Travailleurs migrants agricoles

Une subvention et une reconnaissance pour le RATTMAQ

Responsable du Service de solidarité sociale du diocèse de Saint-Jean-Longueuil, Daniel Pellerin se réjouit de la reconnaissance officielle obtenue par le Réseau d'aide aux travailleuses et travailleurs migrants agricoles du Québec.
Responsable du Service de solidarité sociale du diocèse de Saint-Jean-Longueuil, Daniel Pellerin se réjouit de la reconnaissance officielle obtenue par le Réseau d'aide aux travailleuses et travailleurs migrants agricoles du Québec.   (Pixabay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-08-24 16:58 || Québec Québec

Le Réseau d'aide aux travailleuses et travailleurs migrants agricoles du Québec (RATTMAQ) recevra cette année une subvention de 123 000 $, a récemment annoncé Jean Boulet, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale. La nouvelle, on s'en doute bien, a vivement réjoui le président du conseil d'administration de cet organisme.

Mais ce qui a particulièrement touché Daniel Pellerin, c'est que cette somme d'argent est accompagnée d'une reconnaissance sociale officielle. «Le RATTMAQ est enfin reconnu comme un organisme de défense collective des droits», dit-il.

Cette initiative a vu le jour grâce à quelques diocèses catholiques québécois de la région de Montréal.

«À nos débuts, obtenir une telle reconnaissance, ce n'était pas évident. Il y avait beaucoup de résistance dans le milieu agricole. Il y a 15 ans, rappelle-t-il,  les travailleurs migrants agricoles étaient perçus comme des voleurs d'emplois. Heureusement, cela a beaucoup évolué depuis.»

Des opposants à cette reconnaissance de l'organisme évoquaient aussi l'existence de la Loi sur les normes du travail, à laquelle tous les travailleurs agricoles sont assujettis et à laquelle tous les employeurs doivent se conformer. «Mais le problème, c'est qu'il n'y a pas d'inspecteurs qui sont présents partout pour vérifier les conditions de travail» de la main-d’œuvre venue du Mexique ou d'Amérique centrale. «Quant aux travailleurs agricoles, ils ne connaissent tout simplement pas cette loi lorsqu'ils arrivent au pays», ajoute Daniel Pellerin. Au fil des années, le RATTMAQ est devenu un lieu de références pour tous les travailleurs du monde agricole. Être ainsi une «ressource incontournable» a permis à ce groupe de défense des droits d'obtenir cette année une telle reconnaissance gouvernementale.

«La subvention de 123 000 $ vient soutenir toute la mission de l'organisme, pas seulement un programme précis», dit-il. Chaque année, quelque 15 000 travailleurs migrants agricoles - moitié moins cette année à cause de la pandémie - viennent œuvrer dans des fermes de la Montérégie ou du Nord de Montréal, dans cette région du Sud que l'on surnomme le «grenier du Québec». Le RATTMAQ compte actuellement quatre employés qui accueillent les travailleurs agricoles à l'aéroport, leur expliquent les lois du travail et reçoivent leurs plaintes ou confidences lorsqu'ils estiment être injustement traités par leurs employeurs.

Une filiation chrétienne

L'information est peu connue sinon oubliée, mais ce sont des diocèses catholiques qui sont à l'origine du RATTMAQ, confie Daniel Pellerin qui est aussi responsable du Service de solidarité sociale du diocèse de Saint-Jean-Longueuil.

En novembre 2005, des représentants de cinq diocèses (Saint-Hyacinthe, Valleyfield, Saint-Jean-Longueuil, Montréal et Saint-Jérôme) se sont réunis pour discuter des services à offrir aux travailleurs agricoles qui venaient œuvrer durant la saison estivale dans les fermes maraîchères d'ici. La Table interdiocésaine de pastorale des travailleurs migrants agricoles qu'ils ont alors créée voulait écouter ces travailleurs venus d'ailleurs, briser leur isolement et créer des liens de solidarité entre eux. On souhaitait aussi répondre à leurs besoins spirituels en organisant des messes en espagnol dans les paroisses rurales qu'ils fréquentaient chaque dimanche.

Bien que le RATTMAQ soit devenu autonome en 2017, des croyants continuent d'y participer, dit Daniel Pellerin, même si l’organisme ne poursuit plus des visées pastorales.

«Pour moi, ces quinze années de travail dans ce milieu, c'est un très bel exemple de ce que ça veut dire être une Église en sortie. Comme chrétiens et chrétiennes, on s'engage dans le monde au nom de notre foi. On travaille à la création d'un organisme qui devient autonome et auquel s'associent dorénavant des gens qui n'ont pas une appartenance chrétienne. Il faut créer des partenariats avec le milieu communautaire.»

Le siège social du RATTMAQ est à Saint-Rémi, en Montérégie. «Et il est toujours dans le presbytère» de cette paroisse rurale, ajoute Daniel Pellerin qui voit dans ce fait un autre exemple de partenariat réussi entre l'Église et la société.

***

 

 

du même auteur

Le 25e Radio-don de Radio VM, une activité qui devait se dérouler le dimanche 8 novembre, n'aura pas lieu. Le directeur général de la station catholique, Raynald Gagné, explique dans une note remise au personnel et aux animateurs de la station avoir pris cette décision «à contre-cœur».
2020-10-27 17:33 || Québec Québec

COVID-19: pas de Radio-don pour Radio VM

Un dominicain et un prêtre diocésain, hébergés au Séminaire de Saint-Hyacinthe, sont décédés ces derniers jours après avoir contracté la COVID-19.
2020-10-26 13:11 || Québec Québec

COVID-19: deux décès au Séminaire de Saint-Hyacinthe

Un organisme dont la Caritas canadienne Développement et Paix a suspendu le financement - le Mouvement des travailleurs sans-terre (MST) du Brésil - était l'un des conférenciers invités à la Rencontre mondiale des mouvements populaires, une initiative du Vatican, ce samedi 24 octobre 2020.
2020-10-26 08:20 || Vatican Vatican

Un groupe boudé par Développement et Paix invité par le Vatican

articles récents

Dans le monde des mèmes, ces caricatures éditoriales basées sur des photos ou des illustrations, les internautes s'en donnent à cœur joie sur le cas de la religion et de la politique.
2020-10-22 17:19 || Monde Monde

La «religion civile» des États-Unis, terreau fertile pour les mèmes

La mission Saint-Jean-de-Brébeuf de Manawan.
2020-10-02 14:39 || Québec Québec

La mort de Joyce Echaquan remue le milieu religieux

Le curé de l'église Saint-Joachim de Pointe-Claire, l'abbé Alain Roy, préfère annuler des messes plutôt que de refuser la 26e personne qui souhaiterait entrer.
2020-09-23 15:07 || Québec Québec

Limité à 25 personnes, un curé préfère annuler des messes