À quelques heures du début du Synode sur la famille à Rome

Sortie de placard remarquée d'un prêtre théologien à la Congrégation pour la doctrine de la foi

Le prêtre polonais Krzysztof Charamsa, théologien pour la Congrégation pour la doctrine de la foi, a révélé qu'il est homosexuel et en couple le samedi 3 octobre 2015.
Le prêtre polonais Krzysztof Charamsa, théologien pour la Congrégation pour la doctrine de la foi, a révélé qu'il est homosexuel et en couple le samedi 3 octobre 2015.   (CNS photo/Alessandro Bianchi, Reuters)
2015-10-05 17:52 || Vatican Vatican

La veille de l’inauguration officielle du Synode des évêques sur la famille, un prêtre polonais membre de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF) a publiquement révélé son homosexualité et a annoncé qu’il vivait en couple avec le même conjoint depuis un bon moment déjà.

Âgé de 43 ans, Mgr Krzysztof Charamsa a accordé des entrevues à des médias polonais et italiens. Il prévoyait tenir une conférence de presse le lendemain devant les bureaux de la CDF. Ce point de presse a cependant eu lieu dans un restaurant des environs.

Le 3 octobre, le porte-parole du Vatican, le jésuite Federico Lombardi, a révélé qu’il fallait faire preuve de respect à l’égard de Mgr Charamsa et des réflexions qu’il porte sur sa vie personnelle et sexuelle. Le père Lombardi a cependant remis en question la décision de ce dernier de tenir ce point presse «la veille de la reprise des travaux du synode». Décision, ajoute-t-il, qui est «sérieuse et irresponsable, puisqu’elle cherche à soumettre le synode à une pression médiatique indue».

La messe inaugurale du Synode des évêques sur la famille a eu lieu le dimanche 4 octobre.

«Mgr Charamsa ne pourra assurément pas poursuivre son travail auprès de la Congrégation pour la doctrine de la foi, ni dans les universités pontificales», ajoute le père Lombardi.

Rappelons que Mgr Charamsa enseignait la théologie à l’Université Grégorienne, de même qu’à l’Athénée pontifical Regina Apostolorum de Rome.

«Les autres aspects de sa situation devront être tranchés par l’ordinaire de son diocèse d’origine», c’est-à-dire par l’évêque de Pelplin, en Pologne, ajoute le père Lombardi. Mgr Charamsa travaillait à la Congrégation pour la doctrine de la foi depuis 2003. Il a été ordonné prêtre en 1997 dans le diocèse de Pelplin.

Une sortie de placard médiatique

Dans l’une des entrevues qu’il a accordées avant sa conférence de presse, Mgr Charamsa a révélé au journal italien Corriere della Sera qu’il souhaite «que l’Église et sa communauté découvrent qui il est, c’est-à-dire un prêtre heureux et fier de son identité». Il affirme être «prêt à faire face aux conséquences de ses actes». Selon lui, «le temps est venu pour l’Église d’ouvrir les yeux et de comprendre qu’il est inhumain de condamner les croyants LGBT à une vie d’abstinence et dénuée d’amour».

À l’instar de la plupart des prêtres soumis au rite latin de l’Église catholique, Mgr Charamsa s’est engagé à une vie de célibat. Des assouplissements à cette règle ont cependant été adoptés au fil des ans, notamment à l’endroit d’ex-pasteurs anglicans qui étaient mariés avant de devenir prêtres catholiques.

En ce qui a trait à l’homosexualité, le Catéchisme de l’Église catholique affirme que «la Tradition a toujours jugé ‘intrinsèquement désordonnés les actes homosexuels’. Ils sont contraires à la loi naturelle. Ils empêchent l’acte sexuel de faire le don de la vie. Ils ne procèdent pas d’une véritable complémentarité sexuelle et affective. Ils ne sauraient donc être approuvés en aucune circonstance».

Le catéchisme affirme aussi que les homosexuels «doivent être acceptés et traités avec respect, compassion et sensibilité. Toute forme de discrimination injuste à leur égard doit être évitée».

«Les personnes homosexuelles sont appelées à la chasteté», ajoute le catéchisme.

En marge du Synode sur la famille, Mgr Charamsa a participé à un colloque organisé par une coalition de catholiques LGBT (Global Network of Rainbow Catholics). Ce colloque a eu lieu les 3 et 4 octobre derniers et s’intéressait aux interactions entre l’homosexualité, la vie familiale et l’Église catholique.

Cindy Wooden, Catholic News Service
Trad. et adap. Présence - information religieuse

 

du même auteur

Mgr Ignatius Kaigama, photographié lors d'une conférence à Montréal le 14 juin 2018, interviendra virtuellement dans le cadre du Mercredi rouge organisé par l'organisme Aide à l'Église en détresse Canada le 18 novembre 2020.
2020-11-17 16:33 || Canada Canada

Mercredi rouge: violences réelles, sensibilisation virtuelle

L'auteur estime que les lieux de culte ont su montrer qu'ils ne sont pas des foyers d'éclosion et que le gouvernement doit en tenir compte.
2020-09-29 18:47 || Québec Québec

LETTRE OUVERTE. Établir les critères pour les lieux de culte en fonction des faits

Un enfant se fait baptiser par le pape François le 12 janvier 2020 au Vatican.
2020-09-01 11:16 || Monde Monde

LETTRE OUVERTE. L’invalidité des baptêmes… Une place pour la réflexion par-delà le décret romain?

articles récents

L'édition 2019 de la Marche nationale pour la vie se tenait le 9 mai à Ottawa. La photo montre les manifestants lors de l'édition 2015.
2019-05-09 11:42 || Canada Canada

L'épiscopat veut collaborer avec quiconque croit en la «sainteté de la vie»

Alessandra Santopadre salue Rwaida Jabbour à son arrivée à Montréal. Les observent Antoine Kardouss et Mona Jabbour.
2019-02-12 16:18 || Québec Québec

«Cela fait sept ans que je n'ai pas vu ma sœur»

Page couverture du livret intitulé Réflexions pour susciter le dialogue parents/enfants sur le programme Éducation à la sexualité du ministère de l'Éducation du Québec de la maternelle à la 3e année du primaire.
2019-01-10 13:30 || Québec Québec

Éducation sexuelle: l'archevêché de Montréal recule