Ville de Québec

Les musulmans de Québec auront enfin leur cimetière

Boufeldja Benabdallah, coordonnateur par intérim du projet de cimetière du Centre culturel islamique de Québec.
Boufeldja Benabdallah, coordonnateur par intérim du projet de cimetière du Centre culturel islamique de Québec.   (Photothèque Présence/Philippe Vaillancourt)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2017-08-04 15:12 || Québec Québec

Les musulmans de Québec pourront enfin enterrer leurs morts chez eux. La Ville de Québec a annoncé le 4 août qu’elle vendra au Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) un terrain voisin du cimetière Belmont, près de la rue Frank-Carrel.

Le terrain de 5706 mètres carrés vaut 270 000 $. La Ville a pris soin de préciser que le zonage du terrain permet l’implantation d’un cimetière sans qu’une modification ne soit nécessaire.

Cette annonce survient trois semaines après qu’un référendum municipal sur le zonage d’un terrain à Saint-Apollinaire, au sud de Québec, eut fermé la porte à l’établissement d’un premier cimetière entièrement musulman dans la grande région de Québec.

«Avec la création à Québec d'un cimetière pour l'ensemble des citoyens musulmans de la région, le vivre-ensemble prend tout son sens», a déclaré le maire de Québec, Régis Labeaume. «Vivre ensemble, peu importe nos origines, c'est fondamental à la réussite de notre société.»

«Les membres de la communauté musulmane de Québec auront enfin, avec ce cimetière, un lieu au cœur de leur ville où les familles pourront se recueillir et permettre aux défunts d’être près des leurs», a ajouté le maire Labeaume, en assurant le CCIQ de son soutien pour la réalisation rapide du projet après des années de tergiversations.

De leur côté, les leaders de la communauté musulmane ont salué le dénouement de cette saga.

«C’est avec soulagement que les citoyens musulmans de la région de Québec apprennent aujourd’hui la concrétisation attendue depuis bientôt 20 ans de leur propre cimetière», a indiqué Boufeldja Benabdallah, coordonnateur par intérim du projet de cimetière du CCIQ.

Le président du CCIQ, Mohamed Labidi, a quant à lui parlé d’un «projet historique». « Le CCIQ se réjouit du dénouement du projet de cimetière musulman dans la ville de Québec avec la promesse d'achat d’un terrain dont le zonage est conforme», a-t-il dit.

Après la tuerie de janvier, la question de l’implantation d’un cimetière musulman est revenue à l’avant-scène de l’actualité. En effet, les pratiques les plus courantes étaient de rapatrier les corps dans le pays d’origine ou d’opter pour une sépulture dans la région de Montréal.

Le CCIQ avait déjà tenté il y a une dizaine d’années d’acquérir un terrain qui appartenait au cimetière Belmont, mais la transaction n’avait pas abouti en raison de «diverses contraintes techniques et réglementaires». La Ville de Québec a, au cours des années suivantes, mis la main sur des lots excédentaires du cimetière Belmont. Mais devant l’échec du projet à Saint-Apollinaire, Québec a voulu trouver rapidement une solution pour sa communauté musulmane. Ce sont justement ces lots appartenant à la Ville qui serviront à établir le nouveau cimetière et le chemin d’accès qui y conduira.

D’autres leaders religieux de Québec ont manifesté leur soutien à la communauté musulmane pour l’obtention d’un cimetière au cours des derniers mois. Le cardinal Gérald Lacroix, archevêque de Québec, a récemment indiqué qu’il soutenait le projet de Saint-Apollinaire.

Peu après l’annonce de vendredi, l’évêque anglican de Québec, Mgr Bruce Myers, a déclaré sur Facebook qu’il se «réjouit» de l’arrivée d’un cimetière musulman à Québec, en rappelant que les anglicans de la ville jouissent de ce privilège depuis 1771.

«Comme l’a dit l’un des représentants de la communauté musulmane, non seulement pouvons-nous désormais vivre en paix ensemble dans cette ville, mais aussi mourir en paix ensemble», a indiqué Mgr Myers.

 

du même auteur

Sans le dire explicitement, cette sortie publique de Mgr Lépine est une réaction au texte de La Presse intitulé «Dieu guérira ton cancer» publié le samedi 17 août.
2019-08-19 16:34 || Québec Québec

L’Église de Montréal se dissocie des pressions spirituelles exercées sur des personnes vulnérables

Construite entre 1882 et 1887 d’après les plans de David Ouellet, Notre-Dame-des-Neiges est emblématique par ses cinq clochers, un aménagement particulier pour une église québécoise.
2019-08-16 14:32 || Québec Québec

L'église emblématique de Trois-Pistoles classée patrimoniale

Le Cyclorama vers 1900, à l'époque des pèlerinages en bateau à Sainte-Anne-de-Beaupré.
2019-08-09 15:09 || Québec Québec || 3 Commentaire(s)

Cyclorama, mesure et démesure

articles récents

Elle est juive, il est sikh. Le couple Singh-Guyver fait l'expérience de la diversité religieuse dans le quotidien de la famille.
2019-08-23 13:55 || Québec Québec

Trouver son identité dans la diversité religieuse

Le sort des six quotidiens du Groupe Capitales Médias, acculés à la faillite et désormais à la recherche de nouveaux propriétaires, inquiète des responsables religieux du Québec.
2019-08-20 11:04 || Québec Québec

Journalisme: préoccupations dans les milieux religieux

Greg Zanis, charpentier de métier originaire d’Aurora, dans l’Illinois, parcourt les États-Unis depuis plus de 20 ans pour y placer des croix en bois blanches à la mémoire des victimes de tuerie. Sur cette photo, il installait des croix en octobre 2017 après une tuerie à Las Vegas.
2019-08-08 10:49 || Monde Monde

Tueries de masse: le charpentier qui a fourni 26 000 croix en 20 ans