembre.
2019-11-29 13:18 || Canada Canada

Fanm Deside a notre appui indéfectible, disent les Sœurs du Bon-Conseil