À 4,1 km à l’heure sur les chemins de Compostelle

Un documentaire nous plonge dans l’intériorité de huit pèlerins

Sur le chemin de la Meseta, réputé pour ses paysages désertiques.
Sur le chemin de la Meseta, réputé pour ses paysages désertiques.   (Courtoisie Richard Gravel)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2017-01-24 17:43 || Québec Québec

«Ce n’est pas un documentaire sur les chemins de Compostelle!»

Voilà comment Richard Gravel, réalisateur, présente son œuvre qui sera diffusée jeudi soir à la librairie Paulines à Montréal.

Rencontré quelques jours avant cette représentation publique, Richard Gravel parle avec passion de sa dernière création cinématographique. «Ma femme, Lise [Charbonneau], et moi nous avons décidé de faire Compostelle après avoir rencontré un ami qui s’apprêtait à faire ce pèlerinage. Nous l’avons abordé comme un défi. Personnellement, j’étais à l’aube de ma soixantaine.»

À cette époque, il n’était pas question qu’il réalise un documentaire sur leur aventure. «Nous avons parcouru les Chemins en plusieurs étapes. Nos horaires professionnels ne nous permettaient pas de réserver un mois ou deux à la réalisation de ce pèlerinage. C’est lorsque nous sommes revenus sur les chemins de Compostelle pour la deuxième fois que j’ai décidé de prendre des photographies et de filmer en haute définition. Peu à peu, mon scénario s’est mis en place.»

Dans son esprit, il n’était pas question de réaliser un documentaire qui s’attarderait sur les petits «bobos» des marcheurs et sur leurs états d’âme. «Il y a d’autres films qui suivent les pèlerins au quotidien. Mon scénario n’est pas linéaire. Oui, il y a un début, un milieu et une fin. Toutefois, dans mon documentaire nous pouvons nous retrouver en Espagne, puis quelques minutes plus tard, en France», précise Richard Gravel, réalisateur de plusieurs courts-métrages artistiques.

Dans l’intimité des pèlerins

Le fil conducteur est donc assuré par les huit pèlerins qui se livrent totalement à la caméra. «Le produit final a surpris même les témoins. Ils ne s’attendaient pas à ce que leurs témoignages soient aussi liés les uns aux autres.»

Au fil de leurs confidences qui s’égrainent lentement au long du documentaire, les moments,  petits et grands, vécus par les pèlerins sont dévoilés pudiquement parfois, dans les larmes souvent.

«L’aspect spirituel, l’aspect religieux et l’aspect méditatif sont présents dans mon documentaire. Les pèlerins m’ont souvent déclaré, chacun avec leurs mots, que le Chemin prend vie. Il devient une personne qui a ses intentions propres. C’est difficile d’expliquer cela. Il faut marcher le Chemin pour le comprendre.»

Le réalisateur insiste: «C’est un film sur leurs motivations, sur leurs désirs, sur chacun des pèlerins. L’écrivain Sergio Kokis a écrit dans son livre Le sortilège des chemins. Marcher vers soi sur les chemins de Compostelle: "[N]’oublie pas que le vrai pèlerin marche vers lui-même et que l’aventure se trouve sur le chemin et pas à l’arrivée." Cela résume bien l’esprit de mon film».

Un accueil étonnant

«Avant la période de questions, il y a toujours un moment de silence! Lors d’une rencontre à Laval, où j’ai présenté mon film devant des membres de l’Association De Québec à Compostelle, personne n’a posé de questions. Pas un mot! Rien! Je me demandais ce que j’avais fait dans mon film pour recevoir un tel accueil. Puis, quelqu’un s’est levé et a dit: "Ce n’est pas parce que nous n’avons pas aimé ton film. Nous sommes sous le choc!" Je ne croyais pas que mon documentaire allait avoir un impact aussi grand auprès du public. À la suite du visionnement, ceux qui ont fait Compostelle veulent le refaire, ceux qui ne l’ont pas fait aimeraient bien y aller!»

Richard Gravel, qui a réalisé le documentaire avec l’aide de sa conjointe, songe déjà à une suite.

En attendant, les passionnés de Compostelle et les simples curieux peuvent lire le recueil Compostelle. Un chemin vers soi écrit par Claude Bernier, un des pèlerins du documentaire, dont les photographies sont signées Richard Gravel.

Le documentaire À 4 km à l’heure sur les chemins de Compostelle entreprendra dès le début février une tournée en France.

 

du même auteur

Depuis plusieurs mois, les comptes de nombreux Québécois abonnés aux médias sociaux, tels que Twitter ou Facebook, sont approchés par des membres liés à l'Église de Dieu tout puissant, un mouvement chinois qui se réclame du christianisme.
2019-08-27 17:48 || Monde Monde

Les demandes d'amitié de l’Église de Dieu tout puissant

Elle est juive, il est sikh. Le couple Singh-Guyver fait l'expérience de la diversité religieuse dans le quotidien de la famille.
2019-08-23 13:55 || Québec Québec

Trouver son identité dans la diversité religieuse

Le calvaire du Sanctuaire du Sacré-Cœur et de Saint-Padre Pio à Montréal (Sanctuaire de La Réparation, à Pointe-aux-Trembles) comprend quelques-unes des nombreuses statues de l'Union internationale artistique de Vaucouleurs présentes au Québec.
2019-08-16 15:39 || Québec Québec

L’histoire oubliée des statues de l’Union internationale artistique de Vaucouleurs

articles récents

Environ 200 personnes ont assisté à la première du documentaire Cœurs à cœurs au Musée national des beaux-arts du Québec le 23 avril 2019.
2019-04-24 17:53 || Québec Québec

Lancement du documentaire Cœurs à cœurs consacré aux ursulines de Québec

Le réalisateur François Ozon (gauche) et l'acteur Melvil Poupaud, qui joue le rôle d'Alexandre Guérin dans 'Grâce à Dieu'. Le film sur le scandale sexuel qui a frappé l'Église de Lyon prend l'affiche le 5 avril au Québec.
2019-04-04 10:44 || Québec Québec

Le film sur le scandale de l'Église de Lyon arrive au Québec

Ryan Gosling incarne Neil Armstrong dans First Man (Le Premier homme). Le film sorti en 2018 est coté Très bon (3) par Médiafilm.
2018-12-06 10:35 || Québec Québec

Il y a 50 ans, un prêtre inventait un système pour évaluer les films