COVID-19

Service d'écoute mis en place par l'archidiocèse de Sherbrooke

L’archidiocèse de Sherbrooke annonçe qu’«en ce temps où la distance est nécessaire, mais où l’isolement peut peser lourd», il se dote d’un service d’écoute téléphonique.
L’archidiocèse de Sherbrooke annonçe qu’«en ce temps où la distance est nécessaire, mais où l’isolement peut peser lourd», il se dote d’un service d’écoute téléphonique.   (Pixabay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-04-10 10:42 || Québec Québec

Quand le premier ministre François Legault a demandé l’annulation de tous les rassemblements en raison de la pandémie de la COVID-19, Edith Bélanger, la coordonnatrice de la pastorale diocésaine de l’archidiocèse de Sherbrooke, s’est empressée de téléphoner aux responsables de toutes les paroisses afin de connaître leurs besoins.

«On leur a demandé quels besoins on pourrait combler en tant qu’équipe diocésaine. Une demande est revenue souvent», explique-t-elle. Celle d’avoir un service où des gens peuvent se confier, trouver une oreille attentive et, pourquoi pas, prendre un temps de prière avec une autre personne.

C’est ainsi que le mercredi 25 mars, l’archidiocèse annonçait qu’«en ce temps où la distance est nécessaire, mais où l’isolement peut peser lourd», il se dotait d’un service d’écoute téléphonique.

«Vous désirez parler à quelqu'un pour briser la solitude? Vous aimeriez vous confier à une personne de confiance avec le désir d'être entendu? Vous souhaitez prendre quelques minutes pour prier avec une autre personne? Vous êtes au bon endroit», clame l’avis distribué par l’équipe d’Edith Bélanger.

Cet «endroit», c’est un numéro de téléphone (819-563-9934 poste 209) où on laisse ses coordonnées ainsi que l’heure à laquelle un intervenant pourrait nous joindre facilement.

Deux semaines après son lancement, Edith Bélanger confie que le service diocésain n’est pas encore beaucoup utilisé. «On a reçu quelques demandes.» Elle se réjouit toutefois de savoir que plusieurs paroisses ont, elles aussi, mis en place un tel service pour leurs paroissiens.

Depuis le début des mesures de confinement, «des paroisses donnent un coup de fil à leurs paroissiens». L'inverse est aussi vrai, dit-elle. «Des paroissiens téléphonent afin de parler à leur curé ou à leur agent de pastorale.»

Dans l’équipe de téléphonistes que la coordonnatrice a constituée, on trouve déjà vingt personnes, «des prêtres, des agents de pastorale, des gens qui ont été désignés pour faire de l'écoute. Ils en font déjà dans leur milieu», dit Edith Bélanger.

«Les gens ont besoin de parler. Et plus le temps avance, plus les questions, l'angoisse et les questions de foi vont surgir», estime-t-elle.

Elle indique que les appels reçus jusqu’à maintenant, au diocèse ou encore localement, démontrent que «les gens veulent avant tout parler».

Auprès d’une oreille attentive, «ils parlent de leur famille et de ce qu'ils vivent à cause de la COVID-19». Les personnes qui participent régulièrement aux célébrations eucharistiques expriment leur «besoin de parleur de leur foi en Dieu». D’autres, encore, «vivent de l'angoisse».

Quelle est la durée de ces contacts téléphoniques. «Tout dépend des besoins de la personne», répond Edith Bélanger. Mais elle a proposé à ses intervenant de réserver entre 15 et 30 minutes par appel. «L'important, c'est de s'adapter aux besoins de la personne au bout du fil.»

Quand cette crise sanitaire sera enfin terminée, «ce serait pertinent de poursuivre cette approche», estime-t-elle.

«Après, on va évaluer tout cela. Mais il y a du potentiel» dans ce service d’écoute, dit la coordonnatrice de la pastorale diocésaine.

***

 

 

du même auteur

Arrêté en 2019 par le Service de police de Laval pour des gestes à caractère sexuel, le père Henri Paradis, a reconnu, au mois de septembre, sa culpabilité à deux chefs d’agression sexuelle et d’attentat à la pudeur.
2020-10-20 15:26 || Québec Québec

Le père Henri Paradis condamné à huit mois de détention à domicile

Trois ans après le début de cette enquête commandée par les évêques canadiens, on saura quels partenaires de Développement et Paix pourront de nouveau recevoir un financement annuel de la part des catholiques canadiens.
2020-10-20 08:37 || Canada Canada

Les conclusions du rapport final dévoilées en novembre

«Avec des bras fatigués, mais vaillants, des sœurs se sont mises à fabriquer des masques et des blouses pour du personnel infirmier», donne en exemple la Conférence religieuse canadienne.
2020-10-15 17:04 || Canada Canada

«Nous sortirons plus forts de la pandémie»

articles récents

La mission Saint-Jean-de-Brébeuf de Manawan.
2020-10-02 14:39 || Québec Québec

La mort de Joyce Echaquan remue le milieu religieux

Le curé de l'église Saint-Joachim de Pointe-Claire, l'abbé Alain Roy, préfère annuler des messes plutôt que de refuser la 26e personne qui souhaiterait entrer.
2020-09-23 15:07 || Québec Québec

Limité à 25 personnes, un curé préfère annuler des messes

L'église Saint-Laurent sur l'île d'Orléans. Au moment où la province connait une multiplication des cas de COVID-19 et que certaines fermetures ciblées sont évoquées, les lieux de culte doivent-ils craindre de devoir fermer à nouveau leurs portes?
2020-09-18 17:18 || Québec Québec

Reconfinement: bon espoir de voir les lieux de culte y échapper