Commémoration chrétienne de la Shoah

Une survivante de la Shoah témoigne dans une église de Montréal

Georgette Brinberg allumant une bougie à l'église Saint Monica, à Montréal, où avait lieu la Commémoration chrétienne de la Shoah le 15 avril 2018.
Georgette Brinberg allumant une bougie à l'église Saint Monica, à Montréal, où avait lieu la Commémoration chrétienne de la Shoah le 15 avril 2018.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2018-04-16 17:15 || Québec Québec

«Ma famille habite alors à Paris», raconte Georgette Brinberg. «En 1941, mes parents ont reçu une lettre demandant que mon père se présente au poste de police. Comme c'était un bon citoyen, il s'y est rendu. Nous ne l'avons plus jamais revu.»

Georgette Brinberg (née Tepicht) fait une pause mais reprend aussitôt son témoignage. Le dimanche 15 avril 2018, cette survivante de l'Holocauste s'adresse aux gens réunis à la paroisse anglophone Saint Monica de Montréal.

Elle raconte qu'elle n'a que 4 ans lorsqu'elle est emmenée, en juillet 1942, avec sa mère et sa grande sœur, au Vélodrome d'hiver de Paris. Dans ce stade sportif, plus de 8000 juifs seront entassés avant d’être déportés vers le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau.

«Même si j'étais toute petite, je me souviens encore des cris, mais aussi des prières, de l'atmosphère», poursuit cette femme qui habite à Montréal depuis 1955. «Après cinq jours, on nous a séparées. Ma mère dans une file. Ma sœur et moi dans une autre. Je n'ai plus jamais revu ma maman.»

Sa sœur et elle ont survécu à la rafle du Vél d'Hiv. «Un miracle», reconnaît-elle. Les voyant en ligne, un policier français leur a demandé si elles avaient un endroit où aller. Sa sœur a répondu positivement. Il leur a alors dit: «Allez tout droit, ne vous retournez pas».

Sans argent, sans nourriture, seules à Paris, elles s'adressent à la Croix-Rouge et à des organismes juifs. Un homme accepte de conduire les deux jeunes filles à la campagne, à Morée. La fermière Aimée Tardif les accueille et répète qu'elle héberge ses nièces. Elles ne seront jamais dénoncées.

«Nous allons à l'église le dimanche, nous allons au catéchisme, nous devenons de bonnes catholiques», dit Georgette Brinberg.

«Madame Tardif nous a sauvées, ma sœur et moi», lance-t-elle en levant les yeux vers les gens présents dans cette église catholique montréalaise à l'occasion de la Commémoration chrétienne de la Shoah, une initiative du Dialogue judéo-chrétien de Montréal.

Cet événement, organisé cette année pour une 39e fois, réunit des juifs et des chrétiens à l’occasion du Jour commémoratif de l’Holocauste - appelé Yom Hashoah en hébreu - afin d'honorer la mémoire des quelque six millions de juifs et du million d’autres victimes de l’Holocauste durant la Deuxième Guerre mondiale.

Lors de la célébration, sept bougies sont allumées en hommage aux gens qui ont vécu la Shoah, une «tragédie incommensurable». Dimanche, c'est Georgette Brinberg, 80 ans, une des rares survivantes de la rafle du Vél d’Hiv, qui a allumé la toute première bougie au nom des enfants et des familles emmenés vers les camps de la mort.

«Ils ont vécu dans la foi. Et plusieurs sont morts dans la foi, cette foi en Dieu, cette foi dans la vie, cette foi dans la bonté que même les flammes ne peuvent détruire», a dit la rabbin Sherril Gilbert, qui a coprésidé cette commémoration avec le jésuite Lloyd Baugh.

Au début de la célébration, lors du rite pénitentiel, il a été déploré que, devant les atrocités commises lors de l'Holocauste, plusieurs chrétiens ont feint l'ignorance et n'ont pas protesté devant ce génocide.

Ce n'est pas le cas de madame Tardif, corrige Georgette Brinberg. Elle retournera au mois de juin à Morée, en France. La mairie du lieu rendra hommage à cette fermière, aujourd'hui décédée, qui l'a accueillie et l'a sauvée.

 

du même auteur

Le mardi 2 juin, le gouvernement du Québec a dévoilé la mise en place d'un programme de formation accéléré visant créer 10 000 postes de préposés aux bénéficiaires pour les CHSLD. Ce programme crée de l'inquiétude dans les communautés religieuses.
2020-06-05 09:11 || Québec Québec

Préposés: inquiétudes dans les communautés religieuses

Une dame se désinfecte les mains avant d'entrer dans l'église Saint-Kevin dans le quartier Queens, à New York, le 26 mai 2020.
2020-06-04 17:53 || Québec Québec

Rouvrir les églises: pas de discrimination pour l'âge des fidèles

Six sœurs de Sainte-Anne, à Lachine, sont décédées de la COVID-19 , confirme la religieuse Céline Dupuis, coprovinciale de la congrégation.
2020-06-02 06:09 || Québec Québec

Six sœurs de Sainte-Anne sont décédées de la COVID-19

articles récents

Observant avec une grande inquiétude les troubles sociaux qui se déroulent aux États-Unis, le pape François a déclaré que personne ne peut prétendre défendre le caractère sacré de chaque vie humaine tout en fermant les yeux sur le racisme et l'exclusion.
2020-06-03 18:21 || Vatican Vatican

Contrer le racisme, une lutte pro-vie aux yeux du pape

Six sœurs de Sainte-Anne, à Lachine, sont décédées de la COVID-19 , confirme la religieuse Céline Dupuis, coprovinciale de la congrégation.
2020-06-02 06:09 || Québec Québec

Six sœurs de Sainte-Anne sont décédées de la COVID-19

Recteur de l'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal durant 30 ans, le père Marcel Lalonde, de la Congrégation de Sainte-Croix, est décédé le 26 mai 2020, à l’âge de 93 ans, à la Maison Basile-Moreau de Montréal.
2020-06-01 15:09 || Québec Québec

Décès du père Lalonde, recteur de l'Oratoire durant 30 ans