Shawinigan

Un cimetière québécois propose une urne qui fera de vous un arbre

Le Cimetière Saint-Michel de Shawinigan offrira désormais la possibilité de faire pousser un arbre à partir de cendres humaines.
Le Cimetière Saint-Michel de Shawinigan offrira désormais la possibilité de faire pousser un arbre à partir de cendres humaines.   (Pixabay)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2018-05-17 15:29 || Québec Québec

Une urne funéraire fera de vous un arbre. Vos proches qui déambulent dans un boisé créé à même les cendres de leurs proches. Voilà la nouvelle offre dernier cri proposée par le Cimetière Saint-Michel de Shawinigan, qui ouvre une nouvelle section consacrée à ceux qui voudront se prévaloir de ce service.

«Cette section écologique permettra aux familles qui le désirent de faire grandir un arbre avec les cendres d’un être cher. De là, le nom de la section: 'Un arbre en souvenir', c’est comme la vie qui continue de manière différente», a indiqué le cimetière dans un communiqué.

Le Cimetière Saint-Michel devient seulement le deuxième cimetière québécois à offrir ce service, après Granby.

La directrice générale du cimetière, Christiane Guilbault, a qualifié cette décision de «tournant important», en insistant pour dire que le cimetière devait innover pour perdurer.

Il sera notamment possible pour les familles qui le souhaitent de procéder elles-mêmes à la transplantation de l’arbre lors de l’inhumation. Le cimetière espère ainsi leur permettre de vivre un moment «significatif».

«Faire pousser un arbre avec les cendres d’une personne qui a été importante pour nous peut mettre un baume sur notre douleur», a expliqué Mme Guilbault.

Les corps incinérés contiennent du potassium, un élément important pour nourrir un arbre. Les lots pourront avoir jusqu’à cinq urnes. Il en coûtera 2000 $ pour réserver son lot pendant 50 ans dans cette section.

La première urne contiendra des nutriments ainsi que la pousse de l’arbre qui aura été choisi. Le cimetière offre de faire pousser un amélanchier, un érable d’amour, des rosiers, des hydrangées, des pommetiers et des lilas. Les noms des défunts seront inscrits sur une petite plaque de granit - les monuments étant interdits dans cette section - tandis que les urnes qui s’ajouteront à la première viendront nourrir davantage les racines de l’arbre.

«Dans quelques années, ces arbres feront un joli boisé où il sera bon de venir se recueillir et se souvenir», assure le cimetière.

Mais on souhaite pousser la note en ce qui a trait au volet écologique: l’urne est biodégradable, faite à partir de noix de coco.

«Nous savons très bien que nos cimetières sont remplis de beaucoup de matériaux qui ne disparaitront pas de sitôt», dit Mme Guilbault, faisant allusion aux nombreux cercueils et urnes qu'on y trouve. Elle croit que l’offre plaira à ceux pour qui «l’environnement est une priorité».

 

 

 

du même auteur

«Le célibat a son sens, mais sans formation, qui va le vivre? demande Marie-Paul Ross, une religieuse sexologue.
2020-01-16 12:26 || Monde Monde

Célibat: «Finalement, on défend quoi?», demande une religieuse sexologue

Le philosophe Louis-André Richard met en garde contre les dangers qui guetteraient une société qui ne parviendrait pas à tenir compte de sa culture religieuse.
2020-01-10 15:33 || Québec Québec

La société doit savoir tenir compte de sa culture religieuse, soutient un philosophe

Photo prise lors d'une vigile à Paris le 8 janvier 2015 après l'attentat contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo.
2020-01-07 11:30 || Québec Québec || Aucun commentaire

Le religieux, marqueur incontournable de l'actualité des dernières années

articles récents

Le président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé les nouvelles directives de son administration sur la prière dans les écoles publiques lors d'un événement organisé le 16 janvier dans le Bureau ovale à l'occasion de la Journée nationale de la liberté religieuse.
2020-01-20 11:26 || Monde Monde

États-Unis: Trump à la défense de la prière à l'école

Martine Sanfaçon et Yves Bédard dans leur maison de Charlesbourg, à Québec.
2019-12-23 22:55 || Québec Québec

Noël dans le sens du monde

Sonia Sarah Lipsyc, docteure en sociologie, chargée de cours à l’Université de Montréal et rédactrice en chef de la revue La Voix Sépharade, veut faire connaître les résistances religieuses et spirituelles des juifs pendant la Shoah.
2019-12-19 15:11 || Québec Québec

La résistance spirituelle et religieuse durant la Shoah