Festival des familles de Philadelphie

Un discours spontané du pape charme la foule

Une foule en liesse observe le pape sur des écrans géants lors du Festival des familles.
Une foule en liesse observe le pape sur des écrans géants lors du Festival des familles.   (CNS/Bob Roller)
2015-09-28 15:19 || Monde Monde

Lors du Festival des familles, samedi soir, le pape s’est rapidement éloigné de son texte, y allant d’un aparté chaleureux et bien senti qui a ravi les dizaines de milliers de personnes massées sur l'avenue Benjamin Franklin. Pour le plus grand plaisir des fidèles, il a plutôt parlé avec fébrilité des défis mais aussi des liens d’amour qui sont le lot des familles d’aujourd’hui.

Francois a d’abord écouté les témoignages de six familles originaires de plusieurs continents et s'est empressé de les remercier de leur générosité.

«Un témoignage qu’on livre pour servir autrui est fondamentalement bon; il fait de nous de bonnes personnes, parce que Dieu est bonté», affirma le pape. Son discours devint alors de plus en plus rapide et exubérant, pour le plus grand plaisir des auditeurs. Il était tout sourire et ses mains gesticulaient abondamment. La foule était en liesse lorsqu’il affirma que former une famille en «vaut la peine».

Dieu, dit-il, envoya son Fils pour qu’il se joigne à une famille, «et ll a pu faire cela parce que cette famille-là [celle de Marie et de Joseph] avait le cœur grand ouvert».

Le pape s’est adressé à la foule en espagnol, la langue dans laquelle il est le plus à l’aise. Son discours a été traduit en anglais par Mgr Mark Miles.

«Nous célébrons la fête de la famille», a-t-il dit à la foule. «La famille détient une citoyenneté que je qualifierais de divine. Sa carte d’identité lui a été donnée par Dieu Lui-même, de telle sorte qu’au cœur de la famille, la vérité, la bonté et la beauté puissent croître et s’épanouir.»

«Certains d’entre vous seront tentés de dire: Saint-Père, vous parlez ainsi parce que vous n’êtes pas marié», ajouta Francois, tout sourire.

«La familles font face à des difficultés. Les familles se disputent: parfois, les assiettes volent et les enfants nous donnent des mots de tête. Et que dire belles-mères! Il vaudrait mieux que je tienne ma langue…», ajouta-t-il d’un air moqueur.

«Or, la famille est malgré tout une source de lumière», en raison de l’amour que nous porte le Fils de Dieu.

«Les familles font face à des difficultés, de la même manière qu’existe cette lumière qu’est celle de la Résurrection», dit-il. «La famille est la manufacture de l’espoir», ajouta le pape.

«Inutile de le nier, les familles font face à des difficultés». Les enfants, ajoute-t-il, amènent leur lot de défis.

«Or, ces défis sont surmontés à l’aide de l’amour», dit-il. «La haine est incapable de faire face et de surmonter la moindre difficulté. La division des cœurs et des esprits n’est pas en mesure d’apporter des solutions à ces problèmes; seul l’amour le peut», ajouta François.

Cette célébration de la vie familiale catholique a duré près de trois heures; elle s’est déployée au moment même où le soleil commençait à se coucher sur la ville de Philadelphie. Ce festival a été ponctué de nombreux événements: veillée de prière, témoignages de foi, numéros de musique, de danse et même d'humour.

Vers 19h, le pape et sa papemobile ont commencé à s’approcher du site du festival. François salua de la main les milliers de personnes qui s’étaient massées le long de la route. Des dizaines de bannières et des drapeaux de nombreux pays étaient déployés sur les barricades métalliques longeant l'avenue Benjamin Franklin. Trente minutes plus tard, François est monté sur la scène du Festival des familles sous les applaudissements nourris de la foule.

L’acteur Mark Wahlberg était le maître de cérémonie de cette soirée dont le pape François était la vedette. Plusieurs artistes sont montés sur scène, dont la chanteuse américaine Aretha Franklin et le ténor italien Andrea Bocelli.

Le site du festival a été pris d’assaut la veille de l’arrivée du pape. Une foule enthousiaste s’est massée derrière les barricades. Plusieurs festivaliers exhibaient un t-shirt à l’effigie du pape, une casquette de la Rencontre mondiale des familles ou des vêtements leur ayant été offerts par leurs paroisses respectives. Certains d’entre eux ont dormi dans les rues du centre-ville, sur des piles de boîtes de carton. Au début de l’après-midi, les détenteurs de billets (dont bon nombre de prêtres et de religieuses) ont pu prendre place à l’intérieur du périmètre de sécurité aménagé autour du site. Ils se sont installés à l’ombre, sous des d’arbres, d’où ils ont pu regarder les spectacles qui ont précédé la célébration.

Ainsi en est-il de Joan Paul, une religieuse enseignante la congrégation des Sœurs du Christ-Roi de Lincoln, au Nebraska.

«Le Saint-Père est une personne dont j’espère me rapprocher. Je le rejoins en prière à tous les jours afin d’être proche de ses pensées. Mais je tenais aussi à être présente physiquement sur ce site», affirme la religieuse. «Pour nous, il est également important d’être ici car nos familles sont déchirées et tenaillées par la société ambiante. Il est donc nécessaire de pouvoir se ressourcer et se rencontrer sur nos valeurs essentielles», ajoute-t-elle.

Dans son allocution, le pape a fait allusion aux défis auxquels les familles font face, de même qu’aux conflits et aux difficultés relationnelles qui les accablent parfois.

«Tâchez de vous réconcilier et de faire la paix avec vos proches à tous les jours, a-t-il dit. Une société n’est forte et robuste que si elle est édifiée sur la beauté, la bonté et la vérité.»

François a affirmé aux festivaliers que Dieu aime «frapper à la porte des familles et préfère y voir des familles unies par des liens d’amour réciproque». Des familles, ajouta-t-il, qui élèvent leurs enfants en ayant à l’esprit de créer une société valorisant «la vérité, la bonté et la beauté».

La famille doit prendre un soin particulier de ses enfants et de ses grands-parents, dit-il. Les enfants sont «la force qui nous pousse de l’avant» et les grands-parents sont «la mémoire vivante de la famille. Ils transmettent la foi; ils nous ont transmis à nous aussi la foi».

«Prendre soin des enfants et des grands-parents est faire preuve d’amour», a-t-il dit. Un peuple qui ne sait pas comment s’occuper de ses enfants et de ses aînés est un peuple sans avenir, parce que privé de la force et de la mémoire qui lui permettraient d’aller de l’avant.»

Jay et Tracie Ciccarone, de la paroisse Sainte-Catherine-de-Sienne de Wayne, en Pennsylvanie, étaient présents à ce festival, en compagnie de leurs quatre jeunes garçons.

«Pour eux, c’est un événement qui n’arrivera qu’une fois dans toute leur vie», affirme Tracie Ciccarone. «Nous tenions à être ici ensemble car ce festival n’existe que pour célébrer la famille.»

«Nous voulons en ramener des souvenirs impérissables auxquels nous pourrons nous référer, le moment venu», ajoute-t-elle.

Steve Giuliano, qui n’est pourtant pas catholique, a reçu gracieusement des billets donnant accès au site. Ils lui ont été offerts par son employeur, qui a contribué à l’organisation de ce festival.

Il affirme que sa mère est l’une des nombreuses personnes à avoir quitté la région ce weekend, pour ne pas être coincée dans le chaos et les barrages routiers qui accompagnent ce genre d’événement. Plusieurs commerçants se sont plaints des pertes de revenus causées par les nombreuses fermetures de rues. Il a salué du même souffle les effets bénéfiques de la visite du pape.

«Il ramène un nombre incalculable de personnes dans la giron de l’Église catholique», a affirmé M. Giuliano. « C’est un grandiose chef spirituel pour l’Église. Et ce, quelle que soit votre religion.»

Laura Ieraci, Catholic News Service
Traduction et adaptation: Présence information religieuse

 

du même auteur

Alfred Kempski, un vétéran américain de la Seconde Guerre mondiale, assiste à une célébration religieuse le dimanche 10 novembre 2019 à la Long Island State Veterans Home, à Stony Brook, dans l'État de New York.
2019-11-12 08:46 || Monde Monde

Photo du jour - 12 novembre 2019

«Alors qu’elle prétend travailler à la sauvegarde de la culture québécoise comme société distincte, elle semble plutôt chercher des manières de l’uniformiser: test des valeurs, loi sur la laïcité, refus des signes religieux, même les cloches d’église sont devenues suspectes dans certains quartiers»,
2019-11-07 16:54 || Québec Québec || 4 Commentaire(s)

Le test des valeurs: le paradoxe d’une société distincte

L'évêque de Saint-Hyacinthe, Christian Rodembourg (à l'avant-plan), a été élu président de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ) le 20 septembre 2019 pour un mandat de deux ans.
2019-09-20 16:02 || Québec Québec

Photo du jour - 20 septembre 2019

articles récents

Un nouveau sondage du Pew Research Center a publié le 15 novembre une enquête qui mesure l'influence de la religion sur la vie des Étatsuniens et l'emprise du catholicisme et des autres religions chrétiennes sur leurs adeptes.
2019-11-15 17:58 || Monde Monde

À quel point le christianisme influence-t-il les perceptions des Étatsuniens?

Postes Canada a mis en vente, en novembre, deux timbres qui célèbrent des fêtes religieuses.
2019-11-15 16:30 || Canada Canada

Postes Canada émet deux timbres religieux

Dans des clips de soixante secondes, le chef d'orchestre Yannick Nézet-Seguin, l'homme d'affaires Robert Dutton, le désigner de mode Denis Gagnon, la religieuse Angèle Rizzardo (Sœur Angèle) et Grégory Charles, ancien Petit Chanteur du Mont-Royal, racontent les liens qui les unissent à l'Oratoire.
2019-11-14 14:28 || Québec Québec

Yannick Nézet-Seguin, Denys Arcand et Grégory Charles disent leur attachement à l'Oratoire