Shawinigan

Un cimetière québécois propose une urne qui fera de vous un arbre

Le Cimetière Saint-Michel de Shawinigan offrira désormais la possibilité de faire pousser un arbre à partir de cendres humaines.
Le Cimetière Saint-Michel de Shawinigan offrira désormais la possibilité de faire pousser un arbre à partir de cendres humaines.   (Pixabay)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2018-05-17 15:29 || Québec Québec

Une urne funéraire fera de vous un arbre. Vos proches qui déambulent dans un boisé créé à même les cendres de leurs proches. Voilà la nouvelle offre dernier cri proposée par le Cimetière Saint-Michel de Shawinigan, qui ouvre une nouvelle section consacrée à ceux qui voudront se prévaloir de ce service.

«Cette section écologique permettra aux familles qui le désirent de faire grandir un arbre avec les cendres d’un être cher. De là, le nom de la section: 'Un arbre en souvenir', c’est comme la vie qui continue de manière différente», a indiqué le cimetière dans un communiqué.

Le Cimetière Saint-Michel devient seulement le deuxième cimetière québécois à offrir ce service, après Granby.

La directrice générale du cimetière, Christiane Guilbault, a qualifié cette décision de «tournant important», en insistant pour dire que le cimetière devait innover pour perdurer.

Il sera notamment possible pour les familles qui le souhaitent de procéder elles-mêmes à la transplantation de l’arbre lors de l’inhumation. Le cimetière espère ainsi leur permettre de vivre un moment «significatif».

«Faire pousser un arbre avec les cendres d’une personne qui a été importante pour nous peut mettre un baume sur notre douleur», a expliqué Mme Guilbault.

Les corps incinérés contiennent du potassium, un élément important pour nourrir un arbre. Les lots pourront avoir jusqu’à cinq urnes. Il en coûtera 2000 $ pour réserver son lot pendant 50 ans dans cette section.

La première urne contiendra des nutriments ainsi que la pousse de l’arbre qui aura été choisi. Le cimetière offre de faire pousser un amélanchier, un érable d’amour, des rosiers, des hydrangées, des pommetiers et des lilas. Les noms des défunts seront inscrits sur une petite plaque de granit - les monuments étant interdits dans cette section - tandis que les urnes qui s’ajouteront à la première viendront nourrir davantage les racines de l’arbre.

«Dans quelques années, ces arbres feront un joli boisé où il sera bon de venir se recueillir et se souvenir», assure le cimetière.

Mais on souhaite pousser la note en ce qui a trait au volet écologique: l’urne est biodégradable, faite à partir de noix de coco.

«Nous savons très bien que nos cimetières sont remplis de beaucoup de matériaux qui ne disparaitront pas de sitôt», dit Mme Guilbault, faisant allusion aux nombreux cercueils et urnes qu'on y trouve. Elle croit que l’offre plaira à ceux pour qui «l’environnement est une priorité».

 

 

 

du même auteur

Les autorités publiques québécoises ont entièrement raison de limiter le nombre de personnes à l’intérieur des lieux de culte, affirme la Dre Valérie Julie Brousseau.
2020-09-24 17:48 || Québec Québec

Lieux de culte: une médecin catholique donne raison au gouvernement

C’est surtout la littérature scientifique et les rassemblements complémentaires aux cérémonies religieuses qui auraient poussé le gouvernement à diminuer la limite de personnes autorisées à l’intérieur des lieux de culte.
2020-09-22 15:50 || Québec Québec

Lieux de culte: le Dr Arruda évoque la science et la socialisation périphérique

Le cardinal Gérald Lacroix estime que le gouvernement fait fausse route avec ses nouvelles limites de personnes admises à l’intérieur des lieux de culte dans la province.
2020-09-21 16:38 || Québec Québec

Lieux de culte limités à 25 personnes: «c’est impossible de survivre»

articles récents

Le curé de l'église Saint-Joachim de Pointe-Claire, l'abbé Alain Roy, préfère annuler des messes plutôt que de refuser la 26e personne qui souhaiterait entrer.
2020-09-23 15:07 || Québec Québec

Limité à 25 personnes, un curé préfère annuler des messes

L'église Saint-Laurent sur l'île d'Orléans. Au moment où la province connait une multiplication des cas de COVID-19 et que certaines fermetures ciblées sont évoquées, les lieux de culte doivent-ils craindre de devoir fermer à nouveau leurs portes?
2020-09-18 17:18 || Québec Québec

Reconfinement: bon espoir de voir les lieux de culte y échapper

Des hommes prient dans une mosquée de New Delhi le 1er mai 2020.
2020-09-18 09:53 || Monde Monde

Les minorités religieuses, boucs émissaires de la crise sanitaire