Famine et crise alimentaire extrême en Afrique

Quelques jours pour donner au Fonds de secours contre la famine

Une femme obtient, de donateurs américains, de l'huile végétale à Pajut, au Soudan du Sud.
Une femme obtient, de donateurs américains, de l'huile végétale à Pajut, au Soudan du Sud.   (Photo CNS/Nancy McNally, Catholic Relief Services)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2017-06-27 18:03 || Monde Monde

Il ne reste que quelques jours pour faire un don au Fonds de secours contre la famine mis en place par le gouvernement du Canada afin de venir en aide aux personnes touchées par la famine dans le nord-est du Nigéria, en Somalie, au Soudan du Sud et au Yémen.

Pour chaque dollar versé à des organismes reconnus d'ici le 30 juin, le gouvernement du Canada s'est engagé à verser un montant en contrepartie dans ce fonds de secours.

«Cet argent appuiera le travail difficile et courageux des travailleurs humanitaires canadiens, internationaux et locaux pour fournir de la nourriture et des nutriments, de l’eau potable, des services sanitaires, des abris d’urgence et d’autres services essentiels», a déclaré Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international et de la Francophonie, lors du lancement de ce fonds d'urgence.

Au début du mois de juin, les chefs de différentes confessions religieuses ont appelé les Canadiens à se montrer généreux devant cette situation de famine qu'affrontent ces quatre pays pauvres. Il s'agit d'«une des plus grandes crises humanitaires du monde depuis la Deuxième Guerre mondiale», ont dit des leaders chrétiens, juifs et musulmans du Canada.

La Conférence des évêques catholiques du Canada a alors invité les catholiques à verser leur don à Développement et Paix, à l'organisme Canadian Jesuits International ainsi qu'à Aide à l'Église en détresse. L'Oeuvre Léger, un organisme fondé par l'ex-archevêque de Montréal, le cardinal Paul-Émile Léger, recueille aussi des dons qui seront jumelés par le gouvernement canadien.

L'Église anglicane du Canada demande à ses membres de contribuer au Fonds du primat pour le secours et le développement mondial afin qu'ils puissent participer au fonds mis sur pied par le gouvernement canadien.

 

du même auteur

Cent membres de la communauté juive orthodoxe Tosh de Boisbriand ont subi un test de dépistage de la COVID-19. Quarante résultats ont été reçus et près de la moitié sont posititifs, viennent d'annoncer les responsables de cette communauté.
2020-03-29 20:51 || Québec Québec

La communauté juive orthodoxe Tosh mise en quarantaine

En octobre 2019, quelque 200 membres du Réseau des Églises vertes étaient réunis pour une grande rencontre nationale au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap.
2020-03-29 09:49 || Québec Québec

Protéger l'environnement un geste à la fois

L'évêque André Gazaille photographié lors de l'assemblée plénière de la conférence épiscopale canadienne en 2016. «Nous avons pris cette option rationnelle afin de participer à l’effort de toute la société pour lutter contre la pandémie», a dit Mgr Gazaille.
2020-03-27 09:08 || Québec Québec

Mises à pied «massives» au diocèse de Nicolet

articles récents

Les Chevaliers de Colomb ont annoncé le 27 mars un nouveau programme pour aider les diocèses américains à obtenir un financement à court terme pour les aider, eux et leurs paroisses, à «surmonter l'impact financier de la pandémie».
2020-03-30 11:12 || Monde Monde

États-Unis: des prêts des Chevaliers de Colomb pour soutenir les diocèses

Alors que de plus en plus de pays commencent à ressentir l’impact économique de la pandémie de coronavirus, le pape François a exhorté les chefs d'entreprise à rechercher des solutions qui ne nuiront ni aux employés, ni à leurs familles.
2020-03-23 12:29 || Monde Monde

COVID-19: «Le chacun pour soi n'est pas une solution», dit le pape

Devant la pandémie causée par la COVID-19 des directives ont été annoncées par les différentes autorités concernées au sujet des funérailles et de l’exposition des corps dans les maisons funéraires.
2020-03-17 09:43 || Québec Québec

Funérailles et COVID-19: préconiser le «dialogue»