Entrevue avec le théologien Jean Duhaime

Victor Goldbloom, une vie pour réparer le monde

Décédé le 15 février, Victor Goldbloom, un pionnier du dialogue interreligieux au Canada, croyait que la paix sociale est la conséquence du dialogue.
Décédé le 15 février, Victor Goldbloom, un pionnier du dialogue interreligieux au Canada, croyait que la paix sociale est la conséquence du dialogue.   (Photo fournie par L'Oeuvre Léger)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2016-03-01 19:54 || Québec Québec

Collaborateur du docteur Victor Goldbloom depuis plusieurs années, le professeur Jean Duhaime salue le riche héritage laissé par son ami juif décédé le 15 février. Complice de ce pionnier du dialogue judéo-chrétien, le théologien catholique dévoile certaines des motivations les plus profondes de Victor Goldbloom pour promouvoir le dialogue entre les religions.

Les deux hommes se connaissaient depuis une vingtaine d’années. Ils étaient engagés au sein du Dialogue judéo-chrétien de Montréal. Victor Goldbloom a consacré de nombreuses années de sa vie à aplanir les différends qui pouvaient subsister entre les juifs et les chrétiens. Sa route et celle du professeur Duhaime, spécialiste de la Bible hébraïque et du judaïsme ancien, étaient appelées à se croiser.

«Ce que j’ai apprécié beaucoup de Victor était cette capacité d’essayer de comprendre le point de vue de l’autre», confie le professeur émérite de la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Montréal. «Ce n’était pas un idéologue. Il avait des convictions fortes et voulait faire valoir son point de vue, mais en étant à l’écoute de l’autre. Pour lui, le dialogue s’établissait en commençant sur le plan humain.»

Réparer le monde

Selon le théologien, le docteur Goldbloom parlait somme toute assez peu de sa spiritualité, même s’il était clair qu’il avait une «foi inébranlable» et qu’à ses yeux «Dieu est source de la vie». Des convictions, croit-il, qui motivaient ses actions.

«Son engagement était conditionné par le respect pour la création et les êtres humains. Dans la mystique juive d'Isaac Louria (XVIe siècle), on retrouve l’idée de réparer le monde. Pour lui et pour une partie de la communauté juive dans laquelle il s’insère, [cette réparation] se fait par des œuvres de justice et de solidarité.»

«Il nous répétait assez souvent que son engagement était pour améliorer le monde. Il n’y avait pas de prétention dans cette affirmation. Je pense que c’est ce qui le motivait sur le plan spirituel: l’idée qu’on mette ses talents au service de l’ensemble de la société, pas juste de son petit groupe spirituel», poursuit le professeur Duhaime, précisant que pour son ami, «la paix sociale était la conséquence du dialogue», une idée qui était véritablement «l’axe central» de ses engagements.

Décédé à l’âge de 92 ans, il y a un grand contraste entre la perception sociale des juifs dans le Québec de l’enfance de Victor Golbloom et le Québec d’aujourd’hui. «Pour lui, le Québec n’est pas une société actuellement antisémite, dit Jean Duhaime. Il constatait cependant de l’ignorance et des préjugés à l’endroit des juifs.»

Patience et conviction

Le professeur retraité se rappelle de la grande patience de Victor Goldbloom et évoque un homme qui savait garder son calme et manifester son désaccord avec respect.

«Il n’insultait jamais personne. Il pouvait affirmer respectueusement son désaccord, mais toujours de façon très polie, s’en prenant aux idées et non aux personnes», dit-il.

Deux sujets suscitaient davantage sa désapprobation au cours des dernières années. D’une part, le débat sur les politiques d’Israël «le choquait».

«On sentait bien des irritations chez Victor. Pour lui, on pouvait critiquer le gouvernement israélien, mais on ne pouvait pas remettre en question le droit de l'État d'Israël à exister. Lui-même s'abstenait de juger car, disait-il, il faudrait être sur place», relève Jean Duhaime.

Puis il y a eu le débat sur le projet de Charte des valeurs au Québec en 2013. Pour celui qui fut le premier juif à devenir ministre au sein d’un gouvernement québécois, nul besoin de faire taire les religions pour afficher la neutralité de l’État.

«Il voyait les religions comme des forces et des soutiens pour plusieurs personnes, il disait qu’elles contribuent souvent au développement de notre société. À ses yeux, on doit garder un espace et une place pour la reconnaissance de l’apport des groupes religieux.»

Victor Goldbloom confiait parfois à certains collaborateurs qu’il aurait aimé que le dialogue entre les religions progresse plus rapidement, révèle le professeur Duhaime, assurant que ses années en politique active se sont chargées de lui enseigner la patience.

«Victor répétait souvent qu’on pouvait avoir des rêves, mais qu’il faut progresser patiemment.»

LIRE AUSSI:
- Décès de Victor Goldbloom, monument du dialogue interreligieux
L’œuvre de Victor Gold Goldbloom saluée sur les réseaux sociaux

*Modifié le 3 mars 2016 à 11 h 02.

 

du même auteur

Stephen Harper lors d'un événement politique à Brampton, en Ontario, en mars 2011. L'ancien premier ministre prendra part à un souper-causerie organisé par l'organisation juive B'nai Brith Canada le 18 novembre 2021 à Montréal.
2021-10-26 11:06 || Canada Canada

B’nai Brith tiendra un souper-causerie avec Stephen Harper à Montréal

Émission Foi et turbulences du 21 octobre 2021, diffusée à l'antenne de Radio VM. Ce débat hebdomadaire sur l'actualité est animé par le journaliste Philippe Vaillancourt.
2021-10-22 15:05 || Québec Québec

DÉBAT : la fin pour ECR + le Québec missionnaire + territoires non cédés

Les débatteurs discutent du phénomène télévisuel Squid Game, la série dystopique pour public averti qui cartonne pourtant auprès des enfants.
2021-10-15 16:06 || Monde Monde

DÉBAT : Squid Game + synode + liberté de presse

articles récents

Le rédacteur en chef Philippe Vaillancourt lisant le mot de remerciement de la chroniqueuse Sabrina Di Matteo lors de la remise des prix annuels de l'AMéCO à l'Hôtel-Musée Premières Nations, à Wendake, le 21 octobre 2021.
2021-10-22 18:12 || Québec Québec

Quatre prix d’excellence pour Présence

Une statue de Junípero Serra à la Mission San Carlos Borromeo, en Californie. Canonisé en 2015, son héritage historique est aujourd'hui pris dans la tourmente des mouvements sociaux antiracistes et anticolonialistes.
2021-10-12 14:55 || Monde Monde

Démon ou saint ? L’héritage complexe de Junípero Serra

Sous la responsabilité des Oblats de Marie-Immaculée, le pensionnat de Kamloops (Kamloops Indian Residential School) a ouvert ses portes en 1890. On y a retrouvé les restes de 215 enfants autochtones.
2021-09-24 11:27 || Canada Canada

Les évêques doivent officiellement inviter le pape au Canada, insiste un juge