Itinérance à Montréal

Un premier brunch de Noël pour Notre-Dame-de-la-rue

Un homme à la solide carrure, Danny, était présent au brunch. Il souhaite pouvoir s'impliquer à son tour pour aider les itinérants un jour.
Un homme à la solide carrure, Danny, était présent au brunch. Il souhaite pouvoir s'impliquer à son tour pour aider les itinérants un jour.   (Présence/Yves Casgrain)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2019-12-11 11:16 || Québec Québec

L’organisme diocésain Notre-Dame-de-la-rue, fondé par l’abbé Claude Paradis, a organisé le vendredi 6 décembre son premier brunch de Noël destiné aux itinérants montréalais. Grâce à une fondation, qui désire demeurer anonyme, et par une douzaine de bénévoles, plus de 200 itinérants ont été reçus dans une salle de l’archevêché de Montréal afin de partager un copieux déjeuner accompagné par des chants country.

Des autobus scolaires vont chercher les itinérants et les reconduire après le déjeuner. Une douzaine de bénévoles proviennent d’une compagnie spécialisée en distribution alimentaire. C’est la rôtisserie Benny qui fournit les chefs cuisiniers.

À l’accueil se trouve un préposé qui n’est nul autre qu’un ancien homme d’affaires maintenant à la tête d’une fondation qui, en 30 ans, a donné plus de 3 millions de dollars à divers organismes.

C’est sa fondation et lui qui payent pour le brunch.

L’abbé Claude Paradis explique que le philanthrope «ne veut jamais que son nom soit mentionné. Il a pour devise: "Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret"».

Malgré son désir de demeurer dans l’ombre, le fondateur de la fondation a quand même accepté de répondre à quelques questions lors d’une discussion à bâton rompue entrecoupée de mots de bienvenue et d’au revoir.

Le donateur anonyme et les gestionnaires de la fondation demeurent dans l’ombre, explique-t-il, car ils ne veulent pas être payés en retour. Leur salaire, ce sont «les sourires de ceux qu’ils aident».

De manière plus personnelle, le philanthrope distingue ce qu’il qualifie de «gratis» de ce qui est «gratuit». Pour lui, est «gratis» cette petite «bébelle» qui se trouve au fond d’une boîte de céréales que vous avez déjà payée. Un geste, un cadeau, ne devient vraiment gratuit que lorsque tu n’attends rien en retour.

Il n’est donc pas surprenant d’apprendre que la fondation ne consacre que 1% des dons reçus en administration. Il est hors de question d’augmenter cette part. Ainsi, assure-t-on, 99% de l’argent amassé par la fondation doit être consacré aux œuvres qu’elles financent. Pour elle, «c’est sacré», qu’il s’agisse de financer des organismes qui œuvrent pour les itinérants, la santé mentale ou l’éducation. Elle fournit également des biens qui visent à améliorer la vie des gens.

Le financement d’un brunch comme celui de Notre-Dame-de-la-rue correspond à ses objectifs philanthropiques. Le fondateur qui veut préserver son anonymat se dit satisfait de l’expérience. Le prochain brunch de Noël est déjà en préparation.

Les itinérants entrent et sortent de la salle. Assis à une table, Danny, un homme à la carrure solide, accepte de parler de son parcours et de ses rêves.

«Je suis en appartement présentement. J’espère le garder! J’aimerais bien travailler dans le domaine de l’itinérance. Je voudrais aider moi aussi», confie-t-il.

En franchissant la porte de sortie, nous nous faisons interpeller par un itinérant. «Hey, tu n’as pas eu ton sac! C’est important!»

Le sac en question contenait une tuque, des mitaines, un foulard, des bas, de la nourriture, dont des barres tendres. Ce matin-là des centaines de sacs ont été distribués.

***

 

 

du même auteur

Des pèlerins prient au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. «Nous n’avons pas de base financière nous permettant de vivre cette situation encore très longtemps», confie le recteur Pierre-Olivier Tremblay au sujet des mesures pour endiguer la pandémie.
2020-04-02 10:58 || Québec Québec

Frappée de plein fouet, l’industrie du tourisme religieux garde espoir

Devant la pandémie causée par la COVID-19 des directives ont été annoncées par les différentes autorités concernées au sujet des funérailles et de l’exposition des corps dans les maisons funéraires.
2020-03-17 09:43 || Québec Québec

Funérailles et COVID-19: préconiser le «dialogue»

À 47 ans, le rabbin écolo Schachar Orenstein incarne la nouvelle génération de religieux qui veulent transformer le judaïsme québécois pour le faire entrer dans le XXIe siècle.
2020-03-05 11:11 || Québec Québec

Le rabbin qui veut réparer la terre

articles récents

«Il est naturel de souhaiter se réunir avec ses coreligionnaires à l'occasion de ces fêtes», reconnaît volontiers le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa. Mais cette année, il faudra «restreindre nos contacts aux personnes vivant déjà sous notre toit».
2020-04-03 12:35 || Québec Québec

Appel du maire de Saint-Laurent aux croyants de son arrondissement

Deux cents médecins juifs lance un appel un appel que le Grand rabbinat du Québec et la Communauté sépharade unifiée du Québec (CUSQ) viennent d'acheminer à toutes les synagogues et à tous les groupes communautaires juifs du Québec.
2020-04-01 15:12 || Québec Québec

Un appel des médecins juifs du Québec

Les chefs des Églises chrétiennes et des grandes religions de tout le Canada publient, alors que la population subit toujours «les effets dévastateurs» de la COVID-19, un message «d'espérance, de gratitude et de solidarité».
2020-03-31 11:54 || Canada Canada

Message d'espérance des leaders religieux du Canada