Voyage en Inde, informations internationales et questions sociales

Un thé avec Michel Lacroix

Michel Lacroix, prêtre de l'archidiocèse de Gatineau
Michel Lacroix, prêtre de l'archidiocèse de Gatineau   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2018-05-08 20:51 || Québec Québec

Le temps d'un café - il préfère le thé! - le grand voyageur Michel Lacroix, un prêtre de l'archidiocèse de Gatineau, parle de son prochain voyage en Inde, de l'actualité intenationale et du faible intérêt de l'Église pour les questions sociales.

Présence : En février 2019, vous serez l'accompagnateur spirituel d'un pèlerinage en Inde, Sur les traces de saint Thomas l'apôtre. Quelle est la genèse de ce voyage?

Michel Lacroix: Il y a quelques années, lors d'un voyage en Inde, je suis allé dans le sud du pays. Mon objectif était de mieux connaître deux Églises orientales d'origine syriaque, l'Église syro-malabare et l'Église syro-malankare. J'étais logé au St. Ephrem Ecumenical Research Institute. Son directeur, le père Jacob Thekkeparambil, m'a dit qu'il aimerait que des Québécois découvrent l'Inde et particulièrement le sud du pays. J'ai donc mis sur pied ce projet avec l'aide de Spiritours.

Vous avez visité 174 pays à ce jour. Quand on a une telle connaissance du monde, comment réagit-on devant les informations que les médias nous donnent de ces pays?

Ce que je vois et ce que je lis me rend tellement triste. J'ai visité la Syrie, l'Égypte, le Yémen, des pays magnifiques qui sont aujourd'hui ravagés par des conflits. Le Yémen tout particulièrement. Le pire c'est qu'on en fait rarement mention ici. Pourtant, il y a une catastrophe humanitaire qui se vit actuellement là-bas. On nous informe des niaiseries de Trump, mais on n'a rien sur le Yémen. Cela me rend triste et je me sens impuissant devant cela. J'ai organisé une soirée de prière pour le Yémen, on a sensibilisé des gens à ce drame, mais c'est tellement peu.

Je pense beaucoup à la Syrie. Qu'est-ce qu'il reste de Damas aujourdhui, une des plus vieilles villes au monde? Que reste-t-il d'Alep, au nord? Comment les gens vont-ils se remettre de cela?

J'ai eu la même réaction lors de la guerre dans les Balkans. Quand, en 1991, on a bombardé Dubrovnik, je n'en revenais pas. Comment a-t-on osé bombarder une belle ville comme cela? Et à qui cela profite? Aux vendeurs d'armes, c'est tout.

Pour vous, l'Église doit s'intéresser aux enjeux sociaux. L'Église d'ici en fait-elle assez?

Si elle le fait, c'est un secret qui est bien gardé! L'Église du Québec a perdu, selon moi, son sens de la prophétie. Aujourd'hui, elle est insignifiante - Michel Lacroix fait le geste des guillemets en prononçant ce mot - dans le sens que dans notre société, elle ne signifie plus rien, elle ne dit rien, sauf s'il s'agit de condamner.

Mais quand il s'agit de prendre position sur des questions sociales, comme les Autochtones, on évite d'en parler. On dit au pape: 'Ne t'en mêle pas'.

J'ai vécu le temps de la  prophétie, quand l'Église de Gatineau était engagée au niveau des expropriations (ndlr: les expropriations au centre-ville de Hull). Il est vrai que l'Église a été malmenée par les élites mais les pauvres, eux, se sentaient appuyés.

Même si le prophétisme n'est pas très vivant actuellement dans l'Église du Québec, j'ai confiance qu'il peut renaître parce que le message de Jésus a un potentiel révolutionnaire. L'Église du Québec a déjà été frileuse, je pense à l'époque de Duplessis, et des prophètes ont surgi. Il ne faut pas perdre espoir. Il en viendra d'autres.

 

 

du même auteur

Une manifestation de solidarité avec la Première Nation des Wet'suwet'en à Toronto le 15 février 2020.
2020-02-20 19:05 || Canada Canada

Wet'suwet'en: des leaders chrétiens réclament un règlement pacifique

Le gouvernement fédéral demande un délai supplémentaire de quatre mois afin de répondre adéquatement à une décision de la Cour supérieure du Québec sur l’aide médicale à mourir.
2020-02-18 10:09 || Canada Canada

Aide médicale à mourir: Ottawa demande un délai de quatre mois

Annabel Loyola et Thérèse Payer autour d'une représentation de Jeanne Mance. La religieuse Thérèse Payer, promotrice de la cause de Jeanne Mance, est décédée à la Maison des Hospitalières de Saint-Joseph, le 6 février 2020.
2020-02-13 17:19 || Québec Québec

Décès de la promotrice de la cause de Jeanne Mance

articles récents

Boufeldja Benabdallah, président du Centre culturel islamique de Québec, était présent à la conférence de presse.
2020-01-23 19:50 || Québec Québec

La Semaine de la sensibilisation musulmane est de retour

Le président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé les nouvelles directives de son administration sur la prière dans les écoles publiques lors d'un événement organisé le 16 janvier dans le Bureau ovale à l'occasion de la Journée nationale de la liberté religieuse.
2020-01-20 11:26 || Monde Monde

États-Unis: Trump à la défense de la prière à l'école

Martine Sanfaçon et Yves Bédard dans leur maison de Charlesbourg, à Québec.
2019-12-23 22:55 || Québec Québec

Noël dans le sens du monde