Un rallye préparé par la Faculté de théologie et de sciences religieuses

Sur la piste des dieux avec Tintin à Québec

La Faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université Laval met la touche finale à un rallye autour de l'exposition Hergé à Québec.
La Faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université Laval met la touche finale à un rallye autour de l'exposition Hergé à Québec.   ( karrikas/Flickr CC BY-SA 2.0)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2017-09-20 15:13 || Québec Québec

Un rallye religieux pour voir Tintin autrement: voilà l’une des premières activités qui sera proposée dès le mois prochain par la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval pour souligner le 350e anniversaire de l’enseignement de la théologie à Québec.

Sous la forme d’une exploration du fait religieux dans le cadre de l’exposition Hergé à Québec offerte au Musée de la civilisation, les curieux seront invités à contempler l’œuvre phare d’Hergé à travers l’apport du religieux.

«L’objectif est de sensibiliser les gens à la présence du phénomène religieux là où on l’attend pas», explique le professeur Alain Bouchard, coordonnateur du Centre de ressources et d'observation de l'innovation religieuse (CROIR).

Il estime qu’il existe aujourd’hui une certaine méconnaissance de l’apport de la théologie et des sciences des religions à notre compréhension du monde. «Nous voulons mieux faire connaitre ce savoir au grand public. Tintin, c’est le moyen de montrer la pertinence sociale de s’intéresser à la présence du phénomène religieux dans une exposition ou dans l’espace public en général», croit-il.

Fort d’une expérience similaire autour des zombies il y a quelques années, il met ces jours-ci la touche finale à ce parcours érudit destiné au grand public. L’initiative est insérée dans la programmation visant à souligner le jubilé de l’enseignement de la théologie dans la Vieille Capitale.

Intitulé Sur la piste des dieux avec Tintin – un rallye d’exploration du fait religieux, le parcours éducatif prendra de 60 à 90 minutes à compléter et s’articulera autour de plusieurs éléments de l’exposition Hergé à Québec.

«Il y a des rituels, des objets religieux qui sont utilisés, comme le fameux fétiche arumbaya de L’oreille cassée ou des masques africains. J’essaye d’utiliser les artefacts pour voir comment on aborde le phénomène religieux. J’invite à porter attention à une statue de Shiva, au bouddhisme tibétain ou aux divinités incas», poursuit le professeur.

Il puise aussi dans certaines représentations morales ou surnaturelles, à l’instar des représentations d’ange et de diable qui susurrent aux oreilles de Milou ou du Capitaine Haddock.

Le rallye sera l’occasion de relire le parcours spirituel de Tintin et Hergé. Le reporter a d’abord été publié dans un journal catholique belge – Le Petit Vingtième – avant de devenir un phénomène en soi.

«Hergé reste somme toute quelqu’un de représentatif d’un catholicisme social propre au XXe siècle. On retrouve certains clichés, comme la figure du missionnaire dans Tintin au Congo. Hergé conserve des valeurs profondément catholiques tout au long de sa vie, mais d’autres éléments se greffent», évoque le professeur, faisant référence à une curiosité reflétée dans les médiums, les extraterrestres et à la radiesthésie dans certains albums.

«Et son divorce a joué un rôle important dans sa quête. Il avait des remords. Ce qui l’a apaisé, c’est la découverte de philosophies orientales. Il est à cet égard représentatif de ce qui se passe dans notre monde moderne: bien ancré dans l’héritage catholique, mais ouvert à d’autres façons de voir les choses.»

Selon lui, l’image du jeune reporter tend à se figer avec les années. Le dernier album en bonne et due forme – Tintin et les Picaros – a été publié en 1976, il y a plus de quatre décennies. Et s'il se revoit encore aller acheter son Journal de Tintin avec ses 10 sous lorsqu’il était enfant, il sent que l'attrait exercé par le personnage n'est plus le même aujourd'hui.

«Les jeunes générations ne vont plus se reconnaitre dans Tintin comme les enfants du XXe siècle. Il ne va pas demeurer universel, sinon comme représentatif d’une époque. Il est figé dans ce siècle. Il va en devenir une référence», prédit Alain Bouchard.

N’empêche, c’est d’abord à des étudiants du cégep de Sainte-Foy qu’il fera vivre son rallye au début du mois d’octobre. Puis, le document qui compte une quinzaine de pages sera offert en téléchargement gratuit, probablement sur le site du 350e, afin que tous puissent se lancer sur la piste des dieux avec Tintin. Et se donner une bonne raison de retourner voir l’exposition Hergé à Québec avant qu'elle ne prenne fin le 22 octobre.

 

du même auteur

Le mandat du recteur du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, Pierre-Olivier Tremblay, a pris fin le 7 octobre 2020. Son successeur sera connu ultérieurement.
2020-10-07 12:58 || Québec Québec

Le Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap aura un nouveau recteur

Les autorités publiques québécoises ont entièrement raison de limiter le nombre de personnes à l’intérieur des lieux de culte, affirme la Dre Valérie Julie Brousseau.
2020-09-24 17:48 || Québec Québec

Lieux de culte: une médecin catholique donne raison au gouvernement

C’est surtout la littérature scientifique et les rassemblements complémentaires aux cérémonies religieuses qui auraient poussé le gouvernement à diminuer la limite de personnes autorisées à l’intérieur des lieux de culte.
2020-09-22 15:50 || Québec Québec

Lieux de culte: le Dr Arruda évoque la science et la socialisation périphérique

articles récents

À gauche, le timbre pour Diwali. À droite, le timbre consacré à deux des plus importantes fêtes de l'islam.
2020-10-15 11:47 || Canada Canada

Postes Canada souligne la fête de Diwali

Grâce à une commande de peintures murales dans trois écoles catholiques de Red Deer, en Alberta, l'artiste autochtone Ryan Willert a pu trouver un chemin de guérison et de réconciliation avec la communauté catholique.
2020-09-29 11:21 || Canada Canada

La réconciliation en filigrane de murales scolaires en Alberta

Le père jésuite québécois Gaston Roberge, fondateur de l'institut Chitabrani de formation aux médias, à Kolkata (anciennement Calcutta) et spécialiste du cinéma et des médias, est décédé au collège Saint-Xavier de Kolkata le 26 août. Il avait 85 ans.
2020-08-31 12:02 || Monde Monde

Décès d’un jésuite québécois féru de cinéma indien