Commémoration de Yom Hashoah à Montréal

Se souvenir et refaire sa vie après l'Holocauste

  • Un survivant de l'Holocauste, Léon Celemencki, allume une bougie. Sa petite-fille et sa fille l'accompagnent.
  • La Congrégation Tifereth Beth David de Montréal a souligné Yom Hashoah.
  • Willie Glaser, un survivant de l'Holocauste, allume une bougie lors de la commémoration de Yom Hashoah à Montréal.
  •  Rena Schondorf est née en 1929 à Cracovie en Pologne. Elle a survécu à quatre camps de concentration avant d’être libérée.
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2016-05-05 12:45 || Québec Québec

Au début de la cérémonie de commémoration annuelle de Yom Hashoah - le souvenir de l'Holocauste - une responsable a invité les 1200 personnes dans la synagogue à demeurer assises, à garder le silence et à ne pas applaudir après les témoignages qui seraient entendus dans les prochaines minutes.

Mais quand Guta Fleising, 95 ans, a déclaré qu'elle était aujourd'hui «la fière grand-mère de sept petits-enfants et l’arrière-grand-mère de plus de vingt arrière-petits-enfants», des applaudissements et des murmures remplis d'admiration se sont faits entendre mercredi soir dans l'enceinte de la Congrégation Tifereth Beth David Jérusalem, à Montréal.

Née à Varsovie, en Pologne, Guta Fleising est la seule survivante d’une grande famille. Elle a survécu «à cinq camps de concentration et à une marche de la mort».

Avec son mari, épousé en 1946, et leur enfant, sa nouvelle famille a trouvé refuge dans des camps de personnes déplacées. Puis, «nous avons appris que le Canada acceptait des tailleurs comme immigrants», a-t-elle raconté. «Nous sommes arrivés à Halifax en janvier 1948. La traversée à bord du navire de marchandises était déplorable.»

C'est à Montréal que cette survivante de l'Holocauste a refait sa vie. «Mon plus grand plaisir est de recevoir des appels de mes petits-enfants de Montréal, Toronto, des États-Unis d’Amérique et d’Israël. C'est pour cette raison que ma vie a été prolongée», a-t-elle confié.

Cinq autres survivants de l'Holocauste ont aussi pris la parole. Après leur témoignage, ils ont allumé six bougies en mémoire des six millions de juifs qui ont été tués pendant l’Holocauste.

Orphelin et survivant

«Non, je n’ai rien oublié», dit Léon Celemencki, 75 ans. Né en France en 1940, il explique que sa mère, en 1942, sera «déportée dans un wagon à bestiaux dans le convoi No. 6 à Auschwitz» et que tous les membres de sa famille, «mes grands-pères, mes grands-mères, trois oncles, sept tantes, cousins et cousines, ont été exterminés dans les camps d’Auschwitz et de Treblinka».

Quant à son père, il avait rejoint, avant même sa naissance, «une brigade juive de 25 000 soldats dans la légion étrangère pour combattre les Allemands».

«Devenus orphelins, mes deux sœurs et moi sommes alors placés dans différents orphelinats».

En 1945, le père et les enfants sont réunis, après trois années de séparation. Mais, «mon père, qui gagnait sa vie comme marchand forain, ne pouvait pas garder trois jeunes enfants, alors il nous a placés avec un couple âgé catholique à la campagne».

«Ils nous emmenaient chaque dimanche à l’église», se souvient-il. «Mais ils étaient vraiment gentils avec nous et nous les appelions grand-mère et grand-père.» Deux ans plus tard, Léon Celemencki et ses sœurs sont placés dans un orphelinat juif près de Paris.

«Je suis venu au Canada en 1963 après avoir été démobilisé de l’armée. J’ai rencontré ma femme qui est née dans le camp de personnes déplacées à Bergen-Belsen [en Allemagne]. Nous avons eu trois filles ensemble qui nous ont donné quatre petits-enfants», a-t-il dit.

Chaque année, on commémore Yom Hashoah après la Pâque juive. C'est le Centre commémoratif de l'Holocauste à Montréal (CCHM) qui est responsable de cette cérémonie. Cette année, les témoignages entendus ont mis l'accent sur les défis, rencontrés par tous les survivants, qui devaient refaire leur vie après de telles épreuves.

Yom Hashoah a été déclaré Jour du souvenir de l'Holocauste au Québec en 1999 et au Canada en 2005.

Mercredi, au début de la cérémonie, le consul général d’Israël, Ziv Nevo Kulman, a salué le courage des survivants de l’Holocauste.

Le CCHM estime que quelque 5000 survivants de la Shoah vivent à Montréal aujourd'hui.

 

du même auteur

«Osez donc venir découvrir cette femme que vous pensez connaître», lance résolument Jean-François Royal aux voisins du Site historique Marguerite-Bourgeoys et aux gens des autres régions qui «oseront» venir à Montréal cet été.
2020-07-02 06:12 || Québec Québec

Découvrir la Marguerite Bourgeoys 2.0 cet été

La Sûreté du Québec a arrêté un total de huit membres des Clercs de Saint-Viateur entre le 23 et le 30 juin 2020.
2020-06-30 17:05 || Québec Québec

Nouvelles arrestations de Clercs de Saint-Viateur

Le syndicaliste Joseph Giguère, premier directeur général laïque du Centre St-Pierre de Montréal, est décédé le mardi 23 juin 2020.
2020-06-29 14:19 || Québec Québec

Décès de Joseph Giguère, figure majeure du catholicisme social

articles récents

L’abbé Jacques Dorélien est né en Haïti. Curé des paroisses Marie-Reine-des-Cœurs et Saint-Fabien à Montréal, l’abbé Dorélien est prêtre depuis 19 ans. Comme bien d’autres au Québec, il a été bouleversé par la mort de Georges Floyd.
2020-07-02 15:39 || Québec Québec

Le racisme vu par des clercs noirs du Québec

Le syndicaliste Joseph Giguère, premier directeur général laïque du Centre St-Pierre de Montréal, est décédé le mardi 23 juin 2020.
2020-06-29 14:19 || Québec Québec

Décès de Joseph Giguère, figure majeure du catholicisme social

Les plans et dates de réouverture varient d'une communauté chrétienne à l'autre au Québec.
2020-06-22 14:41 || Québec Québec

Églises: variations sur la réouverture