Attentats de Paris

Solidarité spirituelle avec Paris sur les réseaux sociaux au Canada

  (Présence/Philippe Vaillancourt)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2015-11-13 21:35 || Canada Canada

Tandis que le bilan des attentats simultanés qui ont frappé Paris dans la soirée du 13 vendredi novembre ne cesse de s’alourdir, un élan de solidarité spirituelle prend forme au Canada, alors que diverses Églises et ONG réagissent sur les réseaux sociaux à l’ampleur du drame.

Dans les réactions, l'accent est mis sur la prière et sur la condamnation de la violence.

L’Église Unie du Canada, la principale Église protestante au pays, a été, comme c’est souvent le cas, parmi les premières à réagir.

«S’il-vous-plaît, priez pour ceux qui ont été affectés par les multiples attaques et prise d’otages ce soir à Paris», indiquait le compte officiel de l’Église sur Twitter.

Du côté anglican, tant l’Église anglicane du Canada, la principale confession anglicane au pays, que l’Église anglicane en Amérique du Nord, formée de groupes anglicans plus conservateurs, ont publié des prières en réaction aux attentats de Paris.

«Dieu de paix, écrit l’Église anglicane du Canada sur sa page Facebook officielle, nous te prions pour les gens de Paris, en France: que ta paix vienne à bout de la violence, que ton amour conquiert la peur, et que ta justice l’emporte.»

Elle invitait les internautes à ajouter leurs propres intentions de prière à la suite de ce message.

Par ailleurs, le diocèse anglican de Toronto a indiqué sur Twitter que sa rencontre synodale a pris un moment de prière pour la situation à Paris. Ce diocèse tient en effet son synode régulier les 13 et 14 novembre.

De son côté, l’Église anglicane en Amérique a publié une prière écrite à même l’image de la tour Eiffel. S’adressant à Dieu, elle demande «qu’avec miséricorde, il permette que les peuples de la terre divisés et esclaves du péché soient libres et rassemblés ensemble». Cette prière avait déjà été partagée plusieurs centaines de fois au moment de publier ces lignes.

Du côté catholique, plusieurs diocèses ont exprimé leur solidarité avec Paris. C’est notamment le cas de Montréal, de Québec, de Hamilton et de Toronto.

Le Séminaire de Québec a aussi réagi en dénonçant des «actions inconcevables».

Les réactions ne furent pas que chrétiennes. Une importante ONG musulmane canadienne, Islamic Relief Canada, évoquait des nouvelles «absolument tragiques» en provenance de Paris.

 

du même auteur

Les autorités publiques québécoises ont entièrement raison de limiter le nombre de personnes à l’intérieur des lieux de culte, affirme la Dre Valérie Julie Brousseau.
2020-09-24 17:48 || Québec Québec

Lieux de culte: une médecin catholique donne raison au gouvernement

C’est surtout la littérature scientifique et les rassemblements complémentaires aux cérémonies religieuses qui auraient poussé le gouvernement à diminuer la limite de personnes autorisées à l’intérieur des lieux de culte.
2020-09-22 15:50 || Québec Québec

Lieux de culte: le Dr Arruda évoque la science et la socialisation périphérique

Le cardinal Gérald Lacroix estime que le gouvernement fait fausse route avec ses nouvelles limites de personnes admises à l’intérieur des lieux de culte dans la province.
2020-09-21 16:38 || Québec Québec

Lieux de culte limités à 25 personnes: «c’est impossible de survivre»

articles récents

Le curé de l'église Saint-Joachim de Pointe-Claire, l'abbé Alain Roy, préfère annuler des messes plutôt que de refuser la 26e personne qui souhaiterait entrer.
2020-09-23 15:07 || Québec Québec

Limité à 25 personnes, un curé préfère annuler des messes

L'église Saint-Laurent sur l'île d'Orléans. Au moment où la province connait une multiplication des cas de COVID-19 et que certaines fermetures ciblées sont évoquées, les lieux de culte doivent-ils craindre de devoir fermer à nouveau leurs portes?
2020-09-18 17:18 || Québec Québec

Reconfinement: bon espoir de voir les lieux de culte y échapper

Des hommes prient dans une mosquée de New Delhi le 1er mai 2020.
2020-09-18 09:53 || Monde Monde

Les minorités religieuses, boucs émissaires de la crise sanitaire