Marie Morin

Une rue de Montréal prendra le nom d'une religieuse du XVIIe siècle

Soeur Nicole Bussières devant un écrit de Marie Morin (1649-1730).
Soeur Nicole Bussières devant un écrit de Marie Morin (1649-1730).   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2017-05-15 10:27 || Québec Québec

En septembre prochain, une rue de Montréal pourrait bien afficher le nom de Marie Morin (1649-1730), une religieuse hospitalière de Saint-Joseph et la première personne née en Nouvelle-France à porter le titre d'écrivain.

Le mercredi 3 mai, les membres du comité exécutif de la Ville de Montréal ont accepté de «renommer rue Marie-Morin la partie de la rue Saint-Dizier située entre les rues Saint-Paul Ouest et De Brésoles, dans l'arrondissement de Ville-Marie». La rue Saint-Dizier est située dans le Vieux-Montréal, tout près de la basilique Notre-Dame de Montréal.

Ce changement de nom doit maintenant être approuvé par le conseil municipal de Montréal puis par la Commission de toponymie du Québec. Ce n'est qu'à ce moment que les nouvelles plaques toponymiques pour identifier cette rue seront confectionnées et installées.

Cette modification affectera «environ 40 adresses résidentielles ou associées à des bureaux et commerces occupant des bâtiments bordant la rue Saint-Dizier», indique le rapport présenté aux membres du comité exécutif de la Ville de Montréal. On précise que «la partie la plus ancienne de la rue Saint-Dizier, entre la rue de la Commune Ouest et la rue Saint-Paul Ouest, conservera son nom».

En mars 2016, la Ville de Montréal a lancé l'opération Toponym’Elles, «une banque de 375 noms féminins mettant en valeur la contribution des femmes dans notre histoire et visant à augmenter le nombre de femmes commémorées dans la toponymie montréalaise». On avançait alors que sur les quelque 6000 toponymes de Montréal, les hommes dominaient «le panorama toponymique avec plus de 50 % des dénominations alors que les femmes ne représentaient que 6 %».

Le Dictionnaire biographique du Canada indique que c'est en 1697 que la religieuse Marie Morin «commence la rédaction des Annales de l’Hôtel-Dieu qu’elle poursuivra jusqu’en 1725». Hélène Bernier, la rédactrice de la notice biographique sur Marie Morin note que «Les Annales – manuscrit sauvé de tous les incendies qui dévastèrent l’Hôtel-Dieu – constituent aujourd’hui par leur authenticité et leur intérêt un trésor très précieux pour l’histoire de Montréal et du Canada».

Rencontrée lors de l'inauguration de l'exposition Jeanne Mance - De la France à la Nouvelle-France, l'archiviste des Religieuses hospitalières de Saint-Joseph, Nicole Bussières, était bien heureuse d'apprendre la décision du comité exécutif.

C'est cette religieuse qui a rédigé les notes biographiques sur Marie Morin qui sont insérées dans la proposition de changement de nom déposée il y a plus d'un an à la Ville de Montréal.

«Marie Morin a vécu précisément à cet endroit mais on ne parle pas d'elle et il n'y a pas de plaque qui mentionne ce fait. Quand on m'a dit qu'on pouvait, à Montréal, changer des noms de rues, j'ai tout de suite pensé à elle», explique la religieuse-archiviste.

«C'est la première novice canadienne. Elle est entrée en communauté en 1662», dit sœur Bussières. Marie Morin mérite aussi le titre de première écrivaine de Montréal, confirme-t-elle.

«Elle a commencé à écrire à la demande des sœurs françaises qui voulaient connaître comment vivaient leurs sœurs qui étaient parties en 1659 pour la Nouvelle-France.»

Des pages manuscrites des Annales de l’Hôtel-Dieu, rédigées par Marie Morin, font partie de l’exposition présentée, depuis le mercredi 10 mai, au Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Montréal.

L'automne prochain dans le Vieux-Montréal, si toutes les approbations sont obtenues, la rue Marie-Morin croisera la rue De Brésoles. Cette rue rappelle le souvenir de Judith Moreau de Brésoles, elle aussi une religieuse hospitalière de Saint-Joseph et la première supérieure de l'Hôtel-Dieu de Montréal.

 

du même auteur

Le 25e Radio-don de Radio VM, une activité qui devait se dérouler le dimanche 8 novembre, n'aura pas lieu. Le directeur général de la station catholique, Raynald Gagné, explique dans une note remise au personnel et aux animateurs de la station avoir pris cette décision «à contre-cœur».
2020-10-27 17:33 || Québec Québec

COVID-19: pas de Radio-don pour Radio VM

Un dominicain et un prêtre diocésain, hébergés au Séminaire de Saint-Hyacinthe, sont décédés ces derniers jours après avoir contracté la COVID-19.
2020-10-26 13:11 || Québec Québec

COVID-19: deux décès au Séminaire de Saint-Hyacinthe

Un organisme dont la Caritas canadienne Développement et Paix a suspendu le financement - le Mouvement des travailleurs sans-terre (MST) du Brésil - était l'un des conférenciers invités à la Rencontre mondiale des mouvements populaires, une initiative du Vatican, ce samedi 24 octobre 2020.
2020-10-26 08:20 || Vatican Vatican

Un groupe boudé par Développement et Paix invité par le Vatican

articles récents

Dans le monde des mèmes, ces caricatures éditoriales basées sur des photos ou des illustrations, les internautes s'en donnent à cœur joie sur le cas de la religion et de la politique.
2020-10-22 17:19 || Monde Monde

La «religion civile» des États-Unis, terreau fertile pour les mèmes

La mission Saint-Jean-de-Brébeuf de Manawan.
2020-10-02 14:39 || Québec Québec

La mort de Joyce Echaquan remue le milieu religieux

Le curé de l'église Saint-Joachim de Pointe-Claire, l'abbé Alain Roy, préfère annuler des messes plutôt que de refuser la 26e personne qui souhaiterait entrer.
2020-09-23 15:07 || Québec Québec

Limité à 25 personnes, un curé préfère annuler des messes