Selon le Pew Research Center

Scolarisation: des disparités subsistent entre les religions

Jeune fille en Israël.
Jeune fille en Israël.   (CNS photo/Oliver Weiken, EPA)
2016-12-19 11:33 || Monde Monde

Le Pew Research Center vient de publier une étude mettant en évidence les disparités entre les divers groupes religieux en matière de scolarisation. On y apprend notamment que les juifs sont le groupe religieux le plus fortement éduqué et que les musulmans et les hindous sont ceux ayant fréquenté l’école le moins longtemps.

Les chrétiens sont le deuxième groupe le plus éduqué dans le monde. Les personnes sans religion et les bouddhistes se classent respectivement aux troisième et quatrième rang, apprend-t-on dans cette étude publiée le 13 décembre.

Ce rapport met également en lumière les différences observées au sein d’une même région géographique en matière de scolarisation. En Afrique sub-saharienne, par exemple, les chrétiens sont en moyenne plus scolarisés que les musulmans. Cette disparité s’explique en partie pour des raisons historiques, dont, entre autres, le travail effectué par les missionnaires chrétiens dans cette région.

Les résultats de cette étude diffèrent grandement de ce qui est observé en Amérique du Nord, où les musulmans et les hindous sont souvent plus diplômés que la majorité chrétienne. Aux États-Unis, par exemple, 96% des hindous et 54% des musulmans sont détenteurs d’un diplôme universitaire, comparativement à 36% chez les Américains de confession chrétienne.

Ces disparités en matière de scolarisation entre les divers groupes religieux sont en partie déterminées par leur lieu de résidence.

À titre d’exemple, les juifs habitent principalement aux États-Unis et en Israël, deux pays développés et fortement scolarisés. La quasi-totalité des hindous (98%) habite quant à elle dans des pays en voie de développement comme l’Inde, le Népal ou le Bangladesh.

Cette étude s’appuie sur les données de recensement et sur les résultats de sondages menés dans 151 pays. Cette recherche a aussi mis en évidence les disparités de genre en matière d’éducation au sein de certaines traditions religieuses. Les musulmanes cumulent en moyenne moins de cinq années d’études (4,9) alors que les musulmans fréquentent l’école pendant au moins six ans (6,4). Des données analogues s’observent chez les hindous, où les femmes cumulent 4,2 années de fréquentation scolaire, et les hommes 6,9.

Une écrasante majorité (91%) des adultes chrétiens de 25 ans et plus ont fréquenté l’école et 20% d’entre eux sont détenteurs d’un diplôme d’études postsecondaires. Au cours des dernières années, le fossé s’est comblé en ce qui a trait aux taux de scolarisation des hommes et des femmes de confession chrétienne. De nos jours, les chrétiennes et les chrétiens affichent un taux de diplomation postsecondaire semblable. Dans certains pays, on observe d’ailleurs un déclin du nombre d’hommes chrétiens ayant poursuivi leurs études au postsecondaire.

Bien que ces données puissent varier grandement d’une région à une autre, certaines tendances se dégagent. Les chrétiens fréquentent en moyenne l’école pendant 9,3 années. En Amérique du Nord, les chrétiens fréquentent l’école pendant près de treize ans (12,7) alors qu’en Afrique sub-saharienne ils vont à l’école pendant 6 ans. Les décalages de genre en matière de scolarisation sont quasi-inexistants chez les chrétiens d’Amérique du Nord et du Sud. Chez les chrétiens d’Afrique sub-saharienne, par contre, les filles quittent les bancs d’école près de deux ans (1,8) avant les garçons.

Selon les auteurs de cette étude, les disparités tendent à s’estomper en matière de scolarisation. À titre d’exemple, au sein de l’islam et de l’hindouisme – traditions religieuses affichant les plus faibles taux de scolarisation – la fréquentation scolaire a fait de grands progrès ces dernières années.

D’autres progrès ont également été observés. On notait jusqu’ici de grands écarts entre les hommes et les femmes en matière de scolarisation, au sein des générations plus âgées. Or, chez les jeunes chrétiens et bouddhistes, ce fossé s’est largement comblé, puisque hommes et femmes y sont au coude à coude en matière d’éducation. Fait à noter, les jeunes juives ont même pris de l’avance sur les jeunes juifs, puisqu’elles fréquentent l’école pendant une année de plus que les garçons. Les juifs cumulent en moyenne 13,4 années de scolarisation.

Cette étude rappelle néanmoins les retards observés dans diverses régions du globe en matière d’éducation. Peu de gens dans le monde parviennent à fréquenter l’école au-delà de l’école primaire. Les garçons n’ont en moyenne accès qu’à huit années d’études, et les filles à sept années. À l’autre extrémité du spectre, signalons qu’environ 14% des adultes de plus de 25 ans sont détenteur d’un diplôme collégial ou universitaire. Or, aujourd’hui encore, pas moins de 19% des habitants de la planète – c’est-à-dire 680 millions de personnes – n’ont toujours pas accès à une éducation de base.

Carol Zimmermann, Catholic News Service
Trad. et adapt. F. Barriault, pour Présence

 

du même auteur

L'auteur estime que les lieux de culte ont su montrer qu'ils ne sont pas des foyers d'éclosion et que le gouvernement doit en tenir compte.
2020-09-29 18:47 || Québec Québec

LETTRE OUVERTE. Établir les critères pour les lieux de culte en fonction des faits

Un enfant se fait baptiser par le pape François le 12 janvier 2020 au Vatican.
2020-09-01 11:16 || Monde Monde

LETTRE OUVERTE. L’invalidité des baptêmes… Une place pour la réflexion par-delà le décret romain?

Des infirmières portant un masque se tiennent devant une statue du pape Jean-Paul II à Wadowice, en Pologne, à l'occasion d'une cérémonie soulignant le 100e anniversaire de naissance du saint le 18 mai 2020.
2020-05-22 15:09 || Monde Monde

Photo du jour - 22 mai 2020

articles récents

Le curé de l'église Saint-Joachim de Pointe-Claire, l'abbé Alain Roy, préfère annuler des messes plutôt que de refuser la 26e personne qui souhaiterait entrer.
2020-09-23 15:07 || Québec Québec

Limité à 25 personnes, un curé préfère annuler des messes

L'église Saint-Laurent sur l'île d'Orléans. Au moment où la province connait une multiplication des cas de COVID-19 et que certaines fermetures ciblées sont évoquées, les lieux de culte doivent-ils craindre de devoir fermer à nouveau leurs portes?
2020-09-18 17:18 || Québec Québec

Reconfinement: bon espoir de voir les lieux de culte y échapper

Des hommes prient dans une mosquée de New Delhi le 1er mai 2020.
2020-09-18 09:53 || Monde Monde

Les minorités religieuses, boucs émissaires de la crise sanitaire