Conseil national des musulmans canadiens

Pas d'islamophobie au Québec: Legault devrait s'excuser, disent des musulmans

François Legault a pris part le 29 janvier à la commémoration marquant le 2e anniversaire de la tuerie de la grande mosquée, à Québec.
François Legault a pris part le 29 janvier à la commémoration marquant le 2e anniversaire de la tuerie de la grande mosquée, à Québec.   (Présence/Philippe Vaillancourt)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-02-01 06:43 || Québec Québec

«Je ne pense pas qu’il y ait de l’islamophobie au Québec. Je ne vois pas pourquoi il y aurait une journée contre l’islamophobie.» Ces propos lancés le jeudi 31 janvier par le premier ministre François Legault lors d'un point de presse ont été mal reçus par le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC).

«Ces commentaires, formulés moins de 48 heures après la participation publique du premier ministre à la commémoration du meurtre de six musulmans québécois dans l’attentat de la mosquée de Québec du 29 janvier, sont absolument insultants pour les familles des victimes et les communautés musulmanes québécoises et canadiennes qui continuent de vivre un deuil dans la foulée de cette tragédie», a déclaré Ihsaan Gardee, le directeur exécutif du CNMC, dans un communiqué remis aux médias.

François Legault devrait corriger le tir et se rétracter publiquement, a ajouté Ihsaan Gardee qui estime que «le premier ministre Legault est manifestement déconnecté des réalités de l’islamophobie sur le terrain au Québec».

Le premier ministre devait «s’excuser à la suite de cette remarque grandement offensante et inexacte, et reconnaître que l’islamophobie, comme toutes les autres formes de haine et de racisme, existe au Québec».

Leila Nasr, coordinatrice des communications du CNMC, croit que les déclarations qui nient l'existence de gestes et de propos islamophobes ne font «que flatter les sentiments réactionnaires et populistes au détriment des musulmans du Québec, lesquels sont déjà vulnérables et continuent d’être confrontés à la discrimination simplement en raison de leur identité religieuse».

«On craint réellement que les commentaires du premier ministre Legault soient interprétés par certains comme une autorisation d’agir dans le sens de leurs opinions haineuses», a-t-elle déploré.

En novembre 2018, le Conseil national des musulmans canadiens avait demandé, cette fois au gouvernement canadien, de «désigner, par décret ou par proclamation, le 29 janvier comme Journée nationale d’action contre la haine et l’intolérance».

Cette demande avait été appuyée par plus de 100 groupes dont l'Association des musulmans et des Arabes pour la laïcité au Québec, l'Église anglicane du Canada, le Centre culturel islamique de Québec - lieu de l'attentat du 29 janvier 2017 - et l'Église Unie du Canada.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Arrêté en 2019 par le Service de police de Laval pour des gestes à caractère sexuel, le père Henri Paradis, a reconnu, au mois de septembre, sa culpabilité à deux chefs d’agression sexuelle et d’attentat à la pudeur.
2020-10-20 15:26 || Québec Québec

Le père Henri Paradis condamné à huit mois de détention à domicile

Trois ans après le début de cette enquête commandée par les évêques canadiens, on saura quels partenaires de Développement et Paix pourront de nouveau recevoir un financement annuel de la part des catholiques canadiens.
2020-10-20 08:37 || Canada Canada

Les conclusions du rapport final dévoilées en novembre

«Avec des bras fatigués, mais vaillants, des sœurs se sont mises à fabriquer des masques et des blouses pour du personnel infirmier», donne en exemple la Conférence religieuse canadienne.
2020-10-15 17:04 || Canada Canada

«Nous sortirons plus forts de la pandémie»

articles récents

La mission Saint-Jean-de-Brébeuf de Manawan.
2020-10-02 14:39 || Québec Québec

La mort de Joyce Echaquan remue le milieu religieux

Le curé de l'église Saint-Joachim de Pointe-Claire, l'abbé Alain Roy, préfère annuler des messes plutôt que de refuser la 26e personne qui souhaiterait entrer.
2020-09-23 15:07 || Québec Québec

Limité à 25 personnes, un curé préfère annuler des messes

L'église Saint-Laurent sur l'île d'Orléans. Au moment où la province connait une multiplication des cas de COVID-19 et que certaines fermetures ciblées sont évoquées, les lieux de culte doivent-ils craindre de devoir fermer à nouveau leurs portes?
2020-09-18 17:18 || Québec Québec

Reconfinement: bon espoir de voir les lieux de culte y échapper